O. Henry’s Full House (1952) – Affaires chatouilleuses

Actualités > O. Henry’s Full House (1952) – Affaires chatouilleuses

Publié à l’origine le 2 décembre 2011 C’est étrange à regrouper avec les films de Marilyn car elle y est littéralement pendant une minute (je dirais moins mais je n’ai pas chronométré). O. Henry’s Full House un film d’anthologie d’histoires adaptées des œuvres de O. Henry. Cela ne vaut certainement pas la peine de regarder Marilyn, mais il y a quelques histoires réductrices hors du lot. Le film se fond également parfaitement dans mes films de 25 jours de Noël car le dernier segment est un film de Noël (et une histoire assez populaire pour démarrer). Le film raconte cinq histoires basées sur les romans d’O.Henry, toutes présentées par l’écrivain John Steinbeck (je peux officiellement mettre un nom sur un visage). Les cinq histoires sont les suivantes: «Le flic et l’hymne» suit un sans-abri (Charles Laughton) qui essaie, et échoue, de se faire arrêter afin qu’il puisse passer l’hiver rigoureux en prison. « The Clarion Call » raconte l’histoire d’un officier, Barney Woods (Dale Robertson) essayant d’attraper un meurtrier qui se trouve être son meilleur ami (Richard Widmark). «The Last Leaf» suit une jeune fille déprimée (Anne Baxter) qui proclame qu’elle mourra lorsque la dernière feuille tombera de l’arbre devant sa fenêtre. «La rançon du chef rouge» suit deux ravisseurs maladroits (Fred Allen et Oscar Levant) qui kidnappent un petit garçon indiscipliné dont la ville ne veut pas revenir. «Le don des mages» suit un jeune couple amoureux (Farley Granger et Jeanne Crain) qui recherchent le cadeau de Noël parfait pour l’autre. Dans l’ensemble, j’en ai apprécié deux: «La rançon du chef rouge» et «Le don des mages». Ce n’est pas que les trois autres histoires étaient mauvaises – d’accord, l’une m’ennuyait vraiment (« The Clarion Call ») et l’autre m’a donné envie de battre quelqu’un (« The Last Leaf ») – je ne m’attendais tout simplement pas à un film d’anthologie, surtout une avec si petite Marilyn à la fin de sa carrière. Compte tenu des films dont nous avons discuté jusqu’à présent, il est ridicule de voir à quel point elle a été facturée en bonne place, mais combien de temps elle justifie. Je suis tenté d’écrire une lettre aux gens qui m’ont vendu ce coffret parce qu’elle n’est même pas un personnage digne d’un nom; IMDB la répertorie simplement comme «Streetwalker». Cela nous amène à la première histoire «Le flic et l’hymne». Laughton est solide en tant que sans-abri essayant de trouver un endroit pour survivre à l’hiver, pensant que la prison est la meilleure option. La période pendant laquelle l’histoire se déroule n’est pas spécifiée, mais vous pouvez trouver son lien avec la dépression et la Seconde Guerre mondiale. Soapy est un homme qui semble très instruit, est extrêmement poli et pourrait être millionnaire s’il le veut, mais quelque chose l’en empêche. Je suis un grand fan des débuts de réalisateur de Laughton, La nuit du chasseur, mais ici, vous êtes amené à croire qu’il est un pauvre clochard malgré sa voix tonitruante et son discours éloquent. Je dirais qu’il est l’un des «hommes oubliés» des films des années 30, des hommes riches qui ont tout abandonné pour vivre une vie de sans-abri. Il se réconcilie juste à temps pour être arrêté. C’est ironique, mais je me demande ce que la déclaration est censée être? Si vous attendez trop longtemps pour faire quelque chose de vous-même, vous serez coincé à jamais errant? Ou est-ce un commentaire sur le système carcéral, nous laissons le crime impuni et ne donnons jamais aux criminels une chance de se racheter vraiment? Je serais intéressé d’entendre des réflexions sur le sujet. Dans l’ensemble, c’était une histoire intéressante mais ça a duré un peu trop longtemps. Marilyn se présente comme une «prostituée» que Soapy tente de harceler. Son personnage est tout à fait d’accord, ce qui me porte à croire qu’elle est censée être une prostituée. Encore une fois, tant d’éléments non expliqués et ce segment a duré éternellement. Celui qui sort le plus longtemps est « The Clarion Call ». Richard Widmark revient après que je l’ai fustigé dans Don’t Bother to Knock … jouant une autre bite que je voulais frapper avec une batte! Il incarne le criminel Johnny Kernan, traqué par son meilleur ami, Barney Woods (Dale Robertson). Il est réalisé par Henry Hathaway qui allait diriger Marilyn à Niagara, ainsi que diriger une série de westerns de John Wayne. Ce segment rappelle un western avec un bon et un méchant évident qui se retrouvent pour une fusillade à la fin. Widmark est ennuyeux avec sa voix stridente qui ressemble à un gangster bon marché et vous savez qu’il est mauvais quand il bat une femme, lui jette son chaton, etc. Robertson est tout simplement fade comme le bon gars Barney; sa voix profonde et son expression semblent guindées. Le problème est que le segment fait un western à l’ère des gangsters et qu’il n’y a pas de mélange homogène des deux genres. Celui-ci a également duré éternellement avec Barney essayant de résoudre le mystère, de trouver Kernan, de lui parler, de réaliser qu’il lui doit, de le rembourser, de se battre à nouveau avec lui, ça a continué. «The Last Leaf» est un mélodrame à son plus ridicule. Nous voyons deux autres actrices avec des connexions Marilyn dans cette histoire. Anne Baxter a joué Eve Harrington dans All About Eve, tandis que Jean Peters continuerait à jouer à Niagara (réalisé par Henry Hathaway). Joanna (Baxter) est séduite par un acteur et attrape une pneumonie. Elle dit qu’elle va mourir lorsque la dernière feuille tombera, laissant sa sœur Susan (Peters) s’inquiéter. Il y a aussi l’artiste tourmenté Behrman (Gregory Ratoff) qui essaie de peindre quelque chose de valable. Le problème réside dans la façon dont c’est pleurant et mélodramatique. Je sais que c’est une marque des temps, mais Joanna se contente de pleurnicher et de s’allonger dans son lit, insistant constamment sur la façon dont elle va mourir. Elle fait sauter Susan à travers des cerceaux jusqu’à la toute fin où Joanna est miraculeusement guérie et se rend compte que tout était dans sa tête. Traitez-moi de cynique, mais si la mourante était dans sa tête et qu’elle en sortait, ne la frapperiez-vous pas? Elle inquiète tout le monde, seulement pour apparaître et dire: «Eh bien, la feuille n’est pas tombée, je vais mieux maintenant!» Je l’enverrais au moins à la folle pour une évaluation. La persistance de Joanna rend cela aussi mou à la maison. «La rançon du chef rouge» est l’histoire la plus drôle, inspirant tout, de Dennis la menace à Ruthless People. L’histoire de deux kidnappeurs maladroits prenant l’enfant le plus ennuyeux est un cliché, mais l’écriture comique est sans faille. Dès la première scène, vous êtes amené à croire que Bill et Sam sont tombés sur les personnes les plus stupides du monde, pleines de stéréotypes sur les gens du Sud. Quand ils kidnappent le petit JB (Lee Aaker), ses parents sont témoins de tout. La mère dit d’une voix impassible: «Ils mettent un sac sur la tête de JB et le mettent dans l’automobile. Personne ne fait quoi que ce soit et même une fois que les parents de JB ont reçu la note de rançon, ils s’en moquent. Cet enfant est si petit que la ville est en fête parce qu’ils sont si heureux. Je ne suis pas fan des enfants, mais j’adorais Aaker en tant que JB aka Red Chief. De sa petite chevelure blonde et sa façon de parler, tout était comique. La façon dont les hommes adultes se recroquevillent parce qu ‘«ils avaient une divergence d’opinions», aboutissant à ce que JB leur fourre une patate chaude dans le dos est hilarante. L’écriture est nette et spirituelle, ce qui en fait l’un des segments que je pourrais revoir. Le don des mages est une histoire que tout le monde connaît et a été faite à mort dans la culture populaire. Mon préféré est la présentation spéciale de Noël des Razmoket Phil et Lil en train de faire un échange Gift of the Magi. Quoi qu’il en soit, avoir vu cette histoire avant ce n’était pas surprenant. Le jeu d’acteur était solide, Jeanne Crain étant la meilleure en tant que femme prête à abandonner ses cheveux pour un homme. Je ne sais toujours pas ce que je ressens à propos de Farley Granger en tant qu’acteur. Je l’ai vu dans Strangers on a Train et j’ai pensé qu’il allait bien, mais rien de spécial. «Le don des mages» ne m’a pas changé d’avis sur lui. Il était bon, mais encore une fois rien de spécial. Je dirais que si vous regardez ça sur un coup de tête, ne le regardez pas pour Marilyn. Regardez «La rançon du chef rouge» et riez de bon cœur. «Le cadeau des mages» est également agréable à regarder autour de Noël, c’est pourquoi je l’ai choisi comme introduction à 25 jours de Noël. Ronnie Rating: Vous souhaitez acheter le film d’aujourd’hui? Si vous utilisez le lien pratique ci-dessous, une petite partie est reversée à ce site! Merci! La salle pleine d’O Henry

★★★★★

A lire également