L’Ombre du chat (1961) – Affaires chatouilleuses

Actualités > L’Ombre du chat (1961) – Affaires chatouilleuses

Il y a très rarement un film qui soit simplement «mauvais». Je veux dire, bien sûr, il y a des «mauvais-mauvais films»; cependant, tout aussi souvent, il y a des «bons et mauvais films». Heck, j’ai même vu des «mauvais-bons films». Nous savons que c’est une chose. Alors, assis pour regarder L’Ombre du chat, je me suis demandé dans quoi je m’embarquais. Eh bien, lisez la suite. Vous pourriez être surpris de ce que vous trouvez. L’Ombre du chat commence par le meurtre d’une femme âgée (Catherine Lacey). Voici tante Ella. Cependant, il y a un problème dont le meurtrier n’a pas tenu compte, la chatte d’Ella, Tabitha, a tout vu et elle n’est pas contente. La famille se rassemble à la suite de la mystérieuse «disparition» de leur tante et de la dynamique compliquée du groupe toxique qui remonte à la surface. Il y a des problèmes d’héritage, de faux testaments et une nièce agréable (Barbara Shelley) prête à hériter de tout. Malgré tout cela, Tabitha a d’autres idées. André Morell, William Lucas, Freda Jackson et Conrad Phillips co-vedette dans le film. John Gilling dirige le film à partir d’un scénario de George Baxt. Une critique comme celle-ci est difficile à rédiger. Je dois en quelque sorte remplacer la partie critique de cinéma de mon cerveau. Cependant, je vais juste commencer par ceci: L’Ombre du chat est très amusant, en particulier une fois que le deuxième acte est plus profond. Les premiers actes sont un peu compliqués alors que le film tente de jeter les bases structurelles correctes. Il y a beaucoup de personnages ici et beaucoup de motivations contradictoires, qui doivent toutes être établies. Alors que les acteurs font tous de leur mieux, en particulier Morell et Shelley, il n’y a tout simplement pas assez pour solidifier les vrais sentiments envers ces personnes. Il n’y a tout simplement pas assez de quoi que ce soit ici pour que les humains à deux pattes vendent bien au-delà des bases. Le film jette les bases d’un drame intéressant, en particulier d’un examen du meurtre et de l’effet qui en résulte sur la conscience humaine. En vérité, il y a des allusions alléchantes sur ce lourd sujet psychologique tout au long des deux premiers actes, mais le récit est en grande partie abandonné lorsque l’histoire atteint le sommet de l’acte deux. En fin de compte, là où ce film trouve sa place, c’est dans l’acte final et demi, qui est, en un mot, des bananes. Je veux dire, c’est un peu un défi de déterminer à quoi sert l’histoire. L’Ombre du chat est extrêmement agréable et apporte des moments absolument délicieux; cependant, il est difficile de supposer que c’est ce que voulaient les cinéastes. Après tout, il est présenté comme un film d’horreur. En regardant la conclusion, j’ai légitimement eu du mal à savoir comment penser cette image. Le chat Tabitha est-il censé être considéré comme un monstre? Je ne suis pas vraiment une personne féline et même moi, je soutenais ce petit félin courageux et rusé. Elle est le héros de cette histoire et je ne l’aurais pas autrement. Cela étant dit, il est difficile de porter un jugement réel sur L’Ombre du chat grâce à Gilling et à son équipe de création qui ont cloué la production, à la fois stylistiquement et toniquement. Gilling a connu une carrière fascinante de réalisateur au Royaume-Uni avec une liste de crédits que je recherche officiellement pour l’instant, à savoir: Vampire Over London (1952), Double Exposure (1954) et Fury at Smugglers Bay (1961). Le réalisateur a travaillé régulièrement tout au long des années 1950 et 1960, se spécialisant dans les œuvres de genre les plus délicieuses. Visuellement, L’Ombre du Chat suinte « Hammer Horror » de chaque pore – sans jeu de mots, je le promets. Et c’est cela, je suppose, qui est l’élément le plus surprenant du film. Cela ressemble beaucoup au style de certains des plus grands films d’horreur sortis du studio légendaire. C’est un récit effrayant, maussade et atmosphérique, «Old Dark House». En regardant, il semble très plausible que ces personnes se battent contre des fantômes ou les ténèbres de l’humanité (ou quelque chose d’une nature tout aussi intense), donc le changement dans l’action à la fin du deuxième acte est un peu choquant si vous ne vous y attendez pas. Tout ce que je peux dire, c’est de l’adopter. En fin de compte, un film comme L’Ombre du chat dépend en grande partie de votre perspective. Un film peut paraître «mauvais», mais ce n’est pas toujours aussi simple. Bien sûr, je ne peux pas vous dire si ce que j’ai retenu de L’Ombre du chat est ce que le réalisateur John Gilling aurait voulu, mais j’ai eu un plaisir fou à regarder ce film et vous devriez aussi. MeTv diffusera The Shadow of the Cat dans le cadre de Svengoolie le 20 mars.

★★★★★

A lire également