The Twin Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > The Twin Avis critique du film & résumé du film (2022)

« The Twin » est essentiellement « Midsommar » rencontre « The Boy », et pourtant pas aussi amusant que ce mash-up pourrait l’impliquer. Palmer joue Rachel, une femme qui n’a même pas le droit à une once de développement de personnage avant d’être envoyée tête baissée dans un chagrin inimaginable après qu’un accident de voiture a tué l’un de ses jumeaux, Nathan. Pour laisser la douleur aussi loin que possible, Rachel, son mari Anthony (Steven Cree) et leur fils survivant Elliot (Tristan Ruggeri) s’envolent pour la Finlande, d’où est originaire la famille d’Anthony. Presque immédiatement, Rachel est plongée dans un coup de fouet culturel bizarre, y compris des rituels apparemment inoffensifs comme une balançoire de mariage qui devient malveillante et un excentrique britannique local qui l’avertit que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Et puis Elliot commence à parler du fait que Nathan n’est pas vraiment parti. En fait, Nathan veut revenir.

Taneli Mustonen dirige Palmer vers l’une de ces performances haletantes et toujours à la pointe qui repoussent activement toute tentative de réalisme, et pourtant il ne la remplace pas non plus par du camp, laissant la pauvre actrice dans l’un de ces virages où l’on peut toujours Ressentir son jeu mais ne ressent jamais ses émotions. Au moins quelques on fait des efforts avec elle, ce qui est plus qu’on ne peut en dire pour les deux autres membres de sa famille. Anthony est un non-personnage, une caisse de résonance ennuyeuse pour que Rachel rebondisse sur ses inquiétudes concernant son fils, qui ne fait que jouer des notes d’enfant effrayantes jusqu’à ce que les alertes sautent.

Le chagrin de perdre un enfant doit pousser les gens normaux dans des situations où ils ne se sentent pas les bienvenus ou même certains que le monde qui les entoure est sain d’esprit. Et pourtant, « The Twin » ne veut jamais tenir compte de ce déplacement ni même l’utiliser pour produire de véritables frayeurs, exploitant simplement le chagrin au lieu de déballer comment l’immédiateté de la mort dans la vie de quelqu’un pourrait l’éloigner de tout bord mental ou émotionnel. Honnêtement, cela donne trop de crédit à « The Twin » pour suggérer qu’il a même pris en compte l’une de ces questions d’ensemble. « The Twin » ne fait que marcher sur l’eau avec un style de film B jusqu’à ce qu’il atteigne la fin profonde. Et c’est là que le tout se noie dans son manque d’ambition et d’exécution.

Sur Shudder aujourd’hui.

★★★★★

A lire également