The Liberator Avis critique du film & résumé du film (2020)

Actualités > The Liberator Avis critique du film & résumé du film (2020)

Pour les scènes de bataille, qui incluent des lieux célèbres de la Seconde Guerre mondiale comme Anzio, Stuart utilise des vues aériennes pour informer l'échelle des champs de bataille. Et Stuart ne recule pas devant la violence. «The Liberator» est une série bruyante, explosive et sanglante, qui cristallise la brutalité de la guerre. Parfois, les plans se répètent trop souvent, en particulier la vue à vol d'oiseau, ce qui rend les conflits redondants. C'est un résultat malheureux, étant donné que le choix de l'animation plutôt que de l'action réelle devrait permettre une plus grande liberté pour créer des plans et des angles uniques. Même avec l'omniprésence des conflits, ils sont néanmoins engageants et constituent un point culminant de cette série de guerre axée sur les personnages.

À l'inverse, les nazis ont peu d'impact en tant qu'ennemis. À une exception près, "The Liberator" passe une grande partie de son temps à essayer de prouver que les soldats allemands n'étaient pas si mal après tout. Découper la nuance en ennemis est un point saillant à souligner, mais «The Liberator» le fait avec les exemples les plus étranges. Dans une scène, plutôt que de choisir de tirer sur des Sparks découverts qui traversent la forêt, trois soldats allemands lui permettent de partir, par bonté de cœur. Ces soldats sont des soldats SS Storm, considérés comme les plus fanatiques des nazis et les plus grands auteurs des crimes les plus graves de la guerre.

C’est encore plus étrange parce que «The Liberator» s’appuie finalement sur la libération de Dachau. En fait, lorsque les Thunderbirds arrivent à Dachau, Stuart ne retient pas le paysage tortueux, mais il réduit sa portée des victimes juives à une exécution historique et controversée réalisée par des mains américaines. Il devrait y avoir de la place pour brosser un tableau complet à la fois de la liberté juive et de la façon dont même les sauveurs pourraient être imparfaits, mais c'est un spectacle à grands traits, dans un temps très limité. Alors que «The Liberator» est adapté d'événements de la vie réelle, les événements que Stuart a choisi de raconter sont déraisonnablement légers compte tenu du scénario de représentation promis par la série. À tous égards, «The Liberator» est une occasion manquée.

Série entière examinée pour examen.

★★★★★

A lire également