Netflix Kicks Off Year with Gimmicky, Silly Kaleidoscope | TV/Streaming

Actualités > Netflix Kicks Off Year with Gimmicky, Silly Kaleidoscope | TV/Streaming

C’est là que les choses deviennent un peu délicates, car ce qu’un critique révélerait normalement dans un synopsis pourrait être quelque chose que vous ne voyez pas avant le septième épisode que vous regardez, alors je vais marcher légèrement. Le toujours génial Giancarlo Esposito joue Leo Pap, le Danny Ocean de cette équipe de marginaux qui a été ramené dans une vie criminelle pour un dernier score personnel. Son alliée la plus proche est Ava Mercer (Paz Vega), la participante au braquage avec le visage le plus public en tant qu’avocate de haut niveau. Elle se trouve également être une spécialiste des armes et une vieille amie de Leo. Les plus jeunes membres gênants de l’équipage comprennent Judy Goodwin (la charmante Rosaline Elbay) et son canon lâche d’un mari nommé Bob (Jai Courtney). Peter Mark Kendall et Jordan Mendoza complètent l’équipe.

Bien sûr, chaque bon projet de braquage a besoin d’un ennemi, et ce rôle est rempli par l’excellent Rufus Sewell dans le rôle de Roger Salas, un titan du monde de l’entreprise avec un ancien lien avec Leo. Il travaille avec quelqu’un d’autre lié à Leo nommé Hannah (Tati Gabrielle) tandis que deux agents du FBI nommés l’agent Abbasi (Niousha Noor) et l’agent Toby (Bubba Weiler) sont obsédés par le braquage massif qu’ils ont discerné à venir mais ne pourront peut-être pas arrêter .

Chaque épisode permet aux téléspectateurs d’entrer dans le braquage à un point différent avec un code de couleur différent. Par exemple, il y a « Jaune : 6 semaines avant le braquage », « Rose : 6 mois après » et « Violet : 24 ans avant le braquage », un épisode qui comprend un vieillissement assez discutable de M. Esposito. Comme tant d’émissions Netflix, « Kaléidoscope » lutte contre l’affaissement de la mi-saison même sans saison traditionnelle. Quel que soit l’ordre dans lequel vous les regardez, vous vous retrouverez frustré par les rythmes répétitifs des personnages qui, d’une manière ou d’une autre, laissent la plupart de cette équipe se sentir sous-développée de toute façon. C’est probablement parce que l’écriture d’une saison comme celle-ci ne permet pas de construire autant de personnages en les répétant. Et une partie du matériel de manipulation impliquant la classe et la race semble écrit à bon marché. L’excellente Noor a un monologue sur la façon dont elle est devenue un agent du FBI qui est si superficiel, et une chance de vraiment creuser l’impact différent de la race sur Leo et Roger est mentionnée puis ignorée. Tant d’idées dans «Kaléidoscope» sont minces comme du papier parce qu’elles nécessitent en quelque sorte une narration linéaire pour devenir épaisses.

Alors que reste-t-il ? « Kaléidoscope » est certes amusant à certains moments, entrant en action de manière ludique d’une manière qui n’est pas toujours prévisible. Il y a une forte énergie entre les membres de l’équipe de braquage qui m’a fait souhaiter que « Kaléidoscope » se soit déroulé dans le bon ordre. En fin de compte, le gimmick de « Kaléidoscope » peut être désigné comme le principal coupable de la plupart des défauts de la série (bien qu’il aurait probablement pu être resserré par deux épisodes quoi qu’il arrive). La chose même qui pourrait attirer une plus grande foule cette première semaine de janvier est ce qui m’a embêté à ce sujet. Sa structure en fait peut-être l’une des émissions les plus réussies du début de 2023, mais l’année est déjà sur le point d’être remplie d’émissions comme « The Last of Us », « Shrinking » et « Poker Face ». Ces couleurs auront probablement disparu à la Saint-Valentin.

Toute la saison projetée pour examen.

★★★★★

A lire également