The Crown Rests its Fourth Season Between Soap Opera and Greek Tragedy | TV/Streaming

En l'occurrence, il semble que la version la plus authentique de «The Crown» se situe quelque part entre un feuilleton et une tragédie grecque. Dans la troisième saison, les vies tumultueuses de Charles (Josh O'Connor) et Anne (Erin Doherty) ont été ajoutées au mélange, rejoignant Elizabeth (Olivia Colman), Philip (Tobias Menzies) et Margaret (Helena Bonham Carter), parmi d'autres, dans le puits d'histoires de l'émission. Comme toujours, ces histoires sont rythmées par les audiences régulières d'Elizabeth avec le Premier ministre britannique, rôle cette fois joué par Margaret Thatcher (Gillian Anderson), et par les événements historiques de l'époque, généralement distillés en une crise de la semaine. (l'assassinat d'un membre de la famille royale, une avalanche fatidique et l'histoire vraiment dingue de Michael Fagan, pour n'en nommer que quelques-uns). Et encore une fois, l'arc de la saison dépend moins ni de ces publics ni du bilan historique que d'une ou de plusieurs amours vouées à l'échec et de mariages malheureux. Cette fois, cependant, c’est vraiment celle-là: l’union condamnée entre Lady Diana Spencer (relative nouvelle venue Emma Corrin) et Charles.

Il serait trop facile de se laisser prendre par la ressemblance étrange de Corrin avec la très célèbre femme qu'elle joue et d'oublier complètement que vous regardez une performance. Et c’est étrange – à plus d’une occasion, une photo de Corrin de profil a coupé le souffle à cet écrivain, tant la ressemblance est forte et les réalisateurs de la saison partagent clairement cette réponse, si souvent elle est capturée de profil. Mais négliger la force de la performance serait une erreur. La relation entre Charles et Diana – et inévitablement, celle entre Charles et l'ancienne Camilla Shand (Emerald Fennell) – joue ici un rôle encore plus central que tout autre scénario de ce genre, sauf le mariage entre Elizabeth et Philip, et rien de moins que l'excellence de la part de Corrin a peut-être ravi la saison. Mais elle a plus que relevé le défi. «The Crown» s’efforce de souligner l’isolement de Diana, ce qui met un sacré fardeau sur le jeune acteur qui lui donne vie. Son partenaire de scène le plus fréquent n’est personne du tout, et les scènes de Diana seule – patiner dans le palais, étudier le ballet ou simplement arpenter ses appartements isolés – sont parmi les plus belles de la saison.

C’est l’élément de la saison qui ressemble le plus à un feuilleton, et ce n’est pas un terme utilisé ici de manière désobligeante. La toile royale enchevêtrée que Morgan tisse permet une visualisation addictive, mais elle ne diminue jamais les expériences émotionnelles des personnages. En effet, comme pour les premières saisons, Morgan semble beaucoup plus intéressé par la vie intérieure de l'un de ses personnages que le public ne pourrait l'être, bien que Charles O’Connor tourmenté et égoïste ait supplanté le jeune Philip de Matt Smith en tant que favori de Morgan. O’Connor, comme Smith, est formidable, mais mon royaume pour quelques scènes de plus avec Bonham Carter et un peu moins de Charles parlant de la misère que son existence privilégiée est pour lui. Pourtant, étant donné le choix entre des personnages sans intériorité et des personnages avec trop, seuls les Windsors eux-mêmes préféreraient ce dernier.

Vous pourriez également aimer...