Lucky Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Lucky Avis critique du film & résumé du film (2021)

C’est la prémisse déconcertante de « Lucky » de Natasha Kermani, écrit par Brea Grant (qui joue également). Ce qui semble au début être un thriller typique d’invasion de domicile se révèle être quelque chose de beaucoup plus étrange, beaucoup plus bouleversant. « Lucky » est plus que sa prémisse. «Lucky» a quelque chose à dire, et Grant a réfléchi très profondément au sujet de la violence contre les femmes et des traumatismes, ainsi qu’aux hypothèses fondées sur le sexe à ce sujet. « Lucky » est dit uniquement du point de vue insomniaque confus de May, et donc la courbe d’apprentissage du public est la même que celle de May. May tarde à comprendre ce que vraiment en cours, même si tout le monde autour d’elle – son mari, son assistante Edie (Yasmine Al-Bustami), sa belle-sœur (Kausar Mohammed) et son éditeur (Leith M. Burke) – semble savoir ce qui se passe et pourtant refuser de lui dire.

C’est une dynamique de narration frustrante, en fonction de la répétition, des mêmes scènes se reproduisant encore et encore. La frustration sert un but, en fin de compte, tout comme la répétition, même si cela demande un peu de patience pour durer. May s’adresse aux gens pour obtenir de l’aide. Ils la traitent tous comme si elle réagissait de manière excessive, mais il y a autre chose sous leur comportement. Ils agissent comme s’ils avaient un secret, la clé du casse-tête, et ils regardent le flot de May sur le point de lui donner un sens avec une pitié condescendante. Pauvre May, elle est la dernière à savoir ce qui se passe vraiment.

Lorsque Ted disparaît soudainement et que May ne parvient pas à le joindre, elle doit «faire cavalier seul». Les gens lui offrent leurs chambres d’hôtes, mais elle refuse. Elle reste dans la maison, et chaque nuit elle se bat avec l’intrus. Les combats sont souvent terrifiants, horribles et sanglants, mais le lendemain matin, le cycle recommence, le style « Groundhog Day » ou, comme le « Happy Death Day » de 2017, avec une boucle temporelle similaire. May appelle la police à chaque fois, mais la réponse est d’une désinvolture exaspérante.

« Lucky » se livre à tous les « tropes » du film d’horreur, mais il le fait avec un but. May éteint toutes les lumières la nuit, même s’il serait utile de voir l’intrus à son arrivée. Elle s’endort même! Quand l’homme apparaît, comme il le fait toujours, au lieu de courir dehors, elle court à l’étage, où il n’y a pas d’issue. C’est comme si May n’avait jamais vu de film d’horreur! Mais il y a une méthode à la folie de Grant en tant que scénariste. Ce scénario de cauchemar qui prend vie prend l’aspect de l’un de ces terribles rêves où vous êtes pourchassé, et vous essayez de courir, mais vous ne pouvez pas bouger. May est comme Josef K. dans Kafka’s Le procès, faisant de son mieux dans un monde confus et menaçant, où tout le monde semble avoir reçu une note mystérieuse sur « la façon dont les choses sont », et elle a été laissée de côté « la liste ».

★★★★★

A lire également