back-to-the-outback-e1636484755320-3779193-6257379-jpg

Les animaux les plus meurtriers d’Australie sont sympathiques dans Back to the Outback de Netflix

Actualités > Les animaux les plus meurtriers d’Australie sont sympathiques dans Back to the Outback de Netflix

En grandissant, des adultes bien intentionnés nous disent toujours de ne pas juger un livre par sa couverture. Le nouveau long métrage d’animation pour enfants de Netflix, Back to the Outback, apporte une touche australienne unique à cette idée, présentant un groupe d’animaux les plus meurtriers d’Australie comme les plus sympathiques d’Australie, et l’un de nos plus câlins, un koala comme le plus méchant.

Dans les cinémas maintenant, Back to the Outback suit un groupe de créatures les plus meurtrières d’Australie alors qu’elles recherchent une vie de liberté et d’aventure. Fatigué d’être enfermé dans une maison de reptiles où les humains les regardent comme s’ils étaient des monstres, un groupe hétéroclite de créatures les plus meurtrières d’Australie prépare une évasion audacieuse de leur zoo vers l’Outback, un endroit où ils s’intégreront sans être jugés pour leur écailles et crocs.

Avec une distribution de voix de stars, le groupe est dirigé par Isla Fisher’s Maddie, un serpent venimeux au cœur d’or, qui s’associe au lézard Thorny Devil assuré de Miranda Tapsell, Zoe, l’araignée poilue lovelorn de Guy Pearce Frank et Angus Imrie’s scorpion sensible Nigel. Lorsque le koala mignon mais odieux de Tim Minchin, Pretty Boy, rejoint de manière inattendue leur évasion, Maddie et le gang n’ont d’autre choix que d’emmener leur ennemi juré avec eux.

Ce qui suit est un voyage délicieux, époustouflant et hilarant à travers l’Australie alors qu’ils sont poursuivis par Chaz, le gardien de zoo «maléfique» d’Eric Bana et son mini-moi en quête d’aventure, Diesel Cash La Torraca’s Ben.

À la base, une mise à jour moderne d’un conte de moralité sain, Back to the Outback fait un travail remarquable en apportant une saveur typiquement australienne aux débats, incorporant le paysage, la culture et les créatures distinctifs de l’Australie moderne et une large distribution de notables australiens et des voix internationales dont Rachel House, la superstar de la musique country Keith Urban, la comédienne Celeste Barber, Wayne Knight, Lachlan Ross Power et Jacki Weaver.

Rempli de blagues pour les enfants et les parents, les réalisateurs Clare Knight (Kung Fu Panda, The Lego Movie 2) et Harry Cripps (scénariste de Penguin Bloom), Back to the Outback partage quelques constructions thématiques avec Zootopia, mais pour la plupart, évitez des aspects politiques les plus lourds de ce film, choisissant plutôt de se concentrer sur l’esprit loufoque, sincère et optimiste des personnages à chaque étape de leur aventure.

Il y a un amour certain pour les animaux et l’art du long métrage d’animation ici, et combiné cet amour permet de nombreux moments merveilleux avec un véritable who’s who de la faune australienne. Certains d’entre eux incluent un requin à pleines dents mais amical qui dirige une société secrète d’animaux sensibles incompris qui ont tous été condamnés par la société (l’USS ou Ugly Secret Society) et un crocodile joué par Jacki Weaver qui donne des conseils spirituels. Il y a aussi des moments forts de rire des «méchants», avec des moments mémorables de Chaz et Ben et surtout de Pretty Boy.

À quel point les personnages principaux sont sympathiques, c’est tout un triomphe en soi, Cripps ayant dû jouter verbalement pour sa vision pour certains (un serpent venimeux étant un héros câlin, ce n’est pas une vente facile) en le rassemblant à la fois comme l’écrivain et en tant que co-réalisateur. Cela semble étrange à dire, mais je choisirais de traîner avec ce groupe hétéroclite d’animaux mortels plutôt qu’un koala prétentieux n’importe quel jour. Cela est particulièrement vrai de l’araignée velue Frank qui est une émeute absolue d’un personnage qui peut encore faire des fans d’araignées des arachnophobes.

En fin de compte, bien sûr, toute la ruse animée, le bon casting et les performances ne vaudraient rien si l’histoire racontée n’était pas solide, ce qui est le cas. Il en résulte un film pour enfants qui stimule les esprits tout en vous faisant repenser votre approche des créatures mortelles emblématiques mais diabolisées de l’Australie. Comme les adultes ont toujours l’habitude de dire, ne jugez pas un livre par sa couverture, et ce n’est pas parce que quelque chose est différent qu’il n’est pas beau.

★★★★★

A lire également