On the Come Up Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > On the Come Up Avis critique du film & résumé du film (2022)

Adapté de La haine que tu donnes Le roman du même titre de l’auteur Angie Thomas, « On the Come Up », frappe sans originalité les rythmes d’autres films de bataille de rap comme « 8 Mile » et « Hustle & Flow », mais sans la sensation vécue de l’un ou l’autre de ces films. Tout dans la vision esthétique de Lathan semble et semble artificiel. Le quartier de Garden Heights, bien que souvent crié, est rarement vécu et vu; Lathan et son directeur de la photographie Eric Branco (« The Forty-Year-Old Version », « Clemency ») optent rarement pour un plan d’établissement. Au lieu de cela, les scènes commencent par des voitures ou des bus roulant dans un plan statique, nous laissant confinés dans les limites de l’objectif plutôt que d’explorer ce qui rend ce quartier vivant.

Lathan choisit également d’utiliser le monologue interne de Bri, dans lequel elle rime et compte les syllabes, comme narration du film pour des raisons qui ne sont pas tout à fait claires. La voix off ajoute peu de base au personnage – à part vocaliser son métier – et ses lignes internes sont si basiques qu’elles auraient tout aussi bien pu être extraites d’un livre du Dr Seuss.

Malgré son immense talent, l’ascension de Bri vers la célébrité n’est pas assurée. Dans son lycée blanc, censé rechercher une plus grande diversité, un agent de sécurité la prend pour un trafiquant de drogue et la jette au sol. La mère de Bri étant maintenant licenciée, leur famille a du mal à joindre les deux bouts. Sa première entrée sur le ring de la bataille de rap l’a vue s’enfuir une fois qu’un rappeur a commencé à faire le clown avec son père décédé. Mais quand elle remporte enfin une bataille contre le fils de l’ancien manager de son père et faiseur de rois de la musique à succès, Supreme (Cliff « Method Man » Smith), sa tante impétueuse gâche sa progression en menaçant un gang rival avec une arme à feu dans le parking de la bataille de rap. parcelle. La situation précaire de Bri l’oblige à quitter la protection de sa tante Pooh pour les richesses promises par Supreme.

Alors que « On the Come Up » veut parler d’une fille tombant dans les griffes pernicieuses de l’industrie de la musique, même cela semble creux, surtout lorsque Bri enregistre un morceau de diss hardcore destiné à son gang local. Ses amis Malik (le charmant Michael Cooper Jr.) et Sonny (le méchant Miles Gutierrez-Riley) la voient comme une vendeuse essayant de s’enrichir d’un style de vie qu’elle ne représente pas. Bri ne voit aucun problème à jouer le rôle si cela la fait payer, principalement parce qu’elle ne voit pas les conséquences dangereuses qui se cachent dans ses actions.

★★★★★

A lire également