La drôle et poignante route de Pete Davidson vers la maturité

L'art imite la vie du comédien de Saturday Night Live Pete Davidson. Le King of Staten Island est une tranche de vie dramatique sur l'incapacité d'un stoner inadapté à faire face au changement. Dans le contexte de l'arrondissement le plus méconnu de New York, le merveilleux ensemble du film brosse un portrait vivant des habitants de la classe ouvrière de Staten Island. Les personnages sont drôles, poignants et attachants. Le réalisateur Judd Apatow apporte une touche habile jusqu'à un acte final quelque peu artificiel et mélodramatique.

Pete Davidson incarne Scott Carlin, un pothead sans emploi de vingt-quatre ans souffrant de graves problèmes émotionnels. Il vit avec sa mère adorée, Margie (Marisa Tomei), et sa sœur liée à l'université, Claire (Maude Apatow). Le père de Scott était un pompier tué dans l'exercice de ses fonctions. La perte de son père quand il était enfant domine la psyché de Scott. Il se considère stupide et sans valeur. Scott passe ses journées à se défoncer dans un sous-sol avec des amis revendeurs de drogue de bas niveau (Ricky Velez, Moisés Arias et Lou Wilson). Il a un ami à long terme avec des avantages, Kelsey (Bel Powley), qui veut plus de leur relation.

CONNEXES: Pete Davidson quittera-t-il SNL? Un comédien répond à une question difficile après avoir claqué le spectacle

Le monde sûr de Scott s'écroule avec l'introduction de Ray (Bill Burr), un pompier qui commence à poursuivre sa mère. Scott est sidéré de voir sa mère sortir avec un autre pompier, même si son père est mort depuis dix-sept ans. Son comportement enfantin et grossier envers Ray trace une ligne avec sa mère, sa sœur et Kelsey. Scott se retrouve en territoire totalement inconnu. Il est forcé de devenir un adulte et de faire face aux problèmes profonds qui le retiennent.

Le roi de Staten Island est une histoire largement autobiographique. Pete Davidson, qui a co-écrit le scénario avec Judd Apatow, a perdu son père pompier au World Trade Center le 11 septembre 2001. Lui et sa sœur ont été élevés par leur mère veuve à Staten Island. Davidson joue essentiellement lui-même dans un fac-similé de sa propre vie. Sa performance, en particulier les sentiments d'insuffisance et de pensées suicidaires, est d'un réalisme dévastateur. L'automédication et la léthargie ne peuvent être qu'une béquille pendant si longtemps. Scott est secoué hors de sa zone de confort. Son voyage pour découvrir qui était vraiment son père, les verrues et tout, ouvre son esprit à de nouvelles possibilités.

Marisa Tomei, Bill Burr et Bel Powley contribuent à la crédibilité du film. Margie a son propre éveil spirituel. Elle a renoncé à son bonheur pour apaiser son fils en difficulté. Margie se rend compte qu'elle est devenue l'activatrice de Scott. Bill Burr est hilarant en tant que fleuret initial de Scott, puis figure de père bien nécessaire. Ray aide Scott à retirer le halo de la tête de son père. Il fournit à Scott le coup de pied nécessaire dans la direction du cul. Bel Powley vole presque tout le film. Elle est une actrice britannique qui excelle dans la représentation de filles américaines à col bleu. J'ai d'abord remarqué son talent dans White Boy Rick. Powley offre un contraste frappant avec l'auto-dépréciation de Pete Davidson. Elle cloue absolument l'accent, l'apparence et l'attitude de Staten Island.

Le roi de Staten Island navigue en douceur jusqu'à un point culminant étrangement fabriqué. Scott fait face à une situation hors du bleu sans aucune raison. Judd Apatow (En cloque, Accident ferroviaire) permet aux personnages de respirer et d'explorer. Ils atteignent un point où toutes les personnes impliquées ont une croissance significative. Il n'était pas nécessaire de jeter une nouvelle clé dans les travaux. L'action au nom de l'action s'avère être une distraction inutile. Le film dure longtemps à deux heures et dix-sept minutes. La dernière aventure de Scott aurait pu facilement être interrompue. Le roi de Staten Island est produit par Perfect World Pictures et Apatow Productions. Il sortira le 12 juin à la demande d'Universal Pictures.

Sujets: Le roi de Staten Island

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

Julian Roman à Movieweb

Vous pourriez également aimer...