The Reason I Jump Avis critique du film (2021)

Actualités > The Reason I Jump Avis critique du film (2021)

La version cinématographique de «The Reason I Jump» utilise souvent des citations amicales du livre de Higashida comme corde à linge conceptuelle afin de relier l’histoire de Higashida aux expériences de cinq autres enfants autistes, ainsi que de leurs parents et de David Mitchell, l’un des Higashida. deux traducteurs (l’autre étant KA Yoshida). Les expériences banales des enfants autistes sont trop souvent réduites à des exemples sentimentaux, en conserve et / ou banals du chemin parcouru par les enfants neuro-atypiques et leurs proches et espèrent toujours aller. La version cinématographique de «The Reason I Jump» n’illustre pas, en d’autres termes, avec succès ce que son titre promet, mais généralise plutôt sur un sujet sensible au point de le rendre par inadvertance plus inaccessible.

Le réalisateur Jerry Rothwell («Comment changer le monde») présente une version esthétiquement distrayante de la surcharge sensorielle que vivent les enfants autistes. Amrit, de Noida, en Inde, explique comment elle doit parfois «scanner ma mémoire pour trouver une expérience la plus proche de ce qui se passe maintenant» tandis que le producteur Jeremy Dear, père de l’adolescent autiste Joss, compare le processus de pensée de son fils à «un incontrôlable diaporama. » Bientôt, le doubleur Jordan O’Donegan lit un passage du livre de Higashida tandis que Jim Fujiwara, un garçon autiste non-parlant japonais-britannique, explore un champ d’herbes hautes sous un ciel couvert. «Le temps est une chose continue sans limites claires, c’est pourquoi il est si déroutant», explique O’Donegan, comme Higashida. Fujiwara tombe sur une chargeuse-pelleteuse tout en jouant de la musique ambiante troublante.

O’Donegan poursuit: «Dans ma tête, il n’y a pas vraiment une si grande différence entre ce qu’on m’a dit tout à l’heure et ce que j’ai entendu il y a très, très longtemps. On saute ensuite sur une scène anecdotique où Joss Dear panique dans la voiture de sa famille en attendant le retour de Jeremy avec une pizza. «Il n’y a plus de pizza» crie inexplicablement Joss – on ne sait jamais pourquoi il pense cela, mais on voit Jeremy revenir avec de la pizza et du soda – tandis que sa mère, coproductrice Stevie Lee, tente de calmer son fils. Ces scènes encouragent une sorte de sympathie immédiate, mais n’établissent finalement qu’une compréhension superficielle des expériences des enfants autistes.

★★★★★

A lire également