10 meilleures représentations d’acteurs de la reine Elizabeth II, classées

Actualités > 10 meilleures représentations d’acteurs de la reine Elizabeth II, classées

La mort de la reine Elizabeth II marque la mort de la personnalité publique la plus importante du XXe siècle et l’une des plus importantes de l’histoire moderne. Dans ce contexte, la vie du monarque britannique qui a régné pendant plus de 70 ans a fait l’objet de multiples interprétations à la télévision et au cinéma.

La cinquième saison de la série Netflix The Crown doit être diffusée le 11 novembre, comme l’a annoncé le streamer le 24 septembre. L’actrice Imelda Staunton sera la troisième personne à représenter le monarque dans la série, couvrant le tournant du millénaire et les dernières décennies du règne d’Elizabeth. La performance de Staunton établira naturellement une comparaison avec les représentations précédentes de la reine dans la série, ainsi qu’avec les multiples interprétations à travers le cinéma et la télévision.

10/10 Jennifer Saunders — Minions (2015)

La comédienne Jennifer Saunders a exprimé une reine fictive Elizabeth dans le film d’animation familial. En 1968, les serviteurs sont chargés de kidnapper la reine pour sa couronne inestimable, faisant de Bob le nouveau roi régnant.

Saunders ne ressemble pas exactement à la reine Elizabeth dans sa jeunesse. Cependant, ses dons en tant que comédienne aident à donner une impression précise de royauté avec bonne humeur, de la même manière que son rôle de fée marraine dans Shrek 2. Évidemment une idée entièrement fictive, il est difficile de comparer la performance à des représentations plus historiques de la reine. , mais le camée fait néanmoins une apparition amusante.

9/10 Freya Wilson – Le discours du roi (2010)

The King’s Speech dépeint l’histoire vraie du roi George VI, le père de la reine Elizabeth II. Après que son frère, Édouard VIII, ait abdiqué du trône, le nouveau roi cherche un orthophoniste pour surmonter son bégaiement et s’adresser à la nation à l’approche de la Seconde Guerre mondiale.

Freya Wilson dépeint alors la princesse Elizabeth avec une grande précision, en particulier par rapport aux sources visuelles et audio de la jeunesse d’Elizabeth. La principale critique de la représentation d’Elizabeth par The King’s Speech est qu’elle n’est tout simplement pas assez dans le film, et le film aurait gagné à se pencher davantage sur la relation d’Elizabeth avec son père et l’enfant en s’adaptant à son nouveau rôle de futur monarque.

8/10 Samantha Bond — La reine et moi (2018)

Samantha Bond a joué une reine Elizabeth fictive dans cette adaptation du roman comique de Sue Townsend, où un mouvement républicain force la famille royale à quitter le palais de Buckingham et est obligée de joindre les deux bouts dans un logement social.

Cette vision de la famille royale par un écrivain anti-monarchiste constitue certainement un sujet de conversation intéressant et une opportunité de satire, mais l’humour du film tombe souvent à plat et ne parvient pas à la hauteur du livre acclamé par la critique. Samantha Bond possède certainement les deux précisions dans la représentation de la reine tout en offrant une solide performance comique, mais le film ne lui donne pas grand-chose avec quoi travailler.

7/10 Penelope Wilton — Le BFG (2016)

L’adaptation de Roald Dahl de Steven Spielberg n’a pas été aussi acclamée que son autre travail de réalisateur, mais le réalisateur a capturé une grande partie du charme de l’amitié improbable entre un orphelin et un géant affable. Dans le film, le BFG (Big Friendly Giant) tente de livrer un cauchemar à la reine Elizabeth à propos d’une prochaine attaque de géants, mais le couple finit par se croiser accidentellement.

Le BFG est peut-être l’un des films les plus sous-estimés de Steven Spielberg. Le film dépeint une version plus élevée de The Queen en accord avec le style de signature de Roald Dahl, et Buckingham Palace est un débouché parfait pour jouer des scènes comiques avec le BFG. Penelope Wilton est un sosie du monarque, surtout vocalement, mais son personnage est donné peu de complexité.

6/10 Emma Thompson – Promener les chiens (2012)

Emma Thompson dépeint la reine Elizabeth à l’apogée de la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher dans cette histoire vraie d’un intrus pénétrant par effraction dans la chambre de son palais. L’intrus, Michael Fagan, l’a fait sous l’impression qu’il pourrait alerter la reine des luttes de ses sujets sous le mandat de Thatcher. Dans le court métrage, le couple s’engage dans un échange imaginaire.

Selon les récits historiques de l’événement réel, la reine et Michael Fagan ne se sont pas entretenus au-delà de Fagan faisant connaître son apparence. Malgré cela, Emma Thompson fait une formidable reine Elizabeth avec des monologues puissants. Cependant, l’interprétation de l’événement par The Crown dans sa quatrième saison offre beaucoup plus d’informations sur le contexte historique de l’événement, avec plus d’ombre et de lumière sur le rôle d’Elizabeth pendant Thatcherism.

5/10 Sarah Gadon – Une soirée royale (2015)

A Royal Night Out dépeint la princesse Elizabeth de l’époque et sa sœur cadette, la princesse Margaret, lors des célébrations du jour de la VE (Victoire en Europe) à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le couple convainc leur père de les laisser participer aux célébrations, explorant la vie nocturne de Londres déguisée.

Les débuts d’Elizabeth en tant que princesse ont rarement été adaptés au cinéma, et cette interprétation constitue un changement bienvenu au milieu des représentations d’un monarque aîné. Tout en s’inspirant principalement d’une interprétation créative, le film ajoute plus d’humanité à une figure que la majorité de ses sujets n’ont connue qu’en tant que chef de l’État.

4/10 Stella Gonet — Spencer (2022)

Ce biopic non conventionnel est une histoire largement fictive du Noël de la princesse Diana à Sandringham Estate alors que son mariage se décompose continuellement. Se sentant isolée et aux prises avec sa santé mentale, Diana se tourne vers sa famille, y compris la reine Elizabeth, pour obtenir de l’aide.

Bien que la reine Elizabeth ait très peu de répliques dans Spencer, sa présence, même sans dialogue, est une représentation très avant-gardiste de la claustrophobie et du sacrifice personnel. Lorsque les deux actions s’échangent, la performance de Gonet est une pièce puissante pour exprimer les sacrifices émotionnels que la couronne exige de son porteur.

3/10 Helen Mirren – La reine (2006)

Helen Mirren a remporté un Oscar pour ce regard intime sur la reine Elizabeth et son conflit intérieur au milieu de la popularité décroissante de la monarchie. Au lendemain de la mort de la princesse Diana, le nouveau Premier ministre Tony Blair suggère qu’elle va à l’encontre de la tradition et s’adresse à ses sujets en deuil alors que les sentiments républicains augmentent.

Mirren est une digne lauréate de l’Oscar de la meilleure actrice, dans cette superbe performance en couches. Son réalisateur, Stephen Frears, est un républicain, et cela se voit à l’écran. La reine ridiculise les restrictions et les doubles standards que la monarchie exige, créant une représentation très sympathique de la reine Elizabeth qui aide la performance de Mirren.

2/10 Claire Foy – La Couronne (Saisons 1-2)

Les deux premières saisons de l’épopée historique de Netflix La Couronne présentent les dernières années d’Elizabeth en tant que princesse, vivant à Malte avec sa jeune famille, et son premier règne en tant que reine à la suite de la mort inattendue de George VI.

L’ère de Claire Foy de La Couronne est une rareté dans la représentation de la phase de transition d’Elizabeth entre ses rôles de princesse et de monarque régnant – notamment lorsqu’elle refuse la demande de sa sœur Margaret d’épouser le divorcé Peter Townsend. Foy mélange habilement les deux côtés opposés d’une jeune Elizabeth en conflit qui devient plus confiante dans son rôle au fur et à mesure que le spectacle progresse.

1/10 Olivia Colman – La Couronne (Saisons 3-4)

Olivia Colman a joué une reine Elizabeth plus âgée des années 1960 au début des années 1990 dans deux saisons de The Crown. Cette version de la reine Elizabeth, ayant régné pendant plus de deux décennies, est confrontée à des événements historiques importants, de l’alunissage au thatchérisme, ainsi qu’à des luttes personnelles telles que sa relation tendue avec ses enfants et la rupture de leurs mariages respectifs.

La version de Colman de la reine Elizabeth est la plus complète, reflétant l’agitation émotionnelle du monarque tout en jetant un nouvel éclairage sur le dévouement au traditionalisme qui, pour beaucoup, a fait de la reine une figure de plus en plus hostile. Ceci, bien sûr, ne pourrait être réalisé sans la performance de Colman, dépeignant magistralement les leçons requises d’une figure de proue, telles qu’elles ont été apprises à l’époque de Foy. Dans le même temps, Colman parvient à mettre en évidence les fissures dans la fondation d’un poste de premier ministre qui exige d’un monarque qu’il reste insensible.

★★★★★

A lire également