Secret Headquarters Avis critique du film (2022)

Actualités > Secret Headquarters Avis critique du film (2022)

Les réalisateurs Henry Joost et Ariel Schulman, qui se sont fait un nom en 2010 avec le documentaire « Catfish », n’ont rien d’aussi ambitieux ou révolutionnaire en tête cette fois-ci. Co-écrivant le scénario avec Josh Koenigsberg – qui est lui-même basé sur un scénario du scribe Marvel fréquent Christopher Yost («Thor: Ragnarok») – Joost et Schulman proposent des hijinks farfelus d’adolescents, des courses frénétiques et une tonne de dialogues insipides. Michael Peña, en tant que méchant principal à la poursuite de nos jeunes héros, dit littéralement aux enfants : « La récréation est terminée, les enfants. » Il y a aussi une blague « Ne me taze pas, mon frère » pour ceux d’entre vous qui aiment être à la pointe de la culture pop. Et mon fils de 12 ans qui s’ennuie, qui est vraiment le public cible de « Secret Headquarters », insiste sur le fait que personne de son âge ne dit réellement #YOLO ou ne décrit les choses qu’il aime comme « serrées ».

Puisqu’il s’agit d’un tel retour en arrière des années 80, peut-être que des adjectifs comme awesome ou rad auraient été plus appropriés. Si seulement elles étaient applicables ici. Joost et Schulman optent définitivement pour l’émerveillement et les sensations fortes d’une production d’Amblin, avec des chansons d’INXS (« Never Tear Us Apart ») et Talking Heads (« Burning Down the House ») comprenant la bande originale. Mais le cœur est ce qui manque, ainsi qu’un sentiment légitime de danger.

Le sympathique Walker Scobell, qui a joué la version plus jeune de Ryan Reynolds plus tôt cette année dans « The Adam Project » de Netflix, incarne Charlie Kincaid, 14 ans. Vous seriez pardonné de penser qu’Owen Wilson était la star de « Secret Headquarters », compte tenu de sa position de premier plan dans le matériel promotionnel du film, mais il est en fait une figure de soutien en tant que père souvent absent de Charlie, Jack. Charlie pense que son père est toujours occupé à voyager pour son travail ennuyeux d’expert en informatique. ce qu’il ne réalise pas, c’est que Jack est secrètement un super-héros connu sous le nom de The Guard. Un flash-back au début du film une décennie plus tôt révèle le moment d’un voyage de camping en famille lorsqu’un vaisseau spatial s’est écrasé dans les bois et qu’un orbe lumineux est apparu et a choisi Jack pour cette mission. Maintenant, lui et la mère de Charlie, Lily (Jessie Mueller), sont divorcés. Et un week-end où Jack est censé profiter d’un lien père-fils avec Charlie, il décolle à la place pour sauver à nouveau le monde.

Lorsque Charlie invite son meilleur ami, Berger (Keith L. Williams, si charmant dans « Good Boys »), dans la cabine élégante de son père, ils tombent accidentellement sur un ascenseur qui les fait chuter dans le repaire souterrain caché de Jack. Les filles pour lesquelles ils ont le béguin sont également de la partie pour l’aventure : la mondaine et mature Maya (Momona Tamada) et l’influente sans cesse guillerette Lizzie (Abby James Witherspoon, la nièce de Reese). Son bavardage incessant devient ennuyeux, mais Lizzie a la meilleure réplique de tout le film.

★★★★★

A lire également