Waiting for Bojangles Avis critique du film (2022)

Actualités > Waiting for Bojangles Avis critique du film (2022)

« Waiting for Bojangles » est prometteur, à partir de sa séquence d’ouverture effervescente. Dans une longue et unique prise, Roinsard suit le charmant Georges de Duris alors qu’il sourit et se fraye un chemin à travers une fête chic sur un patio de la Riviera en 1958, avalant verre après verre de champagne et racontant une grande histoire après l’autre. Georges aperçoit également la magnifique Camille d’Efira, dansant de façon spectaculaire toute seule, et est frappé. Leur tango coquet et ensoleillé ressemble à un amusement à l’ancienne.

Mais il devient clair, alors qu’ils tombent rapidement amoureux et se marient, que Camille est troublée. Le fait que Georges l’appelle par tant d’autres noms, d’Antoinette à Marlene en passant par Olga, est un élément récurrent ludique, mais cela semble également susceptible d’aggraver son instabilité. Elle lui dit même catégoriquement en guise d’avertissement : « Je suis soit heureuse, soit triste, jamais sereine. » Cela ne le dérange pas : « Je suis de la mauvaise foi faite chair », dit-il, dans une tournure de phrase habile.

En 1967, Georges et Camille sont mariés et vivent dans un appartement parisien chic et désordonné. Des piles de livres astucieusement empilées et des factures non ouvertes encombrent l’endroit, et la grue domestique de la famille se promène librement (quand elle ne marche pas dans la rue en laisse). Camille et Georges ont maintenant un jeune fils, Gary (Solan Machado Graner), du nom de Gary Cooper, qui aime se déguiser en pirate et échanger des histoires follement imaginatives avec sa mère. Graner est un acteur sensible avec une présence sage au-delà de ses années, mais une grande partie de l’émerveillement forcé dans le scénario, que Roinsard a adapté avec Romain Compingt, se sent incessant et – finalement – oppressant. L’utilisation de la chanson « Mr. Bojangles », qui donne son titre au film, devient également rapidement lassant alors que Camille danse à plusieurs reprises pieds nus dans le salon pour exprimer sa dépression. (La conception des costumes est toujours spectaculaire, cependant, le travail d’Emmanuelle Youchnovski, qui habille Efira dans une gamme de robes cool et mod et de cardigans doux et confortables.)

« En attendant Bojangles » est basé sur le roman du même nom d’Olivier Bourdeaut. Le livre est raconté du point de vue de Gary, ce qui donne un sens à la fantaisie écrasante de l’histoire. Bien sûr, tout est magique, y compris votre belle mère spontanée, quand vous avez neuf ans. Mais la perspective du film est omnisciente, ce qui fait des luttes de Camille une source de frustration pour le spectateur. Nous voyons ce qui se passe vraiment avec elle, et elle a manifestement besoin d’aide – pourquoi ne l’obtient-elle pas ?

★★★★★

A lire également