Short Films in Focus: The Oscar-Nominated Short Films of 2020 | Features

Actualités > Short Films in Focus: The Oscar-Nominated Short Films of 2020 | Features

« Genius loci » – Certaines personnes peuvent regarder un court métrage comme celui-ci et savoir exactement de quoi il s’agit après l’avoir regardé une seule fois. J’avoue que je ne fais pas partie de ces personnes (ou peut-être que c’est mon 13e de la journée et j’ai besoin de repos). Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que le simple fait de regarder le film d’Adrian Merigeau était une récompense en soi. Le paysage visuel kaléidoscopique est suffisant pour s’émerveiller alors qu’une jeune solitaire se fraye un chemin à travers un paysage urbain psychédélique au cours d’une soirée. (18 min.)

«Si quelque chose arrive, je t’aime» – Divulgation complète (encore une fois): je connais l’un des réalisateurs (Govier), et j’ai écrit sur ce film en décembre. Je ne sais pas s’il a la capacité de briser la tradition obstinée de l’Académie de laisser les enfants des membres décider du gagnant (c’est ma théorie, de toute façon), mais je sais que personne n’a jamais quitté ce film sans se sentir profondément affecté par ce. Je cherche à gagner, évidemment, mais je pense que je le ferais de toute façon. Réalisé par Michael Govier et Will McCormick. (12 min.)

« Opéra » – Vos yeux ne peuvent pas comprendre tout ce qui se passe dans l’étonnant «Opéra» d’Erick Oh, qui représente une société ordonnée, apparemment flottant dans l’espace alors que nous assistons à des essaims d’abeilles ouvrières, à la guerre, à la mort, à la naissance et à des aspects de la société dans son ensemble . Il y a tellement de petites histoires en cours qu’une seule visualisation ne suffit pas ici, mais c’est un monde fascinant qui a été créé. De tous les films de tous ces blocs, c’est celui que j’aurais aimé voir sur grand écran. (9 min.)

«Oui, les gens» – Ce court métrage islandais dépeint une journée dans la vie des habitants de la classe ouvrière d’un immeuble à appartements. C’est le genre de style d’animation où chaque caractéristique faciale et corporelle de chaque personnage est grandement exagérée, ce qui rend difficile la connexion à l’un d’entre eux. Comme dans un film «Shaun the Sheep», les personnages ne parlent pas vraiment non plus, mais marmonnent (tout le monde dit «Já» à un moment donné, ce qui signifie «oui» en islandais). Il a des moments de charme, mais je l’ai trouvé finalement immémorable. Réalisé par Gísli Darri Halldórsson. (8 min.)

★★★★★

A lire également