Speed Kills: On the 25th Anniversary of Go

Le succès mondial inattendu de « Pulp Fiction » en 1994 a engendré une vague d'aspirants et d'argentins, beaucoup d'entre eux mélangeant et associant des éléments qui, selon eux, ont fait le succès du film de Quentin Tarantino : violence, drogues, dialogues et monologues ostensiblement déclamatoires, temps… des histoires changeantes. Bien sûr, la véritable raison de son succès était qu’il avait une voix singulière que beaucoup de gens n’avaient jamais entendue auparavant, ce qui signifiait que les tentatives de le quantifier en tant que formule commerciale étaient pour la plupart vouées à l’échec.

Une exception notable – en tout cas sur le plan créatif – était « Go » de 1999. Le film a été écrit par John August (« Big Fish ») et réalisé par Doug Liman, dont le premier long métrage, « Swingers » en 1997, a fait des étoiles montantes ses deux acteurs principaux, Vince Vaughn et Jon Favreau (qui l'a également écrit). Vu aujourd'hui, « Go » est autant une capsule temporelle que « Pulp Fiction », bien que sans doute d'un plus grand intérêt historique, car il se concentre sur des personnages qui pourraient réellement exister et se déroule dans un monde d'efforts, principalement des jeunes qui font la fête et des intrigues et des ennuis à Los Angeles et à Las Vegas juste avant le tournant du millénaire.

C'est un film d'ensemble, mais Sarah Polley, qui a ensuite entamé une carrière remarquable de réalisatrice, est sans aucun doute la star, projetant ce qui semble au départ être juste une énergie adolescente bourrue et superficielle qui se transforme en quelque chose de sombre et désespéré. Le mélange de colère, de faim et de tristesse dans sa performance est un point d’ancrage sombre pour ce film tourbillonnant. Son personnage, Ronna – comme beaucoup d'autres personnages majeurs du premier segment, elle est employée dans un supermarché – est sur le point d'être expulsé de son appartement en raison d'un loyer impayé lorsqu'elle accepte de prendre la relève d'un jeune Britannique nommé Simon (Desmond Askew) pour qu'il puisse aller à Vegas faire la fête avec ses copains.

Zack et Adam (Scott Wolf et Jay Mohr), un couple, se présentent le jour où Simon était censé travailler et le demandent. Il s'avère que c'est leur trafiquant de drogue. Ils espéraient acheter 20 tubes d'ecstasy à Simon avant d'assister à une rave party ce soir-là. Cherchant à gagner l'argent dont elle a besoin pour payer son loyer, Ronna dit impulsivement qu'elle leur fournira les médicaments.

Et c'est là que les choses se compliquent, pour Ronna et pour le film. Après avoir obtenu l'extase d'un dealer nommé Todd (un Timothy Olyphant blond, souvent torse nu, en mode Young Jack Nicholson), Ronna pousse sa collègue Claire (Katie Holmes) à rester dans l'appartement de Todd en guise de garantie parce qu'elle n'a pas assez d'argent pour acheter les pilules directement et doit les revendre puis revenir pour régler sa dette. Mais Zack et Adam sont avec un gars beau mais effrayant nommé Burke Halverson (William Fichtner) qui déclenche son alarme de danger. Ronna le considère comme un flic, jette les médicaments dans les toilettes de sa salle de bain et les remplace par de l'aspirine provenant d'une pharmacie locale, ce qui fait de Todd un ennemi lorsqu'il découvre la ruse.

Puis, après un incident de violence véritablement surprenant, le film pivote pour reprendre l'histoire de Simon à Vegas, puis revient à Los Angeles pour un intermède vraiment bizarre avec Zack, Adam et Burke et sa femme Irene (Jane Krakoski), qui tentent pour entraîner Zack et Adam dans un programme de marketing à plusieurs niveaux. La structure de « Go » est fascinante. C'est quelque part entre un long métrage linéaire et une collection de courts métrages liés entre eux, mais la répétition de certaines scènes et actions (souvent mais pas toujours sous de nouvelles perspectives) modifie notre relation avec elles, ainsi que notre compréhension de ce qu'elles signifient dans le plus grand projet. Une grande partie de l'humour est noire, et il y a une longue séquence impliquant, disons, un choix de garde-robe problématique de la part du personnage de Fichtner qui reste l'un des morceaux d'esprit les plus drôles et soutenus que j'ai vu dans un film.

La mise en scène de Liman est, comme toujours, vive et agile. Il s'amuse beaucoup à manipuler les propriétés formelles du médium, depuis le générique d'ouverture qui associe sa musique qui fait trembler les tripes à des séquences rave qui semblent en quelque sorte lutter avec la bande-son, en passant par les multiples lignes narratives qui s'entrelacent et tout. se réunissent agréablement à la fin. C'est amusant de considérer cela comme un prélude (ou un atelier pour) « The Bourne Identity » de Liman, sorti trois ans plus tard et qui a réécrit les règles du cinéma d'action pour favoriser le travail de caméra grand écran à la main et le montage si rapide qu'il frise l'impressionnisme. .

Le casting est pratiquement un annuaire d'acteurs de moins de 40 ans qui étaient en vogue dans les films indépendants des années 90 et sur le point de percer dans les longs métrages de studio : outre ceux répertoriés, il y a Melissa McCarthy, Tane McClure, James Duval, Taye Diggs et Breckin Meyer. Le grand acteur à la voix grondante JE Freeman (de « Miller's Crossing » et « Wild at Heart ») se présente pour faire naître la crainte de Dieu chez les téléspectateurs simplement en se dressant et en plissant les yeux.

Le film capture l'énergie cinétique brillante, chaotique, libératrice d'une rave (à dessein), mais a également une nuance de lamentation (sûrement accessoire, car qui savait ?) pour le monde analogique/matériel du 20e siècle qui était sur le point d'être laissé pour compte. Une fois qu'Internet est devenu omniprésent dans les médias, les fac-similés numériques de lieux et de personnes ont commencé à paraître plus réels que la réalité. Il s'agit d'un film classique furtif, d'autant plus impressionnant qu'il comporte autant de pièces mobiles, mais qu'il les met en mouvement sans chichi et les maintient en marche jusqu'à la fin parfaite sur des roulettes. L’année cinématographique 1999 a produit un nombre incroyable de bons à grands films. C’est un sujet dont on ne parle pas aussi souvent qu’il le devrait.

Publications similaires