Netflix’s In From the Cold is a Silly and Seductive Spy Thriller | TV/Streaming

Actualités > Netflix’s In From the Cold is a Silly and Seductive Spy Thriller | TV/Streaming

« In From the Cold » s’ouvre sur une violence absurde, ce qui est plutôt parfait pour une série qui s’intéresse surtout aux chocs légers. Un gars avec un regard étrange dans les yeux jette soudainement un autre mec d’un toit lors d’une soirée chic; ailleurs à Madrid, un autre camarade agit de manière raciste envers un passager noir avant d’être rapidement expulsé du bus et poursuivi. Ensuite, un bébé est volé avant que le voleur ne soit également déjoué. Qu’est-ce qui a pu causer de tels actes de terreur impromptus ?

Plan sur Jenny (Margarita Levieva), qui est à Madrid avec sa fille Becca (Lydia Fleming) et son équipe de patinage artistique composée de futurs olympiens. Sa fille pense que sa mère est totalement pas cool et étrangement méfiante à propos de son passé, déclenchant un arc de relation mère-fille. Et puis soudain, alors que Jenny prend l’ascenseur de leur hôtel, un gars en costume qui ressemble à un stagiaire lance une bombe fumigène avant que les portes ne se ferment, l’assommant. Elle se réveille piégée devant un groupe d’hommes de main. Jenny est interrogée sur le fait d’être une espionne russe et nie tout, jusqu’à ce qu’elle utilise soudainement ses compétences de combat profondément enracinées pour se botter le cul pour sa vie, puis découvre qu’elle est dans une sorte de centre de formation. Elle a été trompée par son nouveau patron, un homme pimpant de la CIA avec une manière plate d’essayer de paraître grave et un nom qui ne rend vraiment pas service à son personnage – Chauncey Lew (Cillian O’Sullivan). Chauncey avec son as de l’informatique Chris (Charles Brice) est capable de contraindre et de soutenir l’ancienne espionne Jenny, alors qu’elle trace un complot contre le Premier ministre espagnol contre des Espagnols violemment de droite et son propre passé caché.

Ai-je mentionné que Jenny a un super pouvoir que Netflix ne veut pas que les critiques mentionnent avant la première de l’émission ? Ou que la carte de titre de la série épelle le « O » de « Cold » avec un marteau et une faucille, qui se fait ensuite tirer dessus avec une balle et saigne ? Une grande partie de la narration de « In From the Cold » est du « bien sûr, pourquoi pas? » variété, plus qu’une simple histoire d’espionnage. Mais tant que nous nous amusons, tant que nous avons toujours l’impression d’être dans une escapade opulente comme Jenny et Becca, cela s’avère suffisant. « In From the Cold » nous lance tellement à un rythme si rapide qu’il peut être difficile de résister quand on est le moins du monde curieux.

Parmi les nombreuses pièces juteuses qui sont en mouvement dans « In from the Cold », ce sont les flashbacks sur la jeune Jenny (connue alors sous le nom d’Anya) qui ne sont tout simplement pas aussi intrigants. Nous voyons comment elle a acquis sa réputation d’assassin appelé The Whisperer et la relation interdite qu’elle a eue avec une autre jeune femme nommée Faina (Anastasia Martin) – une facette que l’histoire traite avec soin et temps. Mais le dialogue est bien sûr ouvert et loufoque ici aussi, comme lorsque la patronne d’Anya, Svetlana (Alyona Khmelnitskaya), dit « Tu es une SALOPE POUR LA MÈRE RUSSIE! », Parce que si les autres personnages vont être si larges, pourquoi ne pas opter pour le Russe glacial ? Mais « In From the Cold » fait des allers-retours à cela, pendant de longues périodes, et c’est plus une distraction pour l’action Jenny mieux rythmée qui se passe dans la chronologie actuelle.

★★★★★

A lire également