homepage_bridget-everett_0-6956411-2010853-jpg

Bridget Everett Shines in HBO’s Disarmingly Earnest Dramedy Somebody Somewhere | TV/Streaming

Actualités > Bridget Everett Shines in HBO’s Disarmingly Earnest Dramedy Somebody Somewhere | TV/Streaming

Créé par Hannah Bos et Paul Thureen, également crédité d’avoir écrit la plupart des épisodes, « Somebody Somewhere » contient une composante autobiographique importante pour Everett, elle-même originaire de Manhattan. Cette authenticité transparaît d’une manière qui ne peut être truquée, dans la spécificité du monde et des personnages qui rendent la série absorbante.

« Somebody Somewhere » est une véritable classe de maître non seulement pour créer des personnages authentiques et nuancés et pour construire un monde totalement captivant, mais aussi pour un dialogue naturaliste. La série donne l’impression d’être sans effort, comme c’est souvent le cas avec quelque chose de savamment fabriqué, mais une inspection plus approfondie révèle l’étendue du savoir-faire. Soutenu par des performances stellaires de l’ensemble de la distribution, le spectacle démontre une compréhension rare de la valeur de l’espace négatif et de la façon de l’utiliser – quand quelque chose est communiqué plus efficacement par le silence qu’avec un dialogue chausse-pied, et comment façonner ces silences de telle sorte que le non-dit est toujours véhiculée avec un merveilleux degré de spécificité.

Everett est remarquable en tant que femme qui se cache derrière un masque d’apathie et de barbes pleines d’esprit. Elle n’est pas du genre à parler de ses sentiments par choix, mais la performance d’Everett parvient à transmettre constamment au public des choses que Sam refuse de dire ou de reconnaître avec une clarté cristalline. C’est un portrait subtil et convaincant de la dépression, une tristesse qui crée un contrepoids intrigant au sens de l’humour audacieux et paillard pour lequel Everett est connu, qui a également de nombreuses occasions de briller.

Joel présente une feuille intrigante à Sam tout en étant un personnage fascinant à part entière, un homme dont l’extérieur timide et douloureusement maladroit cache une quantité surprenante de charme qui se cache juste sous la surface. Ses forces et ses faiblesses complètent celles de Sam à un degré tel que leur amitié, et la façon dont elle les pousse tous les deux à grandir en tant que personnes, semble totalement organique. Parmi les acteurs de soutien les plus périphériques, le professeur d’agriculture locale délicieusement théâtral, le Dr Fred Rococo (Murray Hill), est un membre remarquable, membre de la joyeuse bande d’excentriques et d’inadaptés que Joel réunit au cours du spectacle. Il en va de même pour le père de Sam, Ed (Mike Hagerty), un père de famille affable qui a du mal à accepter le fait que son aversion pour les conflits n’a fait que favoriser l’alcoolisme de sa femme.

★★★★★

A lire également