Tous les remakes de Disney Live-Action classés après Pinocchio

Actualités > Tous les remakes de Disney Live-Action classés après Pinocchio

Au cours de la dernière décennie, Disney a dépensé beaucoup de temps et d’argent pour adapter ses films d’animation classiques en remakes en direct, pour le meilleur ou pour le pire. Il n’y a pas de mal à donner une tournure moderne à un conte bien-aimé, mais la Mouse House ne s’aventure jamais trop loin de la formule; aboutissant souvent à des imitations creuses qui rapportent des tonnes d’argent, mais ne laissent jamais beaucoup d’impact dans l’esprit des cinéphiles.

Pinocchio est la dernière tentative malavisée du studio de récapituler un conte classique sans raison particulière. Bien que ce ne soit pas la pire tentative, voici où il se classe parmi les autres remakes en direct de Disney.

14. Alice au pays des merveilles (2010)

Tim Burton. Johnny Depp. Alice au pays des merveilles. Qu’est ce qui pourrait aller mal? S’avère un peu. Là où l’Alice au pays des merveilles de 1951 n’est en aucun cas un classique – le toon est beaucoup trop déconcerté pour représenter quoi que ce soit de substantiel – ce modèle mis à jour transforme en quelque sorte le fantasme psychédélique de Lewis Carroll en une promenade générique dans le parc.

De plus, Burton et la scénariste Linda Woolverton ne refont pas réellement Alice au pays des merveilles mais proposent une suite à l’histoire originale qui… suit les mêmes rythmes que son prédécesseur. J’ai compris? Moi non plus. Des personnages et des lieux familiers sont mélangés dans une intrigue mise à jour qui aspire au spectacle au niveau du Seigneur des Anneaux, mais qui finit par être particulièrement remarquable pour la vision extrêmement bizarre de Depp sur le Chapelier Fou. D’une manière ou d’une autre, cela a eu une suite.

13. La belle et le clochard (2019)

Je ne sais pas ce qui est le plus accablant: oublier un film que j’ai vu il y a 30 ans existe, ou espacer complètement celui que j’ai regardé en 2019. Lady and the Tramp a été l’un des premiers efforts de Disney + pour attirer les téléspectateurs sur sa plate-forme à l’époque les choses semblaient extrêmement prometteuses pour le service de streaming. Je me souviens avoir regardé la version mise à jour du dessin animé du même nom de 1955, mais je ne pourrais rien vous dire de ce qui se passe pendant sa brève durée. Je me souviens avoir pensé : « C’est un film qui essaie de plaire à tout le monde et d’offenser personne. Glace sans sucre. Même mes enfants s’ennuyaient. Alors, allons-y avec ça.

12. Le livre de la jungle de Rudyard Kipling (1994)

Peu de choses ressortent de cette offre Disney fade du début des années 90 mettant en vedette Jason Scott Lee, Sam Neil, Cary Elwes et une pré-Game of Thrones Lena Headey au-delà de quelques scènes éparses. Cela enlève beaucoup de caractère à l’histoire en supprimant la parole des animaux, ce qui se traduit par une expérience visuelle beaucoup moins captivante. Le fait que je n’aie jamais eu envie de regarder l’aventure de Stephen Sommers depuis que je l’ai vue le week-end d’ouverture en 1994 en dit long et heureusement, nous avons reçu un autre remake en direct de Le livre de la jungle qui capture le charme du hit de Disney.

11. Mulan (2020)

Mec, j’étais excité pour Mulan. En tant que grand fan du classique animé de 1998, j’avais hâte de voir une histoire en direct racontée via des effets modernes. Nous étions sûrement dans un régal bourré d’action qui offrirait des séquences de combat passionnantes, et… oh, mon garçon, était-ce une énorme déception.

Manquant de l’énergie courageuse de l’original et du budget nécessaire pour réaliser certains de ses décors les plus somptueux, Mulan dégringole principalement sans grand but. La mise à jour a transformé notre héroïne robuste d’un personnage relatable, imparfait mais finalement adorable en un être semblable à Dieu avec la capacité de tout faire sauf de défier la gravité… non, attendez, elle le fait aussi. Là où Mulan de 1998 insistait sur l’importance de l’entraînement, du travail d’équipe et de la bravoure, ici le message est simple : les superpuissances font vibrer.

10. Pinocchio (2022)

Même la puissance de Robert Zemeckis et Tom Hanks ne peut pas sauver ce récit battement pour battement du classique de Walt Disney de 1940 sur une marionnette en bois qui rêve de devenir un vrai garçon. Contrairement, disons, au Roi Lion. Pinocchio a au moins le bon sens d’utiliser les dessins mémorables de son homologue animé (à l’exception de Monstro, qui a probablement été changé en monstre marin mutant afin d’éviter d’offenser les militants des droits des animaux). Sinon, ce conte tiède frappe tous les rythmes familiers, mais ne justifie jamais sa propre existence. Pire encore, le but du film semble suggérer que Pinocchio devrait être content de son état de bois… ? Ou ai-je mal lu ?

Quoi qu’il en soit, nous nous languissons du classique original de Walt Disney, tout en nous demandant ce qui a convaincu Zemeckis et Hanks que c’était un bon moyen d’utiliser leur immense talent. Félicitations à Joseph Gordon-Levitt, cependant, pour sa formidable interprétation de Jiminy Cricket.

Pinocchio n’est pas mauvais – c’est simplement médiocre, ce qui est probablement pire. Quelqu’un doit jeter ce tas de bois dans le feu.

9. Dumbo (2019)

Tim Burton avait l’habitude de créer des films éblouissants suffisamment profonds pour vous toucher émotionnellement. Puis il a fait équipe avec Disney et a produit deux terribles films d’Alice au pays des merveilles et… Dumbo ? Le style loufoque de Burton s’infiltre parfois et fournit une explosion rapide d’énergie, mais sinon, cette production obsolète glisse quand elle devrait monter en flèche.

8. Le Roi Lion (2019)

Le Roi Lion, le « remake en direct » de Jon Favreau du film d’animation incroyablement populaire de 1994, qui ressemble et sonne comme la vraie chose, mais souffre d’un manque notable d’imagination et de créativité. Même la magnifique partition oscarisée de Hans Zimmer joue tous les mêmes rythmes, sauf lorsqu’elle est curieusement remplacée par une chanson de Beyonce ou deux.

Pourquoi ne pas explorer l’histoire du Roi Lion plus en détail ? Avec ses odes à Hamlet de William Shakespeare, il y a beaucoup de viande à mâcher pour les écrivains modernes. Dans l’état actuel des choses, Le Roi Lion vaut certainement la peine d’être regardé, ne serait-ce que pour se prélasser dans ses merveilleux visuels, mais le scénario paresseux et les performances vocales étonnamment fades empêchent finalement le film de Favreau de gagner sa place parmi la royauté Disney.

7. La Belle et la Bête (2017)

Alors que Jon Favreau a peut-être lancé la récente tendance des remakes avec Le livre de la jungle, La Belle et la Bête de 2017 était le film qui a vraiment enthousiasmé les gens à l’idée de voir leurs films d’animation préférés refaits pour l’ère moderne. Et mon garçon, le battage médiatique était grand pour celui-ci. Je veux dire, Emma Watson, fraîchement débarquée d’Harry Potter ? Dan Stevens, fraîchement débarqué de Downton Abbey ? Un casting délectable d’acteurs talentueux dirigé par Luke Evans, Kevin Kline, Josh Gad, Ewan McGregor, Stanley Tucci, Ian McKellen et Emma Thompson ? Réalisé par le talentueux Bill Condon ? Bonafide smash hit entrant, non?

Sauf que La Belle et la Bête était finalement notre premier aperçu d’un conte classique filtré à travers une lentille incroyablement stérile. Le résultat ressemblait à la vallée étrange – le film ressemble à son homologue animé – jusque dans les costumes et les décors magnifiques – et les personnages prononcent en effet des répliques familières… mais toute la production semble… légèrement de travers. Comme si quelqu’un essayait de recréer de mémoire le nominé du meilleur film de 1991 et oubliait les éléments magiques qui le rendaient si spécial.

6. Le dragon de Pete (2016)

Je ne suis pas sûr que quiconque réclamait un remake sombre et lugubre de Pete’s Dragon, une comédie musicale obscure de 1977 mettant en vedette Mickey Rooney, Red Buttons et Shelley Winters; surtout connu pour ses chansons mémorables et son savant mélange d’action en direct et d’animation. Mais bon, au moins le réalisateur David Lowery essaie quelque chose de différent avec le matériel plutôt qu’un remake plan pour plan.

Dans la version mise à jour, les parents de Pete meurent dans un accident de voiture — dans la scène d’ouverture ! – amenant le jeune garçon à s’aventurer dans les bois où il rencontre un gros dragon vert qu’il surnomme affectueusement Elliot. Des années plus tard, Pete est découvert par Bryce Dallas Howard qui, avec Robert Redford, Karl Urban et Wes Bentley – non, vraiment – tente de domestiquer l’enfant sauvage tout en contrecarrant son copain dragon surprotecteur.

Hé, ce n’est pas du grand art, mais l’ambition est évidente.

5. Aladdin (2019)

On pourrait penser qu’un film d’Aladdin réalisé par Guy Ritchie se traduirait par une aventure sauvage dans les rues d’Agrabah – imaginez les manèges de tapis sauvages et cette finale de serpent pleine d’action repensée à travers les yeux du gars qui a fait Lock, Stock et Two Smoking Barils !

Hélas, la main étouffante de Disney éteint pratiquement le style de marque de Ritchie au profit d’un remake creux qui repose principalement sur le charme magnétique de Will Smith. Mena Massoud et Namoi Scott assument les fonctions d’Aladdin et de Jasmine, mais les étincelles sont rares entre la paire d’acteurs principaux, à l’exception d’un rechapage certes glorieux de A Whole New World.

Oh, et ce mors de serpent mentionné ci-dessus ? Ouais, ça n’arrive jamais. Je ne suis pas partisan du gadget de remake scène par scène, mais pourquoi diable voudriez-vous arracher sans vergogne l’histoire originale et ensuite couper cette scène?

4. Le livre de la jungle (2016)

Le livre de la jungle de Jon Favreau serpente plus qu’il n’excite, mais grâce à un mélange malicieux d’action en direct et d’animation par ordinateur époustouflante, il y a toujours quelque chose à regarder. Le scénario de Justin Marks tente également d’injecter quelques nouveaux personnages, créant une histoire qui se rapproche des œuvres de Rudyard Kipling sans trop s’éloigner de la comédie musicale animée de Disney de 1967. Les points forts incluent la vision ludique de Bill Murray sur Baloo et la séquence réinventée de King Louie. Jungle Book est amusant et juste assez effrayant pour donner à la photo autrement familiale un côté plus sombre.

3. Les 101 Dalmatiens (1996)

Disney a plongé profondément dans son puits d’animation populaire au milieu des années 90 pour livrer cette production loufoque mais amusante de John Hughes qui doit plus à Home Alone qu’à son homonyme animé de 1961. C’est une façon polie de dire « les méchants vont beaucoup s’écraser », mais les chutes idiotes, généralement adoptées par un pré-House Hugh Laurie et un pré-Harry Potter Mark Williams, sont bien exécutées et souvent – dans le cas de la clôture électrique peu – assez hilarant.

Pourtant, c’est le spectacle de Glenn Close, et bien que sa performance s’appuie sur le camp, l’actrice légendaire mâche sans vergogne le paysage coloré avec zèle. Sa Cruella de Vil est un méchant pour les âges.

2. Maléfique (2014)

Angelina Jolie est la tête d’affiche de cette épopée divertissante et souvent entraînante, elle-même un rechapage de l’histoire de la Belle au bois dormant vue à travers les yeux de la sorcière maléfique Maléfique. Bien que la vision de l’actrice sur le méchant populaire ne soit pas à la hauteur de l’itération animée emblématique qui a effrayé les enfants en 1959, elle insuffle suffisamment de pathos et d’humanité dans le personnage pour en faire plus qu’un méchant à une note.

En effet, ce n’est pas vraiment l’histoire du maléfique maléfique, mais plutôt un fantasme sur une fée éconduite cherchant à se venger de l’homme qui a ruiné sa vie – et c’est tant mieux pour cela. En effet, alors que le prince Phillip arrive pour réveiller la Belle au bois dormant (jouée par une enchanteresse Elle Fanning) de son sommeil, son maléfique qui sauve finalement la vie de l’enfant et redécouvre sa propre âme dans le processus.

Le réalisateur Robert Stromberg crée une image visuellement époustouflante débordante de vie et de créatures merveilleuses remplies d’une partition fantastique de James Newton Howard. Sautez simplement la suite et tout ira bien.

1. Cendrillon (2015)

Comment donner une nouvelle tournure à un conte bien-aimé qui a été adapté au moins mille fois auparavant ? Pourquoi, vous avez choisi Cate Blanchett et Lily James, et fait venir Helena Bonham Carter pour faire son truc avec Helena Bonham Carter. Les résultats ne sont pas substantiels, mais le réalisateur Kenneth Branagh peaufine la fantaisie souvent racontée juste assez pour la garder intéressante. Ce n’est pas génial, en aucun cas, mais c’est indéniablement charmant, ce qui est plus que ce que vous pouvez dire pour la plupart des remakes en direct de Disney.

★★★★★

A lire également