The Undead (1957) – Affaires chatouilleuses

Actualités > The Undead (1957) – Affaires chatouilleuses

Si les films «bons-mauvais» étaient un jeu de pari, nous ferions le ménage chaque semaine ici à Ticklish Business. Nous avons commencé avec un chat domestique tueur avant de monter la barre avec un berger allemand se faisant passer pour un loup-garou. Cette semaine, nous allons peut-être tout faire… Il y a le voyage dans le temps, les sorcières et la vue fantastique des sbires de Satan en train de faire une danse moderne et artistique dans un cimetière. Oh oui. Vous voulez en savoir plus sur The Undead? Eh bien, lisez la suite. The Undead suit une jeune femme délicieusement nommée Diana Love (Pamela Duncan). Elle se porte volontaire pour une expérience d’hypnose dans laquelle un jeune médecin ramène son esprit au Moyen Âge, où elle habite le corps d’une de ses vies passées, une femme en attente d’exécution pour sorcellerie. Pris au piège dans un corps qui n’est pas le sien à une époque inconnue, Diana Love pourra-t-elle survivre? Richard Garland, Allison Hayes, Mel Welles et Dorothy Neumann co-vedette dans le film. Roger Corman dirige The Undead à partir d’un scénario de Charles Griffith et Mark Hana. La plupart connaissent Roger Corman pour son travail légendaire sur des films d’horreur désormais classiques comme The Little Shop of Horrors et The Pit and The Pendulum. The Undead arrive au début de la carrière de réalisateur de Corman et montre très bien un jeune réalisateur payant ses cotisations. Ce film est vraiment à petit budget. Nous parlons très, très bon marché. Le manque de budget se montre clairement avec des conséquences involontairement hilarantes dans une scène de combat de l’acte deux tardif impliquant Richard Garland où le mur de «pierre» semble trembler à chaque fois que quelqu’un s’écrase dessus. C’est plus une exception cependant. Corman garde le film très atmosphérique – il suffit de regarder les captures d’écran tout au long de cet article. Il y a souvent plus de brouillard que de véritables coups de pied arrêtés. Bien que je suppose que la sombre effroi a quelque chose à voir avec le budget, Corman fonctionne vraiment avec cette esthétique intéressante et décidément maussade et le film en est encore mieux. En fin de compte, The Undead ne parvient jamais à se sortir du sentiment d’être une pièce de théâtre expérimentale de grande taille au lycée – ou un film d’étudiant. Cela peut sembler une mauvaise chose… pas si vite. Avez-vous déjà regardé les servantes de satan faire une danse contemporaine dans un cimetière? C’est aussi délicieux que cela puisse paraître. Le film en vaut-il la peine pour cette scène seule? Oui. Oui c’est le cas. Le moment est si étrangement déplacé mais captivant que je me suis immédiatement rappelé le Plan 9 de l’espace extra-atmosphérique (que j’adore). Faites-moi confiance à ce sujet. Dans le même temps, le film a du mal à trouver vie dans ses performances. Aucun des chefs de file n’est sans formation, mais a au contraire travaillé régulièrement tant dans le cinéma indépendant de l’époque qu’à la télévision. En fait, chacune des pistes a été reportée à The Undead du travail précédent de Corman, Attack of the Crab Monsters et beaucoup faisaient partie de l’écurie d’étoiles récurrentes (et régulières) du réalisateur. Compte tenu de tout cela, les performances qui ont fait la coupe finale n’ont pas de sens. Auraient-ils pu être conçus intentionnellement de cette manière? Ce sont des acteurs professionnels avec un réalisateur qu’ils connaissaient bien, mais il y a un certain nombre de moments où certaines de ces représentations frisent la distraction en raison d’un manque d’émotion et se sentent généralement «  à plat  ». Il y a quelques points lumineux notables dans le casting, en particulier la représentation de Mel Welles du fossoyeur Smolkin ainsi que The 50 Foot Woman elle-même, Allison Hayes dans l’antagoniste de Livia. Les deux acteurs embrassent facilement l’absurdité du récit avec un charisme clignotant. En cela, les performances transcendent ce qui se passe à l’écran, ce qui en fait plus qu’un film d’horreur à petit budget. Il y a un niveau de conscience et d’autoréflexivité qui donne au public quelque chose à quoi s’accrocher et vraiment apprécier. Cela dit, je me suis retrouvé particulièrement aspiré par The Undead, en grande partie grâce au script Griffith et Hana. L’histoire est intéressante et résolument unique qui aborde des idées très compliquées (et contemporaines), en particulier dans le troisième acte. (Encore une fois, je vais éviter les spoilers ici). The Undead marche sur une ligne précaire entre l’horreur, la fantaisie et la science-fiction. Et pour être honnête, si vous cherchez un film «d’horreur», celui-ci n’est vraiment pas celui-là. L’histoire entre en contact avec le côté effrayant de sa personnalité, mais ce n’est qu’au plus profond du troisième acte que les choses changent et déraillent un peu – dans le bon sens, bien sûr. En fait, j’ai été assez surpris de la direction sombre que prend finalement le film. En ce qui concerne l’histoire, je me suis retrouvé à me souvenir d’un certain nombre de films de science-fiction des deux dernières décennies et moins de la foire des studios du milieu du XXe siècle. En fait, j’ai trouvé que cette dernière histoire était un peu déplacée alors que le film arrivait à sa conclusion finale. Est-il faux de dire que c’est juste… trop «bon» pour que le produit frappe l’écran. Il y a un lourd bagage émotionnel qui vient avec la direction que prend le film après sa dernière tournure et cela vous laisse avec des «sensations» précises. Malheureusement, l’esthétique désuète du film combinée à la création de performances va vraiment à l’encontre de la force de la narration. En fin de compte, regarder The Undead est une expérience étrange. Cette histoire d’hypnose, de voyage dans le temps et de sorcellerie semble étrangement contemporaine par endroits, mais à d’autres, on vous rappelle soudain à quel point le budget de ce film vieux de près de 65 ans était limité. Cependant, je dois dire que celui-ci mérite une montre. Bien qu’il ait sa juste part de luttes, The Undead apporte un sentiment d’absurdité et de contradiction qui est une joie à regarder … tout est dans la façon dont vous le regardez. . The Undead diffuse sur Amazon Prime (dans le cadre de Shout Factory). Les abonnés de MeTV peuvent voir le film ce week-end (2 avril) dans le cadre de Svengoolie.

★★★★★

A lire également