Meilleurs films de Thor classés après Love and Thunder

Actualités > Meilleurs films de Thor classés après Love and Thunder

Il fut un temps où rien de tout cela n’existait. C’est ce que je dois continuer à me dire chaque fois que je m’assieds pour regarder un nouveau film de Marvel Cinematic Universe. Il fut un temps où Thor était juste ce type maladroit dont Sara était obsédée dans Adventures in Babysitting. Le mec avec le marteau, c’est ça ? Cette carte à collectionner que vous avez utilisée pour vous associer à Iron Man afin d’obtenir Wolverine.

Toutes ces années plus tard et nous avons quatre films Thor, sans compter ses apparitions dans les différents films Avengers. Nous vivons à une époque où de telles choses sont possibles. Donc, chaque fois que je commence à laisser mon cerveau critique négatif s’immiscer dans mon expérience de visionnage cinématographique, je me rappelle qu’il fut un temps où rien de tout cela n’existait pour le meilleur ou pour le pire.

Étant donné que ces films existent, cependant, et puisque Love and Thunder vient de sortir le week-end dernier, nous avons estimé qu’il était temps de jeter un coup d’œil à tous les films de Thor et de déterminer comment nous les classerions globalement.

Classement des meilleurs films de Thor

Thor : le monde des ténèbres (2013)

Beaucoup qualifient The Dark World de pire film MCU, et cela aurait très bien pu être sans un troisième acte qui évite finalement le mélodrame au profit d’un divertissement qui plaira à la foule. Enfin, ici, Thor 2 livre la marchandise alors que notre Dieu bodacious poursuit l’elfe noir Malekith de Christopher Eccleston à travers une série de portails qui zippent nos personnages partout dans l’univers. La séquence est passionnante, ludique, drôle, et toujours assez intense.

Le problème est que vous devez parcourir l’heure et demie précédente pour y arriver. Honnêtement, vous feriez mieux de sauter complètement la suite oubliable de Thor d’Alan Taylor. Vraiment, vous ne manquez pas grand-chose. Il existe des liens avec l’univers plus large du MCU (principalement en raison de la pierre Infinity qui sert de MacGuffin au film), mais sinon, cela ressemble à un exercice inutile, voire dérivé, pour forcer une suite que personne n’a vraiment demandée. (Bien que Tom Hiddleston joue à nouveau le rôle de Loki et que Natalie Portman soit mignonne dans le rôle de Jane, même si sa chimie avec Chris Hemsworth ne s’est pas améliorée.)

Celui-ci sent l’interférence du studio, alors peut-être qu’il y a une meilleure version de cette suite décevante qui attend d’être découverte.

Thor (2011)

Il est facile d’oublier à quel point les premières aventures du MCU étaient décevantes. Mis à part Iron Man, les autres films de la phase 1 étaient pour la plupart meh, et ce sentiment s’étend à Thor, bien intentionné, bien que maladroitement exécuté, de Kenneth Branagh.

En partie tragédie shakespearienne, en partie comédie romantique de poisson hors de l’eau, Thor se déplace à un rythme soutenu, tout en mettant en vedette une poignée de belles stars et quelques décors passionnants. Le problème est que les parties ne s’unissent jamais pour former un tout satisfaisant. Il n’y a pas assez de pathos, d’humour, d’action ou de romance pour étancher l’appétit de qui que ce soit. De plus, tout semble avoir été fait sur un plateau bon marché derrière un McDonald’s quelque part en Californie.

Chris Hemsworth et Natalie Portman (bien que bons dans leurs rôles respectifs) n’ont aucun sens notable de la chimie à l’écran, et leur histoire d’amour ne parvient pas à fournir le genre d’étincelles ou d’énergie sexuelle nécessaire pour vraiment lancer la franchise. La paire n’est pas aidée par un script fragile qui ressemble plus à une « liste de choses à faire » qu’à un véritable scénario, qui rebondit du point A au point B au point C si rapidement qu’il fait ressembler la montée de Skywalker La Conversation par comparaison.

Vraiment, la meilleure chose à propos de Thor est Tom Hiddleston, dont Loki s’avère plus engageant et intéressant que notre dieu titulaire du tonnerre. De plus, nous devons mentionner la partition succulente de Patrick Doyle, peut-être la seule bande-son notable que le MCU ait fournie jusqu’à présent.

Thor : Amour et tonnerre (2022)

J’adore la prémisse de Love and Thunder – un père en colère cherche à se venger des dieux pour la mort de sa fille. J’aime Christian Bale en tant que Gorr, j’aime le concept de Jane Foster-as-Thor. J’adore l’angle de la comédie romantique. J’adore les chèvres hurlantes. J’adore le triangle frère entre Thor, Mjølnir et Stormbreaker.

Pourtant, je n’aimais pas Love and Thunder. Je n’ai pas détesté non plus. J’ai apprécié mais je voulais un peu plus de viande à mâcher avec l’assortiment d’aliments proposés.

Taika Waititi double la maladresse de Ragnarok, mais ne parvient pas à apporter un sentiment d’urgence, d’héroïsme ou de pathos à la procédure. Il y a un manque d’énergie qui plane sur toute l’aventure, ce qui est frustrant car il y a beaucoup d’idées vraiment géniales que Waititi aurait pu explorer. L’idée que des dieux tels que Zeus ne se soucient plus de l’humanité crée un drame intéressant et aurait pu conduire à quelque chose dans le sens de la populaire série de jeux vidéo God of War, où un fou cherche également à détruire les dieux grecs pour leur trahison. Sauf que Waititi ne semble pas se soucier de tout le matériel (en dehors de la romance Thor / Jane), et Chris Hemsworth a décidé que Thor n’était plus un noble guerrier, mais plutôt une version divine de son cerveau mort. personnage de Ghostbusters (2016) – vous savez, celui qui a couvert ses yeux quand il entend des bruits forts ? À un moment donné, il porte un tablier rose et fait des biscuits.

Pourtant, Waititi a du style. Love and Thunder est coloré, souvent assez fougueux et vraiment divertissant par endroits. Le scénario de Jane Foster fonctionne très bien et donne à Portman un très bon matériel avec lequel travailler, et le film se déroule à une vitesse telle que vous n’aurez pas le temps de traiter ses défauts avant d’avoir quitté le théâtre. Fondamentalement, il s’agit de chewing-gum – mettez-le dans votre bouche, profitez de la rapide explosion de saveur, puis recrachez-le avant qu’il ne perde de son éclat. Ne vous inquiétez pas que le goût ne soit jamais à la hauteur de l’étiquette.

Thor : Ragnarok (2017)

Ragnarok a fait pour Thor ce que Winter Soldier a fait pour Captain America: cela a fait du dieu du tonnerre un vrai méchant et un vrai personnage en plus. Vous aimez Thor pour l’idiot entêté qu’il est, mais vous respectez aussi l’enfer de ses capacités divines. C’est un homme avec qui vous pouvez ouvrir une bière, et aussi un homme qui pourrait vous ouvrir la tête avec une bière, si vous comprenez ma dérive. Hemsworth mise un peu plus sur le charme et affiche même davantage la fragilité de Thor – c’est un être super puissant et égoïste, bien qu’il ait des sentiments (il a une histoire très tragique) et des doutes. Ce sont ces détails qui rendent le personnage beaucoup plus intéressant que les films précédents ne l’ont rendu.

Le long de la balade est Bruce / Hulk de Mark Ruffalo (qui a aussi plus à faire cette fois-ci), Valkyrie de Tessa Thompson (avec sa propre histoire tragique), Hela de Cate Blanchett (peut-être le meilleur méchant Marvel à part entière donc loin), et Loki de Tom Hiddleston, insufflant à son personnage encore plus de nuances qu’auparavant. Jeff Goldblum vole pratiquement la vedette en tant que Grandmaster, une entité divine espiègle qui ne vit que pour le plaisir, tandis que Karl Urban obtient quelques scènes de choix en tant que Skurge, l’un des hommes de main d’Helen.

La réalisatrice Taika Waititi insuffle à Ragnarok tellement d’énergie libre d’esprit, d’humour intelligent, d’action exubérante et de charme contagieux que tous sauf les plus cyniques seront laissés sourire d’une oreille à l’autre une fois le rôle du générique.

★★★★★

A lire également