Amazon Prime’s The Wilds is the Unexpected Hit of the Season | TV/Streaming

Actualités > Amazon Prime’s The Wilds is the Unexpected Hit of the Season | TV/Streaming

Un groupe de jeunes femmes est dans un avion affrété à Hawaï pour une retraite de filles en difficulté appelée The Dawn of Eve lorsque l'avion tombe en panne, tuant l'équipage et bloquant les passagers sur une île au milieu de nulle part. Comme chaque épisode va et vient entre le temps après l'île et le temps qui précède – généralement divisé en une histoire de chaque fille par épisode – la comparaison «PERDUE» est directe et évidente, d'autant plus que les adolescents découvrent qu'il y a plus où ils sont et comment ils se sont retrouvés là-bas qu'il n'y paraît. Et certaines filles ont apporté des secrets au milieu de nulle part.

Alors que nous en apprenons de plus en plus sur les adolescents bloqués, leurs personnalités commencent à se distinguer les unes des autres. S'il y a une piste, c'est probablement Leah (une excellente Sarah Pidgeon), qui obtient le premier épisode de flashback et suscite le soupçon que les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent sur l'île, mais la série est très équilibrée avec son ensemble. Shelby (Mia Healey) est la jolie fille qui semble avoir un système de croyance superficiel; Nora (Helena Howard de «Madeline’s Madeline») est incroyablement calme, surtout par rapport à sa sœur Rachel (Reign Edwards). D'autres filles comme Fatin (Sophia Ali), Dot (Shannon Berry), Martha (Jenna Clause) et Toni (Erana James) prennent leur temps pour se concentrer pendant que David Sullivan et Troy Winbush jouent un couple d'enquêteurs interviewant les filles après le fait. Et puis il y a Rachel Griffiths («Six Feet Under»), qui, eh bien, c’est difficile à expliquer. Sans spoilers, "The Wilds" saute dans le temps de manière adroite et cohérente. Vous ne perdez jamais le récit même s'il rebondit, ce qui témoigne du montage et de la qualité globale.

Au fond, «The Wilds» parle des nombreuses façons dont les jeunes femmes sont sous-estimées, maltraitées, marchandisées et menti dans les années 20. La créatrice Sarah Streicher (un écrivain sur «Daredevil» de Netflix) reconnaît que le ton d'autonomisation de YA dans l'équilibre entre «un sujet très sérieux» rencontre le «complot fou» que le genre exige. C’est un numéro de fil aigu plus dur qu’il n’y paraît au premier abord. Les rebondissements de plus en plus coucou signifient que ce spectacle ne peut pas se prendre aussi sérieusement, mais il doit aussi rendre ses personnages intéressants et sympathiques dans la construction de son intrigue. Leur faire se sentir tridimensionnel pendant qu'ils naviguent dans l'intrigue lourde de torsions est un accomplissement à la fois pour l'écriture et le jeu d'acteur. C'est amusant de regarder cette émission très bien diffusée produire des actrices qui pourraient devenir des stars comme Pidgeon, Ali et Healey, tout en confirmant que Howard est la vraie affaire. Certaines des histoires d'arrière-plan sont plus crédibles et divertissantes que d'autres, mais personne ne se démarque comme étant un maillon faible évident, ce qui témoigne de l'ensemble de la production.

★★★★★

A lire également