my-hero-academia-world-heroes-mission-review-5989886-6730787-jpeg

My Hero Academia: Revue de la mission des héros du monde: Plein d’action

Actualités > My Hero Academia: Revue de la mission des héros du monde: Plein d’action

Dès la première scène, il est clair que My Hero Academia: World Heroes’ Mission a mis les enjeux ridiculement haut. Une organisation terroriste appelée Humarise a créé une arme chimique qui met les caprices des gens en surmultipliée, et la première ville sur laquelle ils l’utilisent est complètement détruite : tous ceux qui ont des caprices sont morts, et seuls les « choisis » sans caprices restent.

Contrairement aux deux derniers films, World Heroes’ Mission ne perd pas de temps à passer à l’action alors que les élèves de la classe 1-A et les héros professionnels sont envoyés dans le monde entier pour frapper Humarise. Il ressort également assez clairement du saut que le style d’animation de ce film est légèrement différent, avec un accent plus marqué sur les expressions exagérées pour les personnages et les scènes d’action. L’animation n’est certainement pas pire, en soi, mais il y a une différence visible.

Bien que l’intégralité de la classe 1-A apparaisse à un moment donné, ce film parle vraiment du voyage de Deku, Bakugo et Todoroki, ainsi que d’un tout nouveau personnage nommé Rody Soul. Le trio, avec Endeavour, est envoyé dans le pays européen d’Otheon pour combattre Humarise, et cela m’amène à la première chose que j’aime vraiment à propos de World Heroes’ Mission, voir plus du monde.

Le pays d’Otheon est nettement différent du paysage du Japon, avec de vieux bâtiments rustiques et des collines de campagne. C’est aussi fantastique de voir d’autres régions du monde, comme San Francisco, l’Égypte et la France, ainsi que de nouveaux visages des héros qui y travaillent. Prenez, par exemple, le héros égyptien de Pharoah tout à fait ridicule dont la bizarrerie est le fait qu’il est en 2D. Voir des héros du monde entier combattre cette nouvelle menace ajoute vraiment un sens de l’échelle et de la gravité que les deux derniers films n’avaient tout simplement pas.

Alors que la mission de World Heroes démarre en trombe, le milieu du film ralentit et se concentre davantage sur le développement du personnage, en particulier lorsque Deku et un nouveau personnage nommé Rody Soul fuient la loi. Rody est un citoyen d’Otheon, qui vit avec ses deux jeunes frères et sœurs dans un parc à roulottes. Lui et Deku se retrouvent par inadvertance dans un plan élaboré par Humarise et se retrouvent en fuite à la fois contre la loi et l’organisation terroriste.

Rody lui-même apporte une facette très intéressante à My Hero Academia, car il s’agit d’un personnage plus ancré qui a passé une grande partie de sa vie à expérimenter le côté obscur de l’humanité. Au début, il ne croit pas en ce que les héros de la « justice » poursuivent, mais il amène également Deku à réfléchir à ce que signifie réellement être un héros. La dynamique entre les deux est un énorme point culminant de l’histoire, et Rody est probablement mon personnage original préféré des trois films.

Ce qui ne marche pas aussi bien, cependant, c’est le méchant du film, Flect Turn. Le leader d’Humarise passe la majeure partie du film à orchestrer les choses dans l’ombre, et ce n’est qu’à la toute fin que nous découvrons même l’une de ses histoires. La façon dont le passé du personnage est lié à sa bizarrerie est intéressante, mais le développement de Flect Turn semble absolument insuffisant, surtout après l’excellent travail que le film précédent a fait pour rendre son méchant, Nine, sympathique.

La mission de World Heroes est importante, c’est l’action, car vous pouvez à peine tenir dix minutes sans qu’une autre grande scène de combat n’éclate. Je ne considère pas cela comme une mauvaise chose, cependant, car cela donne au film une sorte de rythme effréné, surtout dans la seconde moitié. Cela est tout à fait logique pour les enjeux ridiculement élevés que le film a mis en place, et cette fois-ci, les batailles sont toujours animées à couper le souffle. Il y a beaucoup de stylisation dans ces combats avec des angles de caméra et des idées uniques, mais cela fonctionne dans l’ensemble. Deku, Todoroki et Bakugo ont tous leur temps pour briller, chacun des trois ayant son propre avant-dernier combat. Comme mentionné précédemment, il s’agit d’un film sur ce trio en particulier, et à cause de cela, le reste de la classe 1-A n’a pas son propre temps sous les projecteurs. C’est un peu décevant, bien sûr, mais les combats grandiloquents vers la fin aident à compenser.

World Heroes ‘Mission est définitivement une bête différente des deux derniers films, un qui est plus axé sur des batailles explosives que sur des moments calmes, même si ceux-ci sont toujours là dans une certaine mesure. Bien qu’il y ait quelque chose de perdu en ne présentant pas plus de acteurs en général, j’ai vraiment apprécié les nouveaux éléments de World Heroes ‘Mission, et le film donne facilement l’impression que l’univers de My Hero Academia est plus grand et plus grandiose qu’auparavant. Le manque d’exposition et d’explications habituelles sur les idées de la série signifie qu’il s’agit d’un film destiné directement aux fans de la franchise, mais c’est un sacré bon moment si vous en êtes un.

NOTE : 8/10

Comme l’explique la politique d’évaluation de ComingSoon, un score de 8 équivaut à « Excellent ». Bien qu’il y ait quelques problèmes mineurs, ce score signifie que l’art atteint son objectif et laisse un impact mémorable.

Divulgation: Le critique a reçu une sélection pour notre revue My Hero Academia: World Heroes’ Mission.

★★★★★

A lire également