The Best Television of 2020 | TV/Streaming

Accueil » Actualités » Autour du cinéma » The Best Television of 2020 | TV/Streaming

Remarque: puisque nous avons qualifié des films individuels de la série d’anthologies « Small Axe » pour nos meilleurs films de 2020, vous ne le trouverez pas ici, mais nous sommes tous d’accord pour dire que c’est l’une des œuvres les plus essentielles de l’année, peu importe comment vous l’appelez . Vous pouvez le trouver sur Amazon Prime.

Finalistes (20 autres pour 2020): «Central Park» (Apple TV +), «Dead to Me» (Netflix), «The Flight Attendant» (HBO), «The Good Fight» (CBS All Acces), «Lance »(ESPN),« Love Fraud »(Showtime),« Lovecraft Country »(HBO),« The Mandalorian »(Disney +),« Mrs. America »(Hulu),« Never Have I Ever »(Netflix),« The Outsider »(HBO),« Ozark »(Netflix),« P-Valley »(Starz),« Ramy »(Hulu),« Schitt’s Creek »(Pop TV),« Shaun the Sheep: Adventures from Mossy Bottom »(Netflix),« A Teacher »(Hulu),« Ted Lasso »(Apple TV +),« The Third Day »(HBO) et« Unorthodox »( Netflix).

20. «Je sais que cela est vrai» (HBO)

Regardez: «Je sais que beaucoup est vrai» est horriblement déprimant. Je ne peux pas mentir à ce sujet! Derek Cianfrance («Blue Valentine», «The Place Beyond the Pines», «The Light Between Oceans»), et son adaptation du roman de Wally Lamb n’est pas différente. Mark Ruffalo joue les frères jumeaux Dominick et Thomas, dont ce dernier souffre de schizophrénie paranoïaque, dans une mini-série qui s’appuie sur les secrets de famille et les abus sexuels pour soutenir son récit. Ce n’est pas facile de regarder. Mais Cianfrance gère ses personnages avec une telle tendresse, et Ruffalo donne une performance aussi captivante dans des rôles doubles, et le casting de soutien est si intégral (y compris Rosie O’Donnell, qui vole vraiment des scènes en tant qu’assistante sociale de Thomas), que «Je sais ceci Much is True »vous entraîne lentement dans son exploration du traumatisme générationnel et de ce qu’il faut pour finalement briser le cycle de telles souffrances, pertes et regrets. Cela aide que «Je sais que cela est vrai» soit beau (35 mm est sans précédent!), Mais ce qui compte plus, c’est le rappel de la mini-série de la compassion et de l’empathie que nous nous devons les uns aux autres et à nous-mêmes. (Roxana Hadadi)

19. «Monsterland» (Hulu)

Certaines des meilleures histoires d’horreur fictives américaines de 2020 se trouvent dans une anthologie qui n’a rien à voir avec Ryan Murphy, mais tout à voir avec l’état psychologique de ceux qui se rapprochent rarement. « Monsterland » de Hulu examine la vie de personnes découragées et compliquées qui sont hantées par des forces plus grandes que ce que les bosses dans la nuit, bien que des goules et des monstres apparaissent souvent. Tout au long de ses huit épisodes, ce sont des études de personnages qui portent sur la perte, le désespoir, le traumatisme, le regret, l’envie et bien plus encore dans des délais serrés, comme l’ont dit certains des meilleurs cinéastes travaillant aujourd’hui: Babak Anvari, Desiree Akhavan, Anne Sewitsky, Nicolas Pesce, Craig William Macneill, Eagle Egilsson, Kevin Phillips et Logan Kibens. L’horreur à laquelle ces réalisateurs sont confrontés avec leur distribution toujours excellente (y compris Kaitlyn Dever, qui apparaît dans différents épisodes pour souligner à quel point certaines personnes peuvent être translucides et anonymes) se révèle être émotionnellement claustrophobe à un niveau différent de celui de l’horreur habituel. Et pourtant, la compassion que « Monsterland » a pour ses personnages, en partie parce que sa structure ne signifie pas qu’il doit toujours les jeter dans des maisons hantées ou même les fermer, est à couper le souffle. (Nick Allen)

★★★★★

A lire également