homepage_poitier1-3332709-8528542-jpg

Sidney Poitier and the Slap That Shook the World | Features

Actualités > Sidney Poitier and the Slap That Shook the World | Features

Si vous avez vu le film, vous connaissez le moment. Le détective de Poitiers Virgil Tibbs et le chef de Steiger, Bill Gillespie, se rendent au domicile d’un propriétaire de plantation blanc nommé Endicott (Larry Gates), pour l’interroger. Quand Endicott se rend compte que Tibbs le traite comme un suspect, il est tellement offensé qu’il le gifle.

Tibbs le gifle en retour. Puis il le dévisage.

Endicott est profondément choqué. « Il fut un temps, » dit-il, en tenant une main sur son visage, « j’aurais pu te faire tirer dessus. »

Cette scène m’a terrassé. Je me souviens en avoir ressenti le pouvoir, en soi, et plus encore, le pouvoir de Poitier.

En grandissant, j’ai trouvé que Poitier était une figure ambitieuse – un Superman noir, non pas en prouesses physiques, mais en symbologie. Il a représenté l’espoir tout au long de sa carrière. Poitier avait la capacité d’être si terre-à-terre sur sa place dans la vie, sur sa propre royauté. Il me semblait que Poitier portait cette royauté à la légère, et c’était la clé – la chose qui le rendait si aimé et qui, pendant quelques instants ou quelques heures à l’écran, a émietté les réalités des Noirs en Amérique.

Les personnages de Poitier devenaient rarement violents, mais quand ils le faisaient, l’impact était écrasant : un petit événement rendu plus grand parce qu’il y allait si rarement. Ces actes de défi morcelés, même selon les normes d’aujourd’hui, se tiennent debout, car Poitier était si sincère à leur sujet. Il ne les « jouait » pas du tout. Quand il se bat avec Tony Curtis dans « The Defiant Ones » de Stanley Kramer, c’est si naturel, si transparent, comme si c’était la seule façon dont cela aurait pu être, malgré toutes les façons dont ce n’était pas le cas pour tant d’hommes noirs à l’époque.

The Slap s’est produit au sommet absolu de la notoriété de la culture pop de Poitiers, à une époque où il était loué par beaucoup pour son statut de pionnier et critiqué par d’autres pour être trop sûr.

Le Slap a été le moment où l’image et la trajectoire de Poitier ont changé. Et les possibilités pour les artistes noirs dans le courant dominant ont changé avec lui.

Maintenant, pour être clair, il y avait toujours des hommes noirs qui intervenaient, des hommes qui défiaient ou combattaient avec autorité, des hommes qui sautaient sur l’occasion pour affirmer leur humanité inhérente. Mais Poitier a atteint ceux qui n’étaient pas des exceptions, ceux qui avaient besoin de voir une possibilité de transcendance dans un art qui le plus souvent les excluait ou les caricaturait. Il a donné envie aux téléspectateurs d’aspirer à se donner la même liberté dont Poitier était l’exemple : la liberté de chercher, de créer, de se battre.

★★★★★

A lire également