homepage_titane-movie-review-2021-2872607-7261866-jpeg

Titane Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Titane Avis critique du film & résumé du film (2021)

Comme pour le premier long métrage de Ducournau « Raw », « Titane » est fasciné par les vulnérabilités et les pulsions du corps, ses processus voraces, et comment le « nous » collectif tente de faire face à tout cela, soit en se gorgeant, soit, au contraire, en sublimant le besoin dans d’autres choses. Aucun des deux processus n’est agréable et/ou socialement acceptable. Vous ne pouvez pas contrôler ce qui est intrinsèquement incontrôlable. « Titane », lauréat de la Palme d’Or cette année au Festival de Cannes, est un film extrême, violent, impitoyable et drôle, mais l’espace qu’il offre non seulement à la tendresse mais à la contemplation en fait un film « extrêmement » stimulant car bien.

Tout ce qui ne va pas avec Alexia, et il y a beaucoup de mal, est antérieur à l’accident qui lui a cassé le crâne. On la voit pour la première fois, une enfant de type « mauvaise graine » aux yeux morts (jouée par Adèle Guigue), jetant un regard noir à son père alors qu’elle fait des bruits de régime moteur de concert avec le véhicule en mouvement. Il est difficile d’éviter l’idée qu’elle veut que la voiture s’écrase, ou du moins qu’elle veuille que l’accident se produise. Sortant de l’hôpital, cicatrice agrafée tourbillonnant autour de son crâne à moitié rasé, elle jette ses bras autour de la voiture, embrassant la vitre. Des retrouvailles ravies. Des années plus tard : Alexia (maintenant interprétée par Agathe Rousselle), la tête encore à moitié rasée, gagne sa vie en se déshabillant dans les salons automobiles. C’est une figure solitaire et menaçante, d’autant plus lorsqu’elle assassine soudainement un fanboy agressif qui la suit jusqu’à sa voiture. Plus tard dans la nuit, elle rampe dans une Cadillac énergivore peinte à la flamme pour une autre réunion ravissante, mais cette fois, c’est sexuel. Le sexe en voiture entraîne une grossesse et Alexia, plaquée de titane, regarde avec terreur alors que son ventre se gonfle, que ses seins fuient de l’huile moteur et que de l’huile noire s’écoule de son vagin sous la douche. Son corps est maintenant dans un voyage qui ne l’inclut pas.

Pendant ce temps, cependant, les corps s’entassent. Alexia est une meurtrière implacable. Ces meurtres sont horribles à l’extrême. Après avoir laissé un témoin lors d’une vague de meurtres, elle est obligée de s’enfuir. Lorsqu’elle voit une image générée par ordinateur de ce à quoi ressemblerait aujourd’hui un célèbre enfant disparu nommé Adrien, Alexia a une idée brillante. Sans hésiter, elle se casse le nez, bande ses seins et son ventre de femme enceinte, et se rend dans un commissariat, se présentant comme l’Adrien perdu depuis longtemps. C’est un rebondissement si pervers et amusant, et cela signale la seconde moitié du film, très différente de la première. Le père d’Adrien, Vincent (un excellent Vincent Lindon) est un chef pompier musclé qui fond en larmes en voyant son fils. Seul la nuit, il se tire avec des stéroïdes, enfonçant l’aiguille dans son cul meurtri, son corps une façade veinée et torturée d’une impénétrabilité désormais défaillante.

★★★★★

A lire également