single-malt-whisky
|

The Angels’Share : un film qui se déguste un verre de whisky à la main

Actualités > The Angels’Share : un film qui se déguste un verre de whisky à la main

Sortez le haggis, le whisky et votre meilleure version d’Auld Lang Syne, car cette semaine, on célèbre la vieille alliance avec nos chers amis les Écossais ! En effet, la semaine prochaine, le mardi 25 janvier sera l’une des journées les plus importantes de l’année pour les Écossais puisqu’il s’agit de Burns Night, la commémoration de la naissance du plus grand poète écossais Robert Burns. Cet évènement est célébré chaque année par les Écossais sous la forme d’un dîner traditionnel où se côtoient haggis et cornemuse.

Afin de faire hommage à cette fête nationale écossaise et à nos vieux amis, nous vous proposons cette semaine de quoi découvrir le cinéma écossais et ce pays magnifique afin de se préparer au mieux à la célébration de mardi prochain.

Cet article porte sur une production écossaise pour le grand écran, mais si vous êtes également intéressés par la découverte de l’Écosse au travers du petit écran, vous pouvez jeter un œil à notre critique de la série Lovesick, disponible sur Netflix.

The Angels’Share : qu’est-ce que c’est ?

The Angels’Share, ou la part des anges en français, c’est une façon de désigner la part d’alcool qui s’évapore (pour rejoindre les cieux) durant le vieillissement du whisky qui se fait dans des fûts.

N’importe quel écossais travaillant en tant que guide dans une distillerie de whisky en Écosse ne manquera pas de vous dire que les anges qui survolent leur beau pays sont bien les plus joyeux du ciel, avec les quelques centaines de milliers de fûts qui se séparent de leur précieux liquide chaque année au profit des âmes célestes !

À propos du film

Ce film réalisé par Ken Loach et sorti en 2012 a obtenu le prix du Jury au Festival de Cannes de la même année.

Il s’agit d’une comédie, d’un drame, mais il s’agit surtout d’une merveilleuse aventure qui transporte nos héros, une bande de marginaux en quête d’acceptation par la société, au travers des époustouflantes landes écossaises dans l’espoir de tomber sur une distillerie cachant un onéreux secret et un véritable trésor : un tonnelet retrouvé d’un whisky extrêmement rare et réputé, appelé le Malt Mill. Pour nos antihéros, ce tonnelet représente un ticket vers une vie nouvelle, où ils ne seront plus traités comme de vulgaires marginaux.

Pour les amoureux de l’Écosse

Ce film fera bien sûr le plaisir des grands amoureux de l’Écosse, puisque l’on y retrouve tout ce qu’on aime à propos de ce pays magique : un accent merveilleux et souvent incompréhensible qui donne naissance à des jurons originaux sonnant comme des formules magiques, des hommes en kilt, de la cornemuse, des paysages à couper le sifflet, et surtout, du Single Malt Scotch Whisly, un délicieux trésor liquide qui ne se boit qu’entre amis.

Célébrer Robert Burns avec The Angels’Share

Ce film purement écossais vaut vraiment le détour, car il s’agit d’une expérience cinématographique originale, qui, tout en nous apprenant des choses intéressantes sur le whisky et sa consommation, fait également preuve d’autodérision par rapport à la culture écossaise et la façon dont elle est perçue par les touristes aujourd’hui.

Paul Brannigan, dans le rôle de Robert Emerson ou Robbie, fait un antihéros très convaincant que l’on a envie de voir s’élever au-delà de sa condition sociale. Sa lutte et ses efforts pour devenir quelqu’un de meilleur pour sa famille en font un personnage attachant.

Le reste de son équipe de bras cassés qui vont l’assister dans son dernier casse afin de voler le whisky tant convoité fait beaucoup rire grâce à ses personnages revêches et décalés.

On vous recommande donc vivement ce film pour se mettre dans l’esprit écossais, en commémoration de la vieille alliance et en hommage à Burns Night, la fête nationale de ce pays magnifique et plein de surprises culturelles dont on ne se lasse pas.

 

★★★★★

A lire également