Apple TV+ Thriller Surface Lacks All Depth | TV/Streaming

Actualités > Apple TV+ Thriller Surface Lacks All Depth | TV/Streaming

Sophie (Mbatha-Raw) a récemment survécu à une tentative de suicide à San Francisco, où elle vit avec son mari James (Oliver Jackson-Cohen de « The Invisible Man », ce qui signifie qu’il porte automatiquement un facteur de méfiance uniquement par le casting). Des mois après la tentative de suicide, Sophie souffre d’amnésie – le genre qui va et vient d’une manière qui en révèle juste assez pour pousser un thriller sur les rails – et travaille avec un thérapeute (une Marianne Jean-Baptiste tragiquement gaspillée) pour comprendre pourquoi elle tenterait de mettre fin à ses jours (et commençait à soupçonner que quelqu’un avait peut-être essayé de la tuer à la place). Bien sûr, c’est un thriller Apple TV + donc il y a bien plus dans la vie de Sophie qu’il n’y paraît, et ses soupçons grandissent considérablement lorsqu’un flic infiltré nommé Baden (Stephan James) l’avertit qu’elle ne peut pas faire confiance à James, et elle découvre qu’elle a quelques secrets qui lui sont propres. Comme un scénario de thriller Mad Libs, les deux moitiés du couple troublé ont besoin d’une meilleure amie, bien sûr, et Ari Graynor joue Caroline (celle de Sophie) tandis que François Arnaud joue Harrison (celle de James). Tous deux en savent plus qu’ils ne le disent sur le passé de Sophie. Parce que bien sûr ils le font.

Après une longue série de thrillers sortis de la machine de production de contenu télévisé à un rythme plus rapide depuis que « Big Little Lies » a remporté tous les prix, « Surface » semble avoir tous les bons ingrédients pour la télévision d’évasion estivale. Il a une distribution magnifique d’interprètes plus que capables, dont certains peuvent être phénoménaux dans le bon matériel. Je n’arrêtais pas de penser à la profondeur ajoutée par Mbatha-Raw à « The Morning Show » ou à la sous-estimation de James dans « If Beale Street Could Talk » et même à la brutalité émotionnelle de Jackson-Cohen dans « The Haunting of Hill House ». Comment le mélange de ces trois-là dans un thriller sexy peut-il être si terne ?

Le principal problème est que tout le monde ici est contraint à des caractères incohérents par la nature du script. Notre protagoniste ne se souvient pas de beaucoup de détails importants sur ses relations, ce qui met en place une structure dans laquelle nous ne pouvons pas faire confiance et ne connaissons vraiment personne. Les acteurs jouant James, Baden, Caroline et Harrison changent en fonction de sa découverte de la vérité d’une manière qui les fait tous se sentir minces. Mais même le centre ici est creux parce que Mbatha-Raw n’a rien eu à jouer d’autre que la confusion, poussée par des scripts qui l’obligent à changer constamment d’allégeance et même ce que l’actrice sait de son personnage. Jouer quelqu’un avec l’amnésie est déjà assez difficile, mais Sophie a si peu d’agence ici que le spectacle s’effondre autour d’elle. Au moins jusqu’à la finale, elle est vraiment en train de rebondir de torsion terne en torsion terne comme un rocher sautant, désolé, la surface.

★★★★★

A lire également