Offseason Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Offseason Avis critique du film & résumé du film (2022)

S’ouvrant sur une lettre conseillant à la progéniture de célébrités Marie (Jocelin Donahue, « The House Of The Devil ») de venir dans la ville natale de sa mère pour inspecter sa tombe pour vandalisme – des nuances de l’original « Texas Chain Saw Massacre » – « Offseason » rend esthétiquement agréable utilisation d’une ville balnéaire abandonnée de Floride en hiver. La prémisse rappelle la coupe profonde de 1973 « ‘Messiah Of Evil », avec un soupçon de « Tourist Trap » de 1979 grâce à tous les mannequins. C’est une histoire simple, motivée par des malédictions générationnelles et un demi-dieu lovecraftien qui exige de terribles sacrifices des citadins sans défense de Lone Palm Beach, en Floride.

Et une fois que Marie et son petit ami George (Joe Swanberg) ont traversé le pont-levis solitaire qui mène à (et en sort) Lone Palm Beach, leur destin est déjà déterminé. Cela donne une certaine absence de but à l’intrigue, qui semble souvent tourner en rond juste pour continuer à avancer. Mais étant donné que la principale préoccupation de Keating en tant que réalisateur est de créer une atmosphère – ce n’est pas une mauvaise chose en soi, pour être clair – ce point n’est pas aussi fastidieux qu’il pourrait l’être. L’esthétique gothique tropicale est suffisamment attrayante pour porter le film au moins en partie, créant une aura de «néon à travers le brouillard» à partir de palmiers nain, de plages froides, de cimetières de marais pâteux, d’autoroutes d’outre-mer, de ciel couvert et de plusieurs milliers de gallons de machine à brouillard fluide.

Le montage sonore, par Shawn Duffy, collaborateur de longue date de Keaton, est également un régal effrayant, utilisant une gamme complète de sons ébouriffants, des chuchotements sinistres aux cris animaliers. Il ne fait aucun doute que ce réalisateur et son équipe savent extraire le maximum de valeur de production avec un minimum de ressources : par exemple, les effets visuels sont appliqués avec parcimonie. Mais l’imagerie cauchemardesque impressionnante qu’ils créent plane sur le film, à la fois littéralement et métaphoriquement.

Les performances sont plus mitigées. Atout de genre sous-estimé Richard Brake («31 ans», «Bingo Hell») fait une impression démesurée dans un petit rôle, grâce à son discours passionné sur un pont balayé par le vent une fois que tout va à la merde. Mais à moins que Keating ne rende hommage aux monologues inertes, aux dialogues trop déclaratifs et aux lectures de lignes guindées dans des films de maîtres du genre comme Lucio Fulci, ces éléments du film ne se rejoignent tout simplement pas de manière convaincante. Les protagonistes en particulier ont du mal à trouver leur place: Swanberg semble tout simplement hors de propos, tandis que Donahue ne trouve jamais un équilibre entre panique et résignation qui fonctionne vraiment pour son personnage.

★★★★★

A lire également