Mighty Goose PS5 Review – Qui a donné une arme à cette oie?

Actualités > Mighty Goose PS5 Review – Qui a donné une arme à cette oie?

Autrefois incontournables des systèmes 16 bits, les tireurs d’élite ont retrouvé une seconde vie grâce à l’avènement de titres numériques à moindre coût. Publié par Playism, Mighty Goose est le dernier à proposer des dessins amusants d’inspiration rétro à partir de classiques comme Metal Slug tout en mélangeant un humour irrévérencieux à base d’oie pour rendre les choses un peu plus ridicules. Avec une gamme de bonus, des sections de véhicules pour la variété et des acolytes déverrouillables, le jeu de tir de Blastmode et MP2 Games coche toutes les cases pour un titre moderne dans le genre, mais ne fait rien pour le faire avancer ni ne le fait exceller dans n’importe quel domaine. Mighty Goose est cohérent avec les autres jeux du genre. Il y a des dizaines d’ennemis qui courent vers votre personnage, que vous tondez en appuyant sur le bouton de tir un nombre incalculable de fois (bien qu’il existe une option pour vous permettre de maintenir le feu enfoncé dans le menu). Alors que vous vous occupez des ennemis génériques d’apparence robotique, vous verrez un mètre grandir qui déclenche finalement une attaque puissante qui peut changer le cours même de la bataille la plus intense. Savoir quand faire apparaître cette jauge s’avère être la clé de bon nombre des rencontres les plus difficiles du jeu, car un écran rempli d’ennemis peut facilement être effacé lorsqu’il est déclenché. Cela conduit à des moments de retour qui rendent le jeu agréable malgré la répétition. Il existe un certain nombre de déblocages et de récupérations qui vont des copains avec leurs propres capacités aux compétences supplémentaires avec lesquelles vous pouvez équiper votre oie. Mais vous ne pouvez pas obtenir tous les pouvoirs impressionnants car ils consomment chacun de l’énergie et vous avez un approvisionnement limité, ce qui oblige les joueurs à choisir les avantages qu’ils prendront dans les niveaux. Il est important de trouver un style de jeu qui fonctionne, mais la quantité limitée d’énergie entrave en fin de compte à quel point le combat peut être agréable plutôt que de créer une courbe de difficulté enrichissante. C’est une limitation qui retient le jeu. Les niveaux de Mighty Goose vont des planètes extraterrestres inspirées aux fosses de combat génériques qui jettent péniblement des centaines d’ennemis sans points de contrôle. Le système de points de contrôle est généralement assez utile, mais certains combats de boss ultérieurs n’en ont pas du tout malgré plusieurs formes. On dirait que cela pourrait être un gant qui teste les compétences du joueur, mais cela finit par être plus pénible. Conduire des chars dans des tireurs d’armes à feu est généralement un bon moment et cela reste vrai ici. Les sections de vol semi-rigides ne sont pas aussi solides que le combat terrestre, mais elles ajoutent une certaine variété; une caractéristique nécessaire pour un titre aussi répétitif. Bien qu’il y ait des ennemis uniques dans différents mondes, vous finissez par voir beaucoup trop des mêmes grognements, et le combat n’est tout simplement pas assez gratifiant à lui seul pour que ces rencontres ressemblent à autre chose qu’à du remplissage.Malheureusement, Mighty Goose n’a jamais parvient à atteindre les points culminants qui séparent les meilleurs tireurs de run-and-gun des jeux simplement inspirés par eux. Bien que compétente et sans aucun problème flagrant, l’action est finalement pâle par rapport à Gunstar Heroes, Sunset Riders et Metal Slug 3, qui ont tous plus de 20 ans. Avec rien de tout ce roman à offrir au genre à part un humour à base d’oie, certes hilarant, rempli de klaxons, cela vous laissera simplement envie de jouer l’un des classiques à la place. équivaut à « décent », car il n’atteint pas son plein potentiel et constitue une expérience ordinaire. Divulgation : l’éditeur a fourni une copie PlayStation 5 pour notre revue Mighty Goose.

★★★★★

A lire également