Voici ce qui fait de Green Knight l’un des films les moins appréciés de 2021

Actualités > Voici ce qui fait de Green Knight l’un des films les moins appréciés de 2021

Lorsque le teaser de The Green Knight a été publié pour la première fois en février 2020, il a suscité beaucoup de buzz auprès du public qui a semblé se développer avec la sortie des bandes-annonces suivantes. Une fois sorti en salles, il s’est bien comporté au box-office pour une production de sa taille, récoltant 18 millions de dollars contre un budget de 15 millions de dollars. Après sa sortie, cependant, il était surprenant de constater que sa réception à grande échelle était terne. Le film détient actuellement un score de critique de 89% sur Rotten Tomatoes, mais n’affiche qu’un taux d’approbation de 50% par le public. Bien que le score de la critique ne soit pas à négliger, il semble presque injuste qu’un film aussi magnifiquement conçu soit mis de côté par les téléspectateurs avec le changement d’année.

Mettant en vedette Dev Patel, le film est produit par A24, une société de production qui s’est forgé une réputation de plus en plus solide ces dernières années; ils font toutes sortes de films, mais sont surtout connus pour leurs créations saisissantes, troublantes et souvent ambiguës. The Green Knight, en particulier, est basé sur l’histoire arthurienne Sir Gawain and the Green Knight écrite par Gawain Poet il y a près de sept cents ans, et est finalement racontée avec toute la force de la philosophie et du cinéma modernes. Il est spectaculairement filmé, merveilleusement joué et magistralement conçu pour donner des coups de poing stimulants et émotionnels tout au long de cette aventure de passage à l’âge adulte qui donne à réfléchir. Il a dépassé de nombreuses listes des « Meilleurs films de 2021 » et, plus récemment, a figuré sur des listes de films qui auraient dû obtenir une nomination aux Oscars du meilleur film en 2022. Et pourtant, The Green Knight a apparemment volé sous le radar du grand public. Voici ce qui fait de The Green Knight l’un des films les plus sous-estimés de 2021.

Il utilise des techniques de narration expérimentales

A24 / Porte des Lions

L’histoire suit Gawain (Patel), un jeune chevalier égaré désireux d’avoir un impact et de faire proliférer son nom. Pour ce faire, il se lance dans une mission de mort certaine, sans en comprendre pleinement les conséquences. Le film plonge profondément dans la psyché de ce personnage principal et est donc souvent raconté de manière non linéaire. Des décisions cinématographiques telles que des flashs avant, des flashbacks, des laps de temps extrêmes, des hallucinations et des rêves sont toutes utilisées pour donner au public un aperçu de l’esprit du nouveau chevalier. Ces types de techniques sont essentielles et très efficaces car, pendant une grande partie du film, Gauvain voyage seul. Le public acquiert une compréhension de son sens de soi et de sa place dans le monde à travers ces éléments. Un résultat supplémentaire de cette exposition solo est que le public s’appuie grandement sur les manières et le jeu du visage de Patel, qui sont livrés de manière spectaculaire. Les dialogues, lorsqu’ils sont présents, sont également excellents. Il sert à mettre en évidence les thèmes centraux du film, le développement des personnages et la progression de l’intrigue. Le film cloue les techniques de narration traditionnelles nécessaires et pousse beaucoup d’entre elles une étape expérimentale plus loin pour créer quelque chose de nouveau et d’excitant.

Il présente une cinématographie et un design saisissants

A24

Cette histoire captivante se déroule dans un vaste paysage à couper le souffle qui présente une variété de terrains impressionnants en plus de zones civilisées bien conçues. Des montagnes immenses et déchiquetées jaillissent de plaines herbeuses colossales pour créer des pics et des vallées de grande envergure. Des champs de bataille déserts et des forêts profondes et inquiétantes, ainsi que des maisons et des villages de dégradation variable sont également représentés avec des détails minutieux. Certains diront peut-être que ce n’est pas un grand exploit en soi, mais au fur et à mesure que le voyage de Gawain à travers cette nature sauvage progresse, il est capturé à l’aide de toutes sortes de techniques accrocheuses, notamment des plans larges, des rotations expérimentales, des zooms lents, des zooms verticaux et de longs panoramiques. Chaque plan est savamment arrangé et souvent incroyablement symétrique.

La cinématographie est encore améliorée par l’éclairage dynamique et la couleur utilisés tout au long du film. La pièce d’époque a l’air sombre et morne mais nette et audacieuse, presque un oxymore mais néanmoins vraie. Généralement, des lumières vertes, rouges, jaunes et bleues vibrantes sont utilisées comme reflets pour apporter un ton surréaliste supplémentaire. Le film propose également une bande-son effrayante qui regorge de vocalisations chorales horribles, de graves profonds et d’aigus lointains de cordes médiévales, et de synthés qui se figent pour monter et descendre de façon spectaculaire avec l’intensité du film. Le texte est également beaucoup utilisé, un composant qui n’est pas souvent mis en évidence dans la plupart des images. Des cartons-titres calligraphiés variés mais toujours beaux entrecoupent les scènes et structurent le film dans la veine de sa source. La combinaison de ces éléments cinématographiques captivants rend chaque plan du film époustouflant et rend difficile la perte d’attention.

Il utilise ces éléments pour afficher des thèmes poignants

A24

Le film utilise son excellente narration, sa cinématographie et sa conception pour ramener à la maison des thèmes actuellement pertinents et émotionnels. Après avoir vu les histoires de ceux qui l’ont précédé, Gauvain veut désespérément avoir sa propre histoire à raconter, sa propre légende, sur les traces des Chevaliers de la Table Ronde. Le chevalier vert, un arbre-homme surnaturel magistralement conçu, défie le jeune homme dans une sorte de duel. La proposition est la suivante : quels que soient les dommages que Gauvain inflige au chevalier vert, le chevalier vert lui infligera en un an à la chapelle verte. Gawain coupe la tête du chevalier, mais à sa grande horreur, le corps de la créature se lève, prend sa tête et quitte le château. Des mois plus tard, Gawain se lance dans son voyage vers l’honneur et la grandeur, mettant en mouvement la plupart des éléments thématiques importants du film. Au cours de son voyage, Gauvain s’efforce de trouver une direction et un sens à la vie, la légitimité du libre arbitre, sa peur de la mort, la confrontation à ses propres illusions, ainsi que le pouvoir du temps et de la nature.

Au cours de son grand voyage, Gawain découvre rapidement qu’être chevalier n’est pas ce à quoi il s’attendait et qu’il est tragiquement sous-préparé. Tout au long du film, il perd ses batailles physiques, a du mal à survivre dans le désert et se comporte mal avec la femme qu’il rencontre. Celles-ci sont à l’opposé de ce qu’on attendait de lui, notamment sur la base des histoires qu’il connaissait. Sa solitude dans le désert lui fait se demander à quoi cela sert. A un moment du film, un homme lui demande pourquoi il fait ce qu’il fait. Gauvain répond : « Pour l’honneur ? Cela signifie qu’il n’a jamais vraiment su pourquoi il s’est lancé dans cette mission en premier lieu et que sa volonté a été assombrie par les attentes et les désirs créés par d’autres. Il voit que sa direction est fausse et fondée sur des illusions. Gawain, comme la plupart, est terrifié à l’idée de mourir, après tout, il s’est embarqué dans ce voyage pour qu’on se souvienne de lui après sa mort. Dans les derniers instants du film, dans un tourbillon de flash en avant, nous voyons un avenir possible pour Gauvain dans lequel il accède au pouvoir mais fait face à de grandes souffrances, pour finalement mourir. Le point semble être que peu importe la taille de votre empire ou votre nom. Quoi qu’il en soit, le vert finira par vous battre, ainsi que chaque souvenir de vous. Vous pouvez le combattre, mais vous ne gagnerez jamais, ce n’est tout simplement pas possible. Gawain semble saisir cela dans ses derniers instants et accepte fermement sa propre mort. Il convient de mentionner en outre que ce n’est pas une mauvaise chose, en fait, cela peut être un excellent facteur de motivation pour vivre une vie honnêtement épanouie. Les questions et les idées posées dans ces thèmes sont confrontées quotidiennement par de nombreuses personnes dans le monde moderne. Dans l’ensemble, The Green Knight prend de grands risques élémentaires en termes d’histoire, de production et de représentation thématique avec un succès époustouflant et divertissant; quelque chose de rare même dans les films nominés aux Oscars – ce qui fait de The Green Knight l’un des films les plus sous-estimés de l’année.

★★★★★

A lire également