Sick Avis critique du film & résumé du film (2023)

Actualités > Sick Avis critique du film & résumé du film (2023)

Les créateurs de « Sick » ne perdent pas de temps à jouer avec leur public. Tout d’abord, nous suivons Tyler (Joel Courtney) à travers les étagères nues d’un magasin à grande surface de style Walmart. Une confrontation familière mais bien réalisée s’ensuit : quelqu’un regarde Tyler, lui envoie un texto d’un numéro inconnu et le photographie juste hors de vue. Le harceleur de Tyler porte une cagoule. Il suit Tyler jusqu’à son appartement et essaie de l’envoyer avec un gros couteau de chasse.

De plus, le rythme de cette scène d’ouverture a un rythme étonnamment varié, surtout compte tenu de son début tranquille. Avant que Tyler ne soit attaqué, nous avons amplement le temps de nous imprégner de l’ambiance du gradateur de son appartement, qui est également choquante après la stérilité à la fois vaste et hyper-compartimentée du clone Walmart mentionné ci-dessus.

La violence dans cette scène de table est également bouleversante non seulement pour sa brutalité éclaboussante, mais aussi pour l’utilisation impitoyable par le réalisateur Hyams de coupes dures sur l’action, de gros plans extrêmes (mais cohérents!) Et de longues prises subtilement désorientantes. Il serait facile de négliger le polissage et l’exécution de cette configuration générique, d’autant plus que Tyler disparaît juste après.

Mais Tyler n’est pas vraiment hors de propos, bien qu’il soit immédiatement supplanté par la vraie star de « Sick ». Parker (Gideon Adlon), une étudiante universitaire bienveillante et égocentrique, se retire dans une maison isolée au bord d’un lac avec sa fidèle meilleure amie Miri (Beth Million). Miri soupire et hausse les épaules à Parker tandis que le personnage bratty d’Adlon évite tout sauf la poursuite de plaisirs simples: un bronzage pendant la journée, un feu télécommandé la nuit et un joint avec des amuse-gueules avant de se coucher. Des représentants du monde extérieur interrompent parfois les vacances de Parker, mais ce n’est rien qu’elle ne puisse gérer. Comme son partenaire désemparé, DJ (Dylan Sprayberry), qui suit Parker jusqu’à la cabine sans s’annoncer. Ou celui qui envoie des SMS effrayants à Parker depuis un numéro non répertorié. Parker rappelle à DJ qu’ils sont dans une relation ouverte parce qu’il est désespérément nerveux à propos d’une publication suggestive sur Instagram. Parker bloque également le mystérieux texter. « Problème résolu », dit-elle avec espoir.

Ce n’est pas le cas, bien sûr, mais c’est une bonne partie de ce qui rend « Sick » si excitant : c’est une photo de nombre de corps aux tons élevés avec des règles comprises instantanément, comme vous pouvez le deviner d’après les messages texte cryptiques post-« Scream » : « Wanna fête?”—que Tyler et Parker reçoivent. (« Scream » scénariste Kevin Williamson a également un crédit co-scénariste sur « Sick ».) Et après environ 38 minutes, DJ rencontre un autre harceleur portant une cagoule, et celui-ci est tout aussi implacable que le précédent. Le sang vole, les membres tombent et une poursuite effrénée s’ensuit. Il y a quelques intrigues attendues en cours de route, mais si vous pensez trop à l’intégrité du WiFi et des pneus de voiture, vous n’êtes probablement pas le bon public pour ce type de film.

★★★★★

A lire également