Le thriller d’enlèvement de Shudder est composé de sensations fortes, sans fioritures

Accueil » Actualités » Autour du cinéma » Le thriller d’enlèvement de Shudder est composé de sensations fortes, sans fioritures

Depuis l’aube de Shudder, le service de streaming a été assez cohérent dans la sortie de fantastiques films d’horreur originaux. Leur nouvelle sortie, The Boy Behind The Door, le premier long métrage du couple scénariste/réalisateur David Charbonier et Justin Powell ne fait pas exception. Le film aborde un sujet terriblement sombre, le trafic d’enfants, et tourne un thriller palpitant sans exploitation ni tomber dans un cliché insipide. Au lieu de cela, Charbonier et Powell optent pour un thriller d’enlèvement simple, sombre et jamais ennuyeux dans un cadre montagneux reculé qui crée une atmosphère infernale. The Boy Behind the Door est dans la veine de Misery, sans hamminess, et avec l’intensité supplémentaire d’enfants talentueux pour lesquels vous serez littéralement au bord de votre siège.

Ne perdant pas un instant, le film s’ouvre sur une berline marron rouillée rampant sur une route de montagne sinueuse jusqu’à une maison isolée au sommet d’une colline, alors qu’une partition spatiale menaçante sonne et qu’une grande plate-forme pétrolière grince en arrière-plan. Une paire de bras ouvre le coffre, révélant 2 garçons attachés avec leur bouche scotchée.

CONNEXES: La saison 3 de Creepshow arrive à frissonner en septembre

Nous sommes passés à 6 heures plus tôt, lorsque les jeunes garçons Bobby (Lonnie Chavis) et Kevin (Ezra Dewey) gambadent dans les terrains vallonnés du Dakota du Sud dans leurs uniformes de baseball. Kevin fait remarquer à Bobby : « J’ai hâte que nous puissions quitter cet endroit. » Bobby demande : « Où veux-tu aller ? Kevin répond: « Juste quelque part différent. Quelque part où le soleil brille toujours. Californie. »

Bobby ferme les yeux et voit des vagues paisibles se briser. Les garçons lancent ensuite une balle de baseball en préparation d’un match, tandis que le vent souffle à travers le pittoresque champ ouvert. Soudain, Kevin a disparu. Bobby cherche et trouve la balle de baseball, mais il n’y a aucun signe de Kevin. Alors qu’il récupère le ballon, une paire de bras attrape Bobby par derrière et lui écrase le visage contre une branche d’arbre avant de le jeter dans le coffre d’une voiture.

Les vagues calmes que Bobby envisageait auparavant s’écrasent maintenant violemment, alors qu’il se bat pour sortir du coffre. Il le fait avec succès, se retrouvant dans un garage de grange. Les cris de Kevin retentissent depuis la grande vieille maison plus haut dans l’allée. Étant un bon copain, Bobby se faufile dans la maison. Le mystérieux ravisseur est assis devant une télévision en panne et on frappe à la porte. Un homme effrayant à la moustache (Micah Hauptman) remet au ravisseur une liasse d’argent, ce qui implique que cette situation est plus qu’un simple enlèvement. Après le départ du ravisseur, le flu avec la moustache découvre Bobby errant dans la maison et un jeu du chat et de la souris commence. À partir de là, le film passe à une scène de morsure d’ongle après une scène de morsure d’ongle, à travers laquelle Bobby se bat contre la paire de pédophiles dans le but de sauver Kevin, qui est enchaîné et choqué dans une pièce à l’étage.

Le garçon derrière la porte est tout en sensations fortes, sans fioritures idiotes et sans une once de graisse supplémentaire. Alors que le film arrive à un peu moins d’une heure et demie, le duo de réalisateurs Charbonier et Powell ne nous offre rien d’autre qu’une course à sensations violemment intense et claustrophobe qui a étonnamment une atmosphère artistique. Lorsque le film n’est pas franchement moche, il est joli, présentant des plans aériens de cette maison de colline au milieu de nulle part, près d’une plate-forme pétrolière géante qui grince lentement de manière étrange et étrange. Alors qu’une grande partie de l’action se déroule dans la vieille maison poussiéreuse d’un trafiquant sexuel d’enfants, Charbonier et Powell nous servent des scènes boisées inquiétantes, un grand espace ouvert à l’extérieur de la maison de la terreur et même des odes aux classiques de l’horreur (en particulier une hache cool coincée dans un arbre plan qui est plus tard suivi d’un clin d’œil à The Shining.)

Les plus impressionnantes et captivantes sont les performances des principaux enfants acteurs Lonnie Chavis et Ezra Dewey, qui présentent certains des acteurs les plus beaux et les plus crédibles que j’ai vus de la part d’enfants depuis longtemps. Kevin et Bobby forment un couple sympathique et innocent qui se soutient mutuellement. Bobby est le plus ingénieux et héroïque des deux, tandis que Kevin est piégé, pleurnichard et apparemment désespéré jusqu’à ce qu’il soit temps pour lui d’intensifier.

Les deux acteurs, en particulier Chavis dans le rôle de Bobby, expriment chaque émotion négative de manière captivante. Qu’il s’agisse de terreur pure, de désespoir inquiet ou de colère fatiguée, ces enfants portent si bien les sentiments que vous êtes presque sorti d’un monde fictif. Bobby pleure rarement, mais quand il le fait, Chavis verse des larmes si authentiquement que vous ne pouvez pas vous empêcher de serrer les poings et de garder espoir. Peut-être que je suis un gars stupide, mais j’ai ressenti pour Kevin et Bobby à chaque étape du processus.

Au-delà du jeu d’acteur de nos rôles principaux, tout le monde se sent bien dans ses rôles respectifs. Kristin Bauer van Straten est incroyablement diabolique et incroyablement repoussante en tant que Mme Bauer, mais il est probablement préférable que je ne parle pas beaucoup de son personnage. Des victimes principales aux plus petites parties comme Scott Michael Foster en tant qu’officier naïf Steward, on a l’impression de regarder des comédiens vétérans au travail.

Le pouvoir du film réside vraiment dans les performances, mais les jeunes cinéastes Charbonier et Powell savent comment créer de la haute tension et du suspense alors qu’ils présentent un thriller pur et morbide. Avec chaque instant de soulagement, il y a un autre peu de terreur. Pour chaque lueur d’espoir, il y a un choc horrible. La formule n’est pas tout à fait nouvelle, mais elle est utilisée pour raconter une histoire infernale et palpitante qui est dépourvue de bêtises voyantes. La violence est inégale et efficace ; jamais gratuit ni grossier. Lorsque nous voyons du sang, il nous enveloppe plus profondément dans le frisson. Il y a des dispositifs de torture présents, mais pas de scènes de torture collantes. Le garçon derrière la porte fonctionne peut-être sur une prémisse plutôt écoeurante, mais ce n’est rien d’autre qu’un thriller de classe.

Ce film rend un public enthousiaste pour l’avenir de toutes les personnes impliquées. Lonnie Chavis et Ezra Dewey agissent de tout leur cœur, faisant de The Boy Behind The Door le thriller d’horreur anxiogène qu’il est. Charbonier et Powell montrent un amour pour le genre, un respect pour l’art du cinéma d’horreur et une capacité à fabriquer un thriller noir sans exploiter le sujet à portée de main. Le garçon derrière la porte n’innove pas nécessairement de manière inventive, mais il est aussi tendu et captivant que les films à suspense arrivent. Shudder a un coup légitime.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

★★★★★

A lire également