Revue « Shōgun » : la série limitée Sweeping de FX est impressionnante,

Revue « Shōgun » : la série limitée Sweeping de FX est impressionnante,

Chronique d’une lutte de pouvoir dans le Japon féodal, la série manque certaines des récompenses promises, mais reste néanmoins l’une des œuvres les plus épiques de l’année.

Il est rare d’avoir l’impression qu’une série limitée est inhibée par sa forme. L’une des joies spécifiques du récent soi-disant âge d’or de la télévision résidait dans la manière dont un paysage télévisuel florissant permettait une riche exploration du format des séries limitées – des émissions particulièrement bonnes parce qu’elles étaient déterminées à raconter une histoire entièrement conçue, avec un une philosophie cohérente du début à la fin, en une seule fois. Cela signifiait souvent des œuvres meilleures, plus étoffées, qui ne ternissaient pas leur propre héritage.

« Shōgun », la nouvelle série limitée ambitieuse de FX, incarne un espace étrange : un spectacle vaste et soigneusement conçu qui, en tant que récit autonome du Japon féodal, passe la plupart de son temps à construire un sentiment d’anticipation alléchant, avant de rencontrer ce qui semble comme une fin prématurée.

Le spectacle, créé par Rachel Kondo et Justin Marks, est une adaptation du roman du même nom de James Clavell, qui avait déjà été adapté une fois en série limitée en 1980. Et on sent une riche matière source sous-jacente au spectacle ; c’est une série qui prend rapidement des proportions épiques, décrivant un vaste enchevêtrement d’histoire et de conflits à travers les religions, les empires et les dirigeants contrôlant le destin de leurs peuples.

Le spectacle commence avec un mystérieux navire transportant des marins protestants britanniques, débarquant sur les rives d’un village japonais isolé. Il s’agit d’un événement apparemment fortuit qui déclenche finalement un effet d’entraînement au sein d’une lutte de pouvoir qui se déroule au Japon vers 1600. Un an après la mort du Taiko, le défunt dirigeant du Japon, qui laisse derrière lui un héritier en âge d’être un enfant, le conseil des régents est pris au piège. une guerre politique, qui oppose principalement Lord Ishido (Takehiro Hira) à Lord Toranaga (Hiroyuki Sanada).

Tandis qu’Ishido complote pour le faire destituer, Toranaga, un ami proche de feu Taiko qui évite apparemment le pouvoir personnel et se concentre plutôt sur la paix pour le royaume, voit une monnaie d’échange dans le navire abandonné qui a atterri dans son fief. Le pilote du navire, John Blackthorne (Cosmo Jarvis), se révèle involontairement être un allié utile pour Toranaga ; son navire contient des armes précieuses et il possède également des connaissances cruciales selon lesquelles les catholiques portugais, qui font du commerce avec le Japon depuis des années, ont des arrière-pensées derrière cette alliance économique.

C’est tout ce qui est séduisant et richement divertissant dans la série : une histoire dont l’attrait, à la fois dans sa toile politique parfois alambiquée mais aussi dans son histoire captivante et dans la construction du monde, rappelle rapidement « Game of Thrones ». Sauf que « Shōgun » ne compte que 10 épisodes. Finalement, l’histoire se résume à deux faces de stratagèmes et de jeux d’esprit joués à distance entre Taranaga et Ishido – et finalement, Lady Ochiba (Fumi Nikaido), la mère de l’héritier, dont l’entrée dans la seconde moitié donne un nouvel élan à la série – avec un échiquier de joueurs considérant leurs allégeances en cours de route. Mais les rebondissements narratifs qui clôturent souvent de façon spectaculaire les épisodes peuvent parfois avoir du mal à trouver des atterrissages satisfaisants, et à la fin de la série, on a l’impression qu’une grande partie de l’univers de la série n’a pas encore été pleinement explorée. La vaste bataille géopolitique qu’il expose dès le début, entre le Japon, l’Angleterre et le Portugal, par exemple, reste en suspens, comme pour un autre spectacle ou une saison à venir.

Ces spots insatisfaits qui marquent le spectacle n’enlèvent pour autant pas à son plaisir. Marks et Kondo, avec l’aide d’un groupe de réalisateurs tout au long de la saison, ont supervisé une pièce d’époque d’une ampleur impressionnante et de détails impeccables. Pardonnant quelques moments d’effets visuels douteux, la production et la conception des costumes sont merveilleusement immersives, et une partition retentissante renforce la gravité de la grande toile du spectacle.

Sanada constitue le noyau captivant de la série alors que le seigneur sage et noble dont les traits et le caractère sont étroitement gardés demande parfois que plus de profondeur soit révélée. Pourtant, c’est la réserve calibrée de Sanada qui confère à son personnage, et au spectacle, son magnétisme et sa profondeur innés. En tant que Blackthorne, Jarvis travaille principalement en jouant un contrepoids naturellement décent, quoique maladroit, au Toranaga de Sanada (« Shōgun » s’amuse pas mal à retourner le trope sauvage sur un étranger blanc), bien que la série ait du mal à établir pleinement la crédibilité de leur connexion durable. à travers la série. La star, cependant, est Anna Sawai dans le rôle de Mariko, la traductrice de Blackthorne et une sorte de bras droit de Toranaga, un rôle charnu et parfois lourd que Sawai incarne avec grâce.

Même si les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous, « Shōgun » reste l’un des spectacles les plus engageants et les plus impressionnants de l’année. C’est une œuvre d’une telle ambition et d’une exécution si confiante qu’on ne peut que s’interroger sur ses limites ; il est difficile de devenir trop en colère, en d’autres termes, de vouloir simplement plus de spectacle par sa fin raccourcie.

À l’ère du streaming, déterminé simplement à trouver le prochain grand mât de tente, c’est une aubaine d’avoir un tel problème.

« Shōgun » sera diffusé le mardi 27 février sur FX.

A lire également