Bodies Bodies Bodies Avis critique du film (2022)

Actualités > Bodies Bodies Bodies Avis critique du film (2022)

Cette ouverture d’esprit est ici un véritable pari audacieux, puisque le scénario de Sarah DeLappe (d’après une histoire de Kristen Roupenian, l’auteur du très populaire New yorkais histoire courte, Personne à chat), n’offre pas exactement un groupe de personnages sympathiques. Jouées respectivement par une électrique Amandla Sternberg (« The Hate U Give ») et la merveilleuse percée de « Borat Later Moviefilm » Maria Bakalova, les snoggeurs susmentionnés Sophie et Bee sont les deux premiers du groupe que nous rencontrons. Avec de petits extraits d’informations ici et là, nous constatons qu’ils sont dans une relation assez nouvelle, en route pour une fête à la maison au manoir du très riche David (un maladroit Pete Davidson), le meilleur ami de longue date de Sophie. Également dans le mélange serait la petite amie posey de Pete Emma (Chase Sui Wonders), le fonceur compétitif Jordan (Myha’la Herrold) et la fougueuse Alice jouée par une intensément audacieuse, charismatique et présente Rachel Sennott (« Shiva Baby »), la vedette facile du casting en tant que podcasteur hilarant inconscient qui peut se permettre de parler un peu moins. La bizarrerie dans une mer de vingt ans est le petit ami beaucoup plus âgé d’Alice, Greg (Lee Pace), âgé de 40 ans.

À l’exception de la modeste Abeille, ce sont tous des gens insupportablement riches, voyez-vous. Mais leur argent ne peut toujours pas masquer la mesquinerie qui sévit dans leurs rangs. Les rancunes commencent à faire surface dès que Sophie et Bee entrent dans le grand manoir au choc de tout le monde. Pourquoi Sophie n’a-t-elle pas répondu au chat de groupe et confirmé sa présence ? Qui est cette abeille qu’elle a amenée ? (Avec des sentiments persistants pour Sophie, Jordan semble particulièrement amer à propos de la présence de Bee.) Tout cela ressemble à une parfaite tempête de ressentiments au sein du groupe, vaincu uniquement par le véritable ouragan à l’approche, le véritable catalyseur de la fête à la maison remplie d’alcool, de drogues. et des jeux idiots à jouer dans le noir.

Étant le chef de ces jeux, le thème du meurtre et du mystère Corps Corps Corps met en branle toute la débauche dans les imposantes chambres du domaine. Avant que nous ne le sachions, le groupe perd tout pouvoir et les corps sanglants commencent à tomber un par un, sur fond d’une tempête déchaînée et du score de plus en plus alarmant de Disasterpeace. Travaillant avec le directeur de la photographie « Monos » Jasper Wolf, Reijn fait un excellent usage de tous les coins et recoins des beaux intérieurs de la maison, naviguant avec agilité dans une série d’événements labyrinthiques avec une intrigue au bord de votre siège, une dose décente de frayeurs et un véritable sens de l’humour. Chaque slasher efficace – du moins les bons comme l’original « Scream », qui prête à « Bodies Bodies Bodies » des quantités généreuses de son ADN – est une danse entre ce que la caméra montre et choisit de dissimuler. Bien versé dans le langage des genres, Reijn vous laisse deviner ici, vous faisant parfois même souhaiter de pouvoir revenir en arrière il y a quelques secondes et jeter un autre regard sur ce qui vient de se passer. (Inutile de dire que « Bodies Bodies Bodies » est un excellent candidat pour des visionnements répétés dans le théâtre une fois que vous avez découvert sa révélation inattendue, en grande partie grâce à son ensemble sensationnel.)

★★★★★

A lire également