World of Wong Kar Wai Retrospective Arrives Virtually to Film at Lincoln Center | Features

Avec son deuxième film, «Des jours de folie» (1990), Wong a offert la première véritable représentation de ce qui allait devenir son style reconnaissable. Situé en 1960, le film est centré sur Yuddy (Leslie Cheung), une jeune roue qui séduit deux femmes, la calme et réservée Su Li-zhen (Maggie Cheung) et la showgirl Mimi, puis leur brise le cœur. Son attitude envers les femmes découle clairement de ses sentiments non résolus envers sa mère adoptive, une ancienne prostituée, et quand il découvre que sa mère biologique est toujours en vie, il s'aventure aux Philippines pour la retrouver. Se dispensant essentiellement des préoccupations narratives de son entreprise précédente, Wong a pris du matériel potentiellement familier et a utilisé une approche plus rêveuse beaucoup plus intéressée par l'humeur et l'atmosphère que le déplacement de l'histoire du point A au point B.L'une des clés de cette approche est venue dans le forme du directeur de la photographie Christopher Doyle, travaillant avec Wong dans la première de ce qui allait devenir l'une des collaborations cinéaste / directeur de la photographie les plus fructueuses des temps modernes. Ensemble, ils transforment le film en quelque chose de beau et d'unique et bien qu'il n'ait pas trouvé beaucoup de faveur commerciale dans son pays d'origine (conduisant à l'annulation d'une suite potentielle suggérée lors de sa finale), c'était la première preuve réelle de ce qu'était vraiment Wong. capable de.

"Cendres du temps"

Tout au long de sa carrière, les films de Wong ont souvent eu des calendriers de production longs et compliqués qui peuvent durer des mois, voire des années, et c’était certainement le cas avec son prochain film, l’épopée bizarre de wuxia (en quelque sorte) «Cendres du temps» (1994). Très vaguement inspiré du roman de Jin Yong La légende des héros Condor, le film est centré sur un assassin (Ou-yang Feng) qui s'exile dans le désert pour soigner son cœur brisé en rencontrant d'autres épéistes (dont Tony Leung et Jacky Cheung) qu'il engage pour exécuter ses contrats pour lui . Au moins, je pense que c’est de cela qu’il s’agit – je ne peux pas en être sûr car c’est le seul film où l’approche stylistique de Wong est si énigmatique qu’il est souvent impossible de comprendre ce qui se passe à un moment donné. (En 2008, il a présenté une version rééditée, «Ashes of Time Redux», qui est celui présenté ici, mais même cela n'a pas réussi à éclaircir la plupart des questions.) Cela dit, même si cela ne «fonctionne» pas nécessairement, comme on dit, d'un point de vue dramatique ou d'action et la plupart des téléspectateurs, (même les fans de Wong trouvera cela beaucoup trop impénétrable), si vous vous asseyez simplement et laissez-le vous submerger sans aucune attente de compréhension, cela peut être une expérience assez trippante avec un style visuel prononcé et étonnant.

En fin de compte, peut-être la meilleure chose à propos de «Ashes of Time» est que la combinaison de la production prolongée et des craintes de créer un autre échec au box-office a inspiré Wong à créer et à produire un deuxième film sur un calendrier accéléré de six semaines qui se terminerait sortit en salles quelques mois avant le plus grand film. Ce serait un exploit assez impressionnant en soi, mais le film, «Chungking Express» (1994), serait à la fois sa grande percée internationale et le plus purement agréable de tous ses films. Se déroulant à Hong Kong, le film raconte deux histoires distinctes qui présentent toutes deux un policier amoureux et un snack-bar comme lieu clé. Dans le premier, Qiwu (Takeshi Kaneshiro) est largué par sa petite amie le 1er avril et décide d'attendre un mois complet avant d'accepter son absence, allant jusqu'à parcourir les magasins chaque jour à la recherche d'ananas en conserve (son plat préféré) avec un mai 1 date d'expiration. Une nuit, alors qu'il noyait ses peines dans un bar, il croise la route d'une mystérieuse femme (Brigitte Lin), une femme en fuite après une opération de trafic de drogue qui a mal tourné, et ils passent la nuit ensemble dans un hôtel voisin. Dans le second, un autre policier, connu uniquement sous le nom de Cop 663 (Tony Leung), fait face à sa récente rupture avec un agent de bord lorsqu'il se présente au snack-bar et attire l'attention de la nouvelle employée Faye (Faye Wong). Lorsque l'agent de bord dépose une lettre au flic 663 contenant les clés de son appartement, Faye les utilise pour se faufiler dans son appartement pour redresser la place dans le but de se rapprocher de lui, bien qu'à distance.

Vous pourriez également aimer...