Telluride Film Festival 2022 Highlights | Festivals & Awards

Actualités > Telluride Film Festival 2022 Highlights | Festivals & Awards

Pour moi, les conversations les plus révélatrices du festival récemment terminé et étonnamment austère 49e l’édition ne s’est pas déroulée lors d’une promenade en gondole vers le théâtre Chuck Jones, le seul lieu de projection de Telluride à Mountain Village, ou l’un des différents dîners ou fêtes auxquels j’ai eu la chance d’assister, en voyant Chloé Zhao et Alejandro González Iñárritu perdus dans discussion. Au lieu de cela, ils se sont produits presque simultanément avant une première projection de la fête du Travail du morceau de mémoire obsédant père-fille de la réalisatrice pour la première fois Charlotte Wells « Après-soleil, » un film splendide qui émet doucement des échos de « Somewhere » de Sofia Coppola, avec Barry Jenkins, habitué de Telluride, parmi ses producteurs.

Derrière moi, un jeune spectateur dans la vingtaine (rafraîchissant en abondance cette année dans un festival qui a tendance à vieillir) louait avec enthousiasme la vedette grésillante de Luca Guadagnino « Os et tout », avec Timothée Chalamet, la percée de « Waves » Taylor Russell et l’oscarisé Mark Rylance en tant que … eh bien … cannibales, pour le dire aussi facilement que possible. « C’était tellement fou et foutu », ont-ils dit avec exubérance, ajoutant dans la panique, « de la MEILLEURE manière possible », afin que leurs éloges ne soient pas mal interprétés. J’ai ri parce que j’étais d’accord: « Bones and All » est si fou et foutu de la meilleure façon possible, dans son exploration intrépide des Américains en marge de l’ère Reagan, affamés et invisibles pour quiconque autre que l’autre. Grave, luxuriant, sensuel (c’est Guadagnino après tout) et profondément cinématographique, « Bones and All » est le genre de film que vous espérez découvrir si vous avez la peine de parcourir des milliers de kilomètres pour vous rendre à un festival du film.

Pendant ce temps devant moi, deux téléspectateurs qui étaient, disons, plus ou moins la démographie habituelle de Telluride louaient les bonnes intentions de Sam Mendes, sur le thème de l’amour des films. « Empire de Lumière » comme le meilleur film qu’ils aient vu au festival. J’ai ri une fois de plus, parce que je n’étais pas d’accord avec la tentative au mieux naïve de Mendes de creuser dans ses souvenirs de l’Angleterre du début des années 80, une période formatrice pour lui en termes de musique, de culture et de cinéma, comme Mendes l’a dit au film. première mondiale. Il a admis qu’il ne s’était jamais senti aussi vulnérable devant un public avant la projection, avec son projet le plus personnel à ce jour. Il était si authentique que je me sentais un peu coupable de ne pas aimer, voire de mieux aimer son film. Mais encore une fois, si seulement le timide « Empire of Light » n’avait pas mal géré des thèmes comme le racisme, la maladie mentale et la nostalgie si mal ; si seulement il n’avait pas une structure dévoyée avec plusieurs fins…

★★★★★

A lire également