Nicholas Britell Says Goodbye to Succession | Interviews

Actualités > Nicholas Britell Says Goodbye to Succession | Interviews

Il propulse le reste de la saison. Cela ressemble à une poussée vers l’avant sur une fusée.

C’était mon espoir.

j’ai récemment interviewé Craig Wedren et Anna Waronker, les compositeurs de « Yellowjackets », qui vous ont tous deux exprimé leur immense gratitude pour avoir rendu les chansons à thème à nouveau à la mode.

Oh wow. [laughs] Incroyable. C’est très gentil.

Comme je pense que la plupart des gens qui regardent la série, ils ne sautent jamais le générique d’ouverture. Tout le monde veut passer en mode « Succession » avec cet orchestre en plein essor. Les chansons à thème vous ont-elles séduit dès votre plus jeune âge ?

Ouais, j’adore les chansons à thème depuis que je suis très, très jeune. Je pense qu’il y a quelque chose à propos des génériques télévisés, mais aussi des génériques d’ouverture – et j’y pense aussi dans les films – je suis un grand fan des structures cinématographiques formelles. J’adore ouvrir les séquences de titre. J’aime aussi les séquences de fin de générique. Non pas que vous ne puissiez pas vous en passer aussi. Chaque projet a sa propre grammaire, donc certains projets ne devraient pas avoir de séquence de titre d’ouverture, car il y a quelque chose de puissant dans une ouverture à froid. Mais j’ai l’impression, surtout avec quelque chose comme « Succession », peut-être, qu’il y a presque cette idée d’ouverture d’un opéra, disons, ou d’une comédie musicale, où la musique va vous amener dans ce monde et préparer le terrain, sans jeu de mots destiné. C’est en quelque sorte dire « on y va ». Je pense qu’il y a une valeur à cela. De même, les séquences de fin de générique : j’adore la sensation après un film, où vous êtes assis, par exemple, vous êtes assis dans l’obscurité. Vous venez de vivre quelque chose. La musique est là pour vous permettre en quelque sorte un moment de contemplation, pour méditer sur ce que vous venez de ressentir. J’aime ça. Je pense que c’est pourquoi nous allons au cinéma, c’est pourquoi nous voulons avoir une chance d’explorer nos propres émotions. Je pense que ces structures formelles nous donnent parfois une façon très spécifique de vivre ces choses.

Je pense qu’aller au cinéma c’est aller à l’église, on y va pour se transformer, pour vivre une expérience qui n’est pas possible ailleurs.

Absolument. Totalement.

Je veux revenir à « Austerlitz », dans la première saison, à la scène juste après la séance de thérapie familiale des Roys. Ils sont dans une cuisine, en train de se battre, et Logan vient à Kendall et doit être maîtrisé. Vous utilisez rarement la guitare dans la série mais vous avez utilisé la guitare là-bas. Pourriez-vous me dire pourquoi vous avez pris cette décision dans cette scène ?

Ouais, ouais, absolument. C’est quelque chose qui, pour moi, témoigne de la merveilleuse collaboration que j’ai avec Jesse Armstrong et avec Adam McKay, où nous parlons toujours d’idées différentes. Il y avait quelque chose là-bas, je me souviens, qui vient d’une conversation que j’avais avec eux. [The Roys] sont dans le Sud-Ouest. Il y a ce genre d’environnement différent, ils sont comme des poissons hors de l’eau. Ils sont comme, où sont-ils ? Que leur arrive-t-il ? Qu’est-ce que c’est? Je pense qu’il y a quelque chose à propos, en particulier, de ces voyages que Kendall poursuit dans la série, que j’ai, avec le recul, l’habitude de me concentrer sur ces voyages. Dans la deuxième saison, par exemple, j’ai écrit cette pièce intitulée « Rondo en fa mineur » qui, pour moi, parle du voyage mélancolique qu’il poursuit. Le morceau dont nous parlons a une guitare et un banjo, et il essayait de donner ce son spécial à ce moment pour Kendall. C’était une idée très consciente de « Comment cela ressemblerait-il? » Une grande partie de ce que je fais pour « Succession », comme beaucoup de mes projets, sont des expériences. Je ne suppose jamais que quelque chose va fonctionner. Mon instinct est toujours d’essayer. Et dans le pire des cas, Jesse dira : « Ça ne marche pas. » [laughs] Je suis toujours comme, « D’accord. » Mais c’était vraiment bien. Je me souviens d’avoir enregistré ces morceaux et d’avoir trouvé qu’il y avait quelque chose de très beau dans le son du banjo et de la guitare faisant ce thème pour Kendall là-bas. Il y a eu des moments, au fur et à mesure que le spectacle avançait, où je me disais: « Oh, pourrais-je utiliser ça à nouveau? » Et ça ne s’était pas bien passé. Jusqu’à ce qu’en fait – j’essaie juste de penser que si nous l’avons déjà vu, je ne veux rien dévoiler. Mais il y a eu un moment dans la saison quatre où j’ai en fait ramené cette guitare très subtilement dans un épisode.

★★★★★

A lire également