Short Films in Focus: Deerwoods Deathtrap | Features

Actualités > Short Films in Focus: Deerwoods Deathtrap | Features

Comment avez-vous trouvé ou reconstruit le pare-brise cassé ?

Mon meilleur ami, Jimmy Cochran (qui a fait l’objet de « The Christmas Light Killer »), travaille dans une ferme qui organise des événements de vacances (d’où la raison pour laquelle il éteignait les lumières dans « The Christmas Light Killer »). Cette ferme fait également une promenade en charrette hantée où ils ont des scènes d’horreur dans une zone boisée. Je l’ai appelé et lui ai demandé s’il avait des pare-brise que je pouvais casser pour ce film ? Il m’a donné quatre voitures que je pouvais utiliser pour faire ce que je voulais. Nous avons brisé des pare-brise, il a écrasé un tracteur dans la voiture (tourné brièvement dans les séquences d’accident), nous nous sommes juste amusés à recréer l’accident. Note complémentaire, j’ai d’abord eu l’idée de faire frapper mon père dans les pare-brise… J’ai tourné ça mais ça ne cadrait pas correctement avec l’histoire… autant que j’ai adoré.

Dernièrement, en ce qui concerne les films sur votre famille, vous semblez être en faveur de l’utilisation de films 8 mm. Pour « Betty Feeds the Animals », vous avez dit que vous vouliez qu’il soit intemporel et chaleureux. Qu’est-ce qui a motivé la décision de cette histoire plus sombre?

Super 8 se sentait bien pour de nombreuses raisons pour « Deerwoods Deathtrap ». C’était juste comme un compagnon de « Betty Feeds the Animals ». Je suis également tombé amoureux de la façon dont il avait l’air avec « Betty » et je n’ai pas pu voir le film dans un autre format. Mais surtout, j’ai grandi en regardant ces diapositives, en regardant de vieilles photos de cette époque et c’était un souvenir analogique. Il y avait de la texture, je pouvais tenir ces artefacts et utiliser mon imagination pour combler les lacunes visuelles de l’histoire. Le numérique aurait été trop croustillant et froid pour moi, c’était une histoire sur le passé et je sentais qu’il devait sentir que cela appartenait au passé.

Avec ceci et « Trois enveloppes », vous documentez la vie de vos parents avec un œil sur leur mortalité. Considérez-vous cela comme un processus continu avec plus à explorer ? Ou prenez-vous cette idée à la fois au fur et à mesure qu’elle surgit ?

Je prends cela plus comme une idée à la fois. Je pense qu’un psychologue aurait une journée sur le terrain avec moi après avoir regardé ces films. Je pense qu’il est assez transparent que j’ai une grande peur de la mort inévitable de mes parents. C’est quelque chose que je sais que je devrai endurer un jour et faire ces films est une sorte de façon d’essayer de prendre de l’avance sur cela. Cela me donne un sentiment de calme en sachant que je les ai capturés, leurs histoires, leurs personnalités de ces manières qui vivront tant que ce monde continuera de tourner et que nous aurons une sorte de moyen de regarder des films. C’est quelque chose que ma famille devra rendre visite à mes parents longtemps après leur départ, passer neuf minutes avec maman et papa à faire des bêtises et à pouvoir se souvenir de leurs voix et voir leurs visages.

★★★★★

A lire également