A Letter to Roger Ebert from a Former Ebert Fellow | Black Writers Week

Actualités > A Letter to Roger Ebert from a Former Ebert Fellow | Black Writers Week

Bien que je n’aie jamais eu l’occasion de vous rencontrer en personne, j’ai l’impression d’avoir appris à vous connaître à travers vos écrits et, surtout, avec mon expérience en tant qu’Ebert Fellow—qui a évolué de ma participation au Film Independent Project Involve’s programme de développement d’artiste à d’autres opportunités que j’ai eues dans les programmes Chaz établis après votre décès.

Pour moi, être un Ebert Fellow est plus important qu’un film. C’est un mode de vie et les mots ne peuvent exprimer ma plus profonde gratitude pour l’espace de soutien et de soutien que la fraternité a fourni. J’ai rencontré de nombreux créateurs merveilleux d’Ebert Fellows à l’Ebertfest, le Festival de Cannes, et éparpillé dans toute l’industrie.

Grâce à la fraternité, j’ai rencontré un certain nombre d’individus merveilleux et solidaires, certains d’entre nous devenant de bons amis. En fait, la connexion avec Ebert Fellows m’a conduit à mon travail actuel. Ma participation au programme de bourses est arrivée à un tournant de ma vie, et le soutien financier m’a permis de me concentrer sur la poursuite de mes objectifs.

En guise de remerciement, je rends parfois visite à votre étoile sur le Hollywood Walk of Fame, juste pour vous dire bonjour. Parfois, mon esprit nous imagine en train de partager du thé ensemble et de profiter de conversations sur l’état actuel de l’industrie du divertissement, en particulier à la suite du mouvement Black Lives Matter.

Je pense que vous pourriez convenir que, bien que la diversité soit bien intentionnée, le mot est lancé dans les salles de réunion sans objectifs clairs et sans évaluation pour suivre l’impact des initiatives. J’espère que tout Hollywood sera intentionnel et diligent en matière d’inclusion qui soutient les individus issus de communautés marginalisées.

Des programmes comme la bourse Ebert sont très importants pour des personnes comme moi, une immigrante noire du Zimbabwe qui, depuis son enfance, a une profonde passion pour l’industrie cinématographique, mais sans aucun lien avec le monde du divertissement. Mon amour pour le cinéma est ancré à l’intersection du public, de l’érudition et du créateur/réalisateur/réalisateur. Être un Ebert Fellow m’a permis d’explorer et de grandir dans cette trilogie d’intérêts.

★★★★★

A lire également