Pushing Forward: On the Power of The Disciple

Accueil » Actualités » Critiques et avis » Pushing Forward: On the Power of The Disciple

Combien de temps devra-t-il continuer ? Et combien de temps peut-il réellement faire ça ? Le film indien « The Disciple », sorti sur Netflix il y a quelques mois sans grande fanfare, observe avec méditation la lutte artistique apparemment sans fin de son héros musicien. Avec une présentation vivante et réaliste du petit monde de la musique classique indienne, le film exprime avec subtilité et sensibilité son doute et son insécurité croissants, et nous en venons à comprendre et à sympathiser avec lui, tout en comprenant ce qu’il a gagné et ce qu’il a perdu. .

Au cours de la première moitié du film, qui se déroule à Mumbai, en Inde, en 2006, nous voyons la vie quotidienne d’un jeune chanteur de musique classique indien nommé Sharad Nerulkar (Aditya Modak). Il est sous la tutelle d’un gourou respecté depuis plusieurs années et, comme tout autre musicien jeune et décousus, il a soif de plus de reconnaissance, se poussant avec acharnement vers l’excellence. En plus de beaucoup pratiquer, il participe parfois à une séance de méditation de groupe pour sa stabilité et sa pureté spirituelles, ce qui peut améliorer son talent et ses performances. Pour lui rappeler l’idéal et l’intégrité artistiques, il écoute aussi souvent l’ancien enregistrement de la conférence privée donnée par un chanteur légendaire, qui fut d’ailleurs le mentor de son gourou.

Hélas, ces choses semblent toujours hors de portée de Sharad, peu importe combien il essaie. Tout en soulignant les erreurs de son élève de temps en temps, le gourou de Sharad lui dit plus tard qu’il devrait avoir plus de patience en plus d’être disposé à perfectionner davantage ses compétences et son talent pendant de nombreuses années à venir, mais Sharad ne peut s’empêcher de se sentir sous pression et frustré par fois. Lorsqu’il participe à une compétition locale, il donne une assez bonne performance devant les juges, mais il n’est pas assez bon, et c’est un autre coup porté à son aspiration.

Quand il ne s’entraîne pas, Sharad travaille dans une petite entreprise, où il gère un tas d’enregistrements de chanteurs obscurs, mais ce travail n’a pas l’air si prometteur ou gratifiant du tout. Lors d’une grande convention pour des performances de musique classique indienne, lui et son collègue essaient de vendre les copies CD de leurs enregistrements collectés, mais personne ne s’intéresse à leurs produits. Pas si satisfait de la façon dont son domaine musical a été moins populaire et plus obscur, il parle amèrement de la tendance actuelle de la musique classique indienne lorsqu’il dîne plus tard avec son collègue.

Et nous observons également à quel point la vie privée de Sharad a été solitaire et stérile. Il vit dans la maison de grand-mère, et sa grand-mère tient beaucoup à lui, mais il est surtout occupé par ses pratiques. Sa mère, qui appelle fréquemment de sa ville natale, se demande toujours s’il finira par se marier puis s’installer, alors il ne veut pas l’appeler si souvent. En tant que célibataire de 38 ans dont la mère se plaint souvent du moment où moi ou mon jeune frère allons nous marier puis nous installer, je connais et comprends trop bien ses sentiments.

À travers plusieurs scènes de flash-back remontant à ses années d’enfance, le film plonge dans l’origine de la passion artistique de Sharad. Son père était aussi un chanteur comme lui, et même après avoir choisi une alternative au lieu de poursuivre sa carrière de chanteur, il a souvent inculqué son apprentissage et ses disciplines au jeune Sharad. Au cours d’une scène de flashback, nous voyons son père avoir une interview télévisée devant un groupe de publics comprenant le jeune Sharad, et le film modifie délibérément la qualité visuelle et le rapport d’écran pour souligner la perspective actuelle de Sharad sur ce moment. Le temps a passé beaucoup de temps depuis ce moment, et son père, décédé il y a quelques années, ne se souvient plus autant maintenant, comme beaucoup d’autres musiciens dans leur domaine. Néanmoins, Sharad chérit toujours ce moment malgré le fait qu’il considère son père comme un échec.

En attendant, Sharad et sa carrière ne vont nulle part. Il semble gagner en confiance à mesure qu’il avance un peu plus, ce qui se reflète dans une performance de célébration pour son gourou, mais le temps continue de passer sans grand changement. L’air plus âgé et plus blasé dans son apparence changée plus de 10 ans plus tard, il enseigne maintenant à de jeunes étudiants dans une école tout en essayant de promouvoir sa carrière via son propre site Web, mais il est toujours coincé dans son statut minable, restant incertain et peu sûr de son potentiel artistique. Lorsqu’il voit l’un de ses pairs remporter une petite mais considérable réussite professionnelle, il ne peut s’empêcher de devenir envieux, puis il y a un petit moment amusant où il envisage brièvement de répondre avec colère à un commentaire sarcastique sur l’un de ses récents clips YouTube ( Une leçon : ne vous souciez pas de ces commentaires en ligne irréfléchis).

Sharad continue d’essayer de s’en tenir à son idéal et à son intégrité artistiques, mais il se rappelle encore et encore à quel point c’est dur et difficile pour un musicien obscur comme lui. Il essaie de suivre la philosophie et les principes que lui ont transmis son gourou et le mentor de son gourou, mais il en vient à prendre une décision plutôt cruelle lorsqu’un de ses étudiants prometteurs lui demande la permission de faire quelque chose de différent en public. En voyant son gourou devenir plus fragile sans beaucoup de soutien financier, il devient plus préoccupé par son avenir, et le film révèle plus tard qu’il avait déjà des doutes même dans sa jeunesse à cause de ce qu’il a entendu d’un éminent critique musical local.

Passant tranquillement par de petits hauts et des bas avec son héros, « The Disciple » nous plonge progressivement dans son environnement, et le réalisateur/scénariste/monteur Chaitanya Tamhane et son équipe ont fait un travail fabuleux en remplissant l’écran d’une vraisemblance considérable. Grâce au directeur de la photographie Michał Sobociński, nous obtenons un certain nombre de plans formidables à admirer pour les mouvements de caméra réfléchis et la composition précise de la scène, et j’aime particulièrement une longue prise de vue récurrente montrant Sharad conduisant une moto la nuit. Alors que les paroles enregistrées de ce chanteur légendaire sont prononcées sur la bande originale, tout semble littéralement lent et calme autour de Sharad, et nous en venons à ressentir davantage ce qu’il essaie si fort chaque jour.

De plus, le film accorde une grande attention à la présentation de ses éléments musicaux de la manière la plus réaliste possible, et nous sommes donc servis avec plusieurs scènes de performance intéressantes. Bien que ces scènes soient pour la plupart simples en surface, la caméra de Sobociński capture subtilement et patiemment l’ambiance et les détails à l’écran tout en restant austère dans ses positions statiques, et ces scènes mémorables deviennent des aperçus fascinants d’un monde culturel étranger à la plupart d’entre nous. . Sans surprise, Aditya Modak et plusieurs autres membres de la distribution du film sont des chanteurs/musiciens, et ils apportent sûrement de l’authenticité à ces scènes.

Dans l’ensemble, « The Disciple » est une œuvre extraordinaire qui mérite plus d’attention pour ses aspects techniques impressionnants, et Tamhane, qui a déjà fait ses débuts au cinéma avec « Court » (2014), montre sûrement ici qu’il est un talentueux cinéaste à regarder. Les qualités calmes et immersives de son film, qui sont principalement représentées par des plans longs et patients tout au long du film, m’ont souvent ramené au grand film d’Alfonso Cuarón « Roma » (2018), et je n’ai pas été si surpris d’apprendre plus tard que Cuarón a beaucoup aidé Tamhane lors de la pré-production et de la production du film, en plus d’être l’un de ses producteurs exécutifs.

Soit dit en passant, en regardant le dernier plan obsédant du film, j’en suis venu à réfléchir un peu sur mon statut actuel de critique de cinéma amateur. Pour être franc avec vous, le doute et la frustration de Sharad ont beaucoup résonné en moi parce que j’ai également eu une bonne part de doute et de frustration en me poussant à écrire de meilleures critiques de films et essais, et je me demande encore une fois si tous les efforts que j’ai déployés dans mes critiques de films et mes essais au cours des 10 dernières années mènera en fait à n’importe quoi à la fin.

Probablement, je ne serai jamais aussi important que je le souhaitais innocemment dans mes premières années de critique de films, mais certains des meilleurs moments de ma vie sans importance sont venus d’écrire sur des films. Peut-être que ces beaux moments sont tout ce qu’il y a pour ma quête continue de bons et intéressants films, mais je ne regrette rien du tout, et je suis prêt à continuer tout en ayant hâte de rencontrer quelque chose d’aussi génial que « The Disciple ».

★★★★★

A lire également