Cannes 2022: Highlights of the Return of the Legendary Film Festival | Festivals & Awards

Actualités > Cannes 2022: Highlights of the Return of the Legendary Film Festival | Festivals & Awards

Tous ces grincements de dents démentiraient le fait qu’il y avait des joyaux à trouver sur la Croisette, surtout si vous avez creusé. Prendre « Pays de la joie » qui a joué dans Un Certain Regard et a reçu un Prix Spécial du Jury (il méritait bien plus que ça). Le premier film pakistanais à avoir jamais joué au festival, les débuts étonnants de Saim Sadiq sont si précis et riches en performances et en récits qu’il était presque criminel de ne pas être considéré par la plupart des gens.

Le plan d’un homme sur un scooter, le visage enfoui dans l’entrejambe d’un voyageur debout géant, est ce qui m’a d’abord attiré vers le film. Le cavalier est Haider Rana, joué avec une grande sensibilité et un conflit intérieur par Ali Junejo. Vivant avec son épouse arrangée Mumtaz (Rasti Farooq), son père (Salmaan Peerzada), son frère (Sohail Sameer) et sa belle-sœur (Sarwat Gilani), la famille forme une unité sociale étroite où les rôles de genre sont légèrement fluides . Alors que Mumtaz travaille comme maquilleuse pour les futures mariées, le chômeur Haider fait la vaisselle et s’occupe des enfants, au grand dam de son frère et du patriarche.

Lorsqu’un ami dit qu’il y a un emploi disponible dans un théâtre local, Haider rencontre Biba (Alina Khan), une danseuse avec une suite de jeunes garçons qui dansent derrière elle pendant l’entracte. Au début, le fait qu’elle soit transgenre ne semble pas commenté, mais les considérations plus subtiles de la société conservatrice du Pakistan viennent progressivement au premier plan.

À partir de là, à peu près toutes les idées préconçues que vous avez sur le Pakistan et son cinéma sont bouleversées, et il est difficile de ne pas croire qu’il y a un degré de bravoure politique et sociale dans le récit de cette histoire qui va bien au-delà de presque tous les films du festival. Chaque fois que je craignais que cela ne dégénère en maudlin ou en narration prévisible, les choses étaient bouleversées et la complexité de tout cela – relations sociales, dynamique familiale, attentes religieuses et culturelles, modes de sexualité – était traitée de manière à la fois subtile et profonde. C’est un film vraiment inoubliable et une véritable découverte du festival de cette année.

On pourrait dire la même chose pour « Rebelle, » Le film radical d’Adil El Arbi & Bilall Fallah sur la radicalisation. Mieux connus du public occidental pour avoir dirigé « Bad Boys for Life », Adil & Bilall ont créé ce qui est sûrement la première comédie musicale d’ISIS, liant les sensibilités hip-hop à l’histoire dramatique, parfois pleine d’action, d’une famille prise au piège des promesses non tenues. .

Kamal (Aboubakr Bensaihi) est un gamin punk qui fait du rap et qui fait de la moto. Molenbeek communauté à Bruxelles, Belgique. Lorsque ses actes criminels le rattrapent, il est contraint de s’enfuir, trouvant une sorte de refuge en Syrie dans l’espoir de prendre un nouveau départ. Estimant que ses capacités de réalisation de vidéos peuvent être plus utiles que le maniement d’une arme, il se retrouve bientôt, caméra à la main, en train de capturer les atrocités de son nouveau groupe de camarades.

★★★★★

A lire également