A PAvis critique of the 2024 Rendez-Vous with French Cinema | Festivals &

De l’autre, André Masson (Alex Lutz), le personnage central du film de Pascal Bontizer « Enchères » (1er et 10 mars) semble parfaitement satisfait de sa vie d’évaluateur d’art de haut niveau qui considère les œuvres qu’il examine uniquement comme des marchandises à acheter ou à vendre. Cela change lorsqu’il reçoit un appel concernant un ouvrier d’usine ordinaire qui prétend détenir un tableau d’Egon Schiele qu’on croyait perdu après avoir été saisi à son propriétaire par les autorités nazies en 1939. Au début, il suppose qu’il s’agit d’un faux, mais quand lui et son ex-femme (Lea Drucker) jettent un coup d’oeil par eux-mêmes, ils se rendent compte qu’il s’agit bien du véritable article, et les choses se compliquent vite pour toutes les personnes impliquées. En tant qu’exploration du conflit séculaire entre l’art et le commerce, il n’y a pas grand-chose de nouveau à dire et j’aurais aimé qu’il soit un peu plus détaillé sur les efforts visant à réunir les œuvres d’art avec les propriétaires juifs qui les avaient saisies pendant la guerre. . Cependant, en tant que drame standard sur un homme autrefois arrogant qui apprend progressivement qu’il y a certaines choses plus importantes que l’argent, il fait le travail et parvient même à terminer les choses sur une note doucement touchante.

Ce qui se rapproche peut-être le plus d’un simple film de genre dans la sélection de cette année est celui de Rabat Ameur-Zaimeche «Le gang de Temple Woods» (6 et 7 mars) un drame policier inspiré d’un incident réel survenu en 2014. Ici, un groupe de six hommes, qui vivent tous dans le lotissement titulaire à la périphérie de Paris, s’unissent pour réaliser un vol audacieux qui voit ils harcelaient et volaient le contenu d’un SUV appartenant à un prince saoudien extrêmement riche. Inutile de dire que le prince n’est pas content de cela – parmi les objets volés se trouvaient un certain nombre de documents classifiés importants – et avant qu’ils ne se rendent compte qu’ils sont au-dessus de leurs têtes, les malheureux voleurs sont éliminés un par un. Au lieu d’essayer d’amplifier les choses avec un montage rapide et un travail de caméra flashy, Ameur-Zaimeche utilise une approche qui est plus Michael Mann que Michael Bay : méthodiquement rythmée, soucieuse du détail et remplie du genre de moments calmes de personnages qui auraient pu frapper le montage. sol de la pièce dans un autre film. Bien que cela puisse finalement s’avérer peut-être un peu trop austère et lent pour certains cinéphiles, je soupçonne que beaucoup d’autres seront aussi fascinés par ce qu’Ameur-Zaimeche a créé ici que moi.

Enfin, il y a une poignée de films que je n’ai pas pu voir à temps pour les aborder dans cet article. « Banel et Adama » (3 et 6 mars), le premier long métrage de Ramata-Toulaye Sy, est un drame sénégalais aux connotations surnaturelles sur un couple marié dont la relation est mise à l’épreuve par leur refus de suivre les rôles et responsabilités traditionnels. Celle de Vanessa Filho « Consentement » (5 et 9 mars) est une adaptation des mémoires controversées de l’écrivain Vanessa Springora relatant comment elle a été entraînée à avoir une relation sexuelle avec le célèbre auteur Gabriel Matzneff alors qu’elle n’avait que 14 ans. Le premier long métrage de Victoria Musiedlak « Premier cas » (3 et 8 mars) est un drame dans lequel une jeune avocate (Noree Anita) supervise l’interrogatoire de son client adolescent, suspect dans une affaire de meurtre, tout en faisant face à son attirance troublante pour le flic chargé de l’enquête. Celui de Nicolas Philbert «Sur l’inflexible» (4 et 8 mars), seul pur documentaire de la programmation, emmène les téléspectateurs à la rencontre des travailleurs et des patients à bord du Catégorique, une péniche située au cœur de Paris qui, dans le cadre d’un programme ambitieux, sert d’accueil de jour pour adultes neurodivergents. Dernièrement, « L’Enlèvement » (3 et 5 mars), le premier long métrage d’Iris Kaltenback, suit une sage-femme (Hafsia Herzi) qui fait face aux conséquences d’une rupture inattendue en canalisant toute sa vie émotionnelle dans la grossesse de sa meilleure amie.

Pour plus d’informations sur les heures de projection, les billets et les apparitions programmées des invités, rendez-vous sur https://www.filmlinc.org/festi… Le programme Rendez-Vous with French Cinema se déroule au Walter Reade Theatre de New York du 29 février au 10 mars.

A lire également