Outer Range Challenges Expectations While it Entertains | TV/Streaming

Actualités > Outer Range Challenges Expectations While it Entertains | TV/Streaming

Malgré son silence, Royal devient l’un des personnages les plus connus de la télévision. Comme tout humain, il ressent cette terreur obsédante, celle qui rampe dans la nuit comme un idiot à la vue de tous, celle que votre cerveau laisse entrer lorsque votre imagination ouvre la porte. Vous le ressentez le plus après une tragédie. Dieu existe-t-il ? Et s’il le fait, pourquoi laisse-t-il de mauvaises choses arriver ? Royal n’a pas ressenti Dieu depuis un certain temps, ce qui rend les nuits oppressantes et silencieuses d’autant plus difficiles. Sa belle-fille, l’épouse de son fils Perry (Tom Pelphrey), a disparu sans laisser de trace il y a quelques mois. La perte a affecté tout le monde; sa jeune petite-fille Amy (Olive Abercrombie) s’aventure seule dans la maison. Son autre fils, Rhett (Lewis Pullman), un champion de taureaux, n’arrive pas à se remettre dans le rythme. Perry est brisé et se déplace aussi silencieusement que Royal. Pour faire face, Cecilia (Lili Taylor), la matriarche de la famille et épouse de Royal, s’est jetée à l’église.

Chacun se sent abandonné par Dieu, et parfois, abandonné l’un par l’autre.

« Outer Range » est l’une de ces séries dans lesquelles vous ne pouvez pas identifier son origine, mais elle touche une corde sensible. Peut-être parce que c’est si familier et pourtant si étranger ? Ce sentiment se renforce lorsque le joyeux routard Autumn (Imogen Poots) arrive, du moins nous le croyons, sur le ranch d’Abbott. Elle demande à camper sur leurs terres pour quelques jours seulement sans donner beaucoup de détails sur elle-même, sauf qu’elle a mystérieusement une mine d’argent. Même ainsi, pour le moment, son importance est pâle par rapport à la famille des barons du bétail, les Tillerson. Leur père infirme, Wayne (Will Patton), atteint d’une maladie inconnue, poursuit Royal pour un terrain qu’il prétend être le sien. Et ses jeunes fils – Luke (Shaun Sipos), Billy (Noah Reid) et Trevor (Matt Lauria) – ne sont que trop heureux de dominer l’influence de leur famille sur les autorités locales, y compris Joy Hawk (Tamara Podemski), une lesbienne autochtone qui court pour shérif. Au départ, Royal ne comprend pas pourquoi Wayne veut soudainement le terrain. Il est dans la famille de Cecilia depuis plus d’un siècle. Mais quand un vide bizarre apparaît dans le territoire contesté, il frappe le genre de peur dans Royal qui surgit lorsque la mortalité vous tape sur l’épaule.

L’un des grands plaisirs de « Outer Range » découle du connu mais de l’inconnu, ou de la compréhension de questions incompréhensibles. Par exemple, dans la première, après que Perry ait battu Trevor à mort, Royal se débarrasse du corps de Trevor en le jetant dans le trou. Où Trevor est allé nous déconcerte ainsi que les autorités, et creuse encore plus un fossé entre les Abbott et les Tillerson. Dans l’épisode deux, « The Land », Royal est poussé dans le gouffre sans fond, arrivant dans le futur, dans une scène rappelant « Rencontres du troisième type ». Il se réveille dans un champ sombre entouré de citadins hostiles qu’il appelait autrefois ses amis. « Outer Range » révèle ces visions sans dévoiler la feuille de route, et une partie du plaisir consiste à déconstruire comment le destin et la prophétie s’entremêlent alors que les indices s’ajoutent à de véritables chocs narratifs.

★★★★★

A lire également