Trier les faits et la fiction du film de Marilyn Monroe

Actualités > Trier les faits et la fiction du film de Marilyn Monroe

Blonde, la dramatisation tant attendue de la vie de Marilyn Monroe avec Ana de Armas, est enfin sortie sur Netflix. Comme c’est souvent le cas pour tout film basé sur une histoire vraie, une licence artistique concernant l’histoire a été prise. Entertainment Weekly a parcouru six des scènes du film et a déterminé s’il s’agissait ou non de faits ou de fiction. C’est le résultat.

Une scène particulièrement déchirante dans Blonde est celle de la mère malade mentale de Monroe, Gladys (Julianne Nicholson), qui tente de la noyer dans l’eau bouillante du bain. Est-ce arrivé? Peut-être pas en tant que tel, car il n’y a aucune preuve d’une tentative de dessin, mais Monroe a parlé en privé d’incidents d’abus.

« Sa mère a essayé de la tuer trois fois. Pendant la majeure partie de sa vie, Marilyn a souvent fait remarquer à quel point elle pouvait encore se souvenir de ces horribles rencontres », a déclaré Arthur Miller, le troisième mari de Monroe, à la BBC en 1968.

Un autre point de l’intrigue dans le film est que Monroe entre en relation avec Charles « Cass » Chaplin Jr. (Xavier Samuel) et Edward G. Robinson Jr. (Evan Williams) en même temps. Malgré cela, il n’y a aucune preuve que Monroe ait jamais été dans un groupe, ni que les deux hommes soient gays, bi ou en couple l’un avec l’autre. De plus, la spéculation du film selon laquelle la mort de Cass a joué un rôle dans la propre disparition de Monroe est fausse, car il est décédé six ans après elle dans la vraie vie.

Un élément particulièrement controversé dans Blonde est la représentation de l’avortement dans le film. Monroe a-t-elle été forcée de se faire avorter par le studio ? Il n’y a aucune preuve de cela, car Monroe n’a jamais admis ou discuté d’une telle chose. Cela dit, c’était une pratique courante à l’époque pour les actrices hollywoodiennes de choisir l’avortement pour le bien de leur carrière ou d’être encouragées à l’obtenir par le studio.

Les trois autres scènes

Netflix

La fausse couche de Monroe alors qu’elle était mariée au dramaturge (Arthur Miller interprété par Adrien Brody) est plus ou moins exacte. Monroe a d’abord fait une fausse couche en 1956, puis une grossesse extra-utérine en 1957, puis une troisième fausse couche en 1958. Bien sûr, la cause de la fausse couche décrite dans le film, trébucher sur une plage, semble avoir été inventée par le film.

Le mariage de Monroe avec l’ex-athlète (Joe DiMaggio, tel que représenté par Bobby Cannavale) était abusif. Il existe de nombreux récits d’abus physiques de DiMaggio, qui ont été motivés par sa jalousie et son insécurité face à sa renommée et à son image de bombe. Il l’a attaquée sur la célèbre scène de la porte du métro dans The Seven Year Itch. Le fils de Di Maggio se souvient s’être réveillé au son de son père et des cris de Monroe.

« Après quelques minutes, j’ai entendu Marilyn dévaler les escaliers et sortir par la porte d’entrée, et mon père courir après elle. Il l’a rattrapée et l’a attrapée par les cheveux et l’a traînée à moitié jusqu’à la maison. Elle essayait de le combattre mais n’y arrivait pas.

Ensuite, il y a la scène où Norma Jean prend rendez-vous avec M. Z (Drarry F. Zanuck, joué par David Warshofsky), dans l’espoir de décrocher un rôle ou un contrat. Elle le fait, mais seulement après qu’il l’a violée. Il n’y a aucune preuve que cela se produise. Cependant, Zanuck, le chef de la Twentieth Century Fox, était connu pour ses rencontres douteuses avec des starlettes et des femmes étincelantes.

★★★★★

A lire également