Prime Video’s The Terminal List is an Alpha Male Cry for Help | TV/Streaming

Actualités > Prime Video’s The Terminal List is an Alpha Male Cry for Help | TV/Streaming

« The Terminal List » tire son nom d’une liste que Reece crée au dos du dessin de son enfant mort, avec de nouveaux noms ajoutés et barrés, parfois avec du sang. Pour s’en occuper, la série se lance dans des épisodes de 50 minutes austères et indulgents qui n’existent pas plus que de voir Reece gagner, comme lorsqu’il s’aventure à trouver les hommes de main qui ont attaqué sa femme et son enfant. Au début, c’est une question psychologique incertaine, mais non, c’est très littéral, et on y répond par une scène d’action en herbe des années 80 qui montre également à quel point Reece peut être sauvage lorsqu’il s’agit de se faire tuer. Vous vous attendez pratiquement à ce que la caméra fasse un zoom arrière et montre les scènes précédentes comme l’imagination d’un jeune enfant jouant avec des figurines. Cela aurait plus de sens ainsi.

Dans un autre cas, Reece commet un acte de terrorisme à San Francisco, parce que, eh bien, il a une liste à tirer qui doit être marquée, et il a les compétences pour la réussir plus ou moins par lui-même. Il y a aussi un moment où Reece tire sur l’une de ses cibles en mouvement alors qu’il est accompagné de « Masters of War » de Bob Dylan, bien que la version dramatique prête pour la bande-annonce du film, dont nous n’avons jamais eu besoin, mais qui peut néanmoins accompagner une photo cool d’une voiture dévaler la route. Ces séquences donnent néanmoins à « The Terminal List » son but, car l’intrigue est si éloignée de sa sensation d’origine qu’elle a à peine une tension globale, ses enjeux émotionnels eux-mêmes devenant tactiles. De temps en temps, Reece a une vision de sa femme et de son enfant, qui sont censées alimenter nos réserves de justice angoissée. Tout au plus, ils nous rappellent à quel point le jeu sérieux de Pratt n’a toujours pas beaucoup de profondeur, et il ne rend aucun service à cela avec sa performance dans ce spectacle ouvertement dérangé.

Mais peu importe qui joue ce rôle, car Reece n’est pas une question de charisme ou de personnalité. James Reece est l’identité ultime du soldat. C’est le mythe du soldat américain façonné par de nombreux films de guerre avant lui, sans se rappeler qu’il est un mythe. Tant de choses dans les contes d’action, qu’elles soient basées sur des flics, des agents secrets ou des soldats, peuvent être gratuites, et cela peut être leur plaisir granuleux. Mais « The Terminal List » est gratuit avec un visage très sérieux, celui qui est présenté comme instable avant que son corps d’accompagnement ne soit ensuite traité comme notre instrument de vérité. Sorti juste à temps pour le 4 juillet, « The Terminal List » est le jingoisme à son meilleur, et le pire absolu.

Six épisodes de la première saison projetés pour examen. « The Terminal List » sera diffusé sur Prime Video le 1er juillet.

★★★★★

A lire également