Le portier de John Lennon se souvient des derniers mots que lui a adressés le chanteur après avoir été abattu

Le portier de John Lennon se souvient des derniers mots que lui a adressés le chanteur après avoir été abattu


Des confidences poignantes sur la soirée fatale au Dakota Building

La nuit du 8 décembre 1980 restera à jamais gravée dans l’histoire de la musique : c’est le jour où le célèbre Beatle John Lennon a été tragiquement assassiné devant le Dakota Building à New York. Jay Hastings, le concierge de service ce soir-là, a partagé des souvenirs déchirants de cette nuit qui a bouleversé le monde entier.

Alors qu’une douce soirée d’hiver enveloppait l’immeuble historique, la quiétude de Jay Hastings fut brisée par des détonations. En quelques secondes, l’urgence et le chaos se sont emparés de la scène. Avec des gestes rapides et précis, Hastings a déclenché l’alarme de sécurité au moment où il vit John Lennon se précipiter à l’intérieur, criant de désarroi : « On m’a tiré dessus! » L’image de Lennon s’effondrant dans le hall de l’immeuble reste gravée dans la mémoire du concierge, encore sous le choc de l’événement.

Hastings se précipita alors pour prêter main-forte, découvrant Yoko Ono en proie à une angoisse insurmontable, appelant désespérément une ambulance. Les minutes paraissaient des heures alors que la tension montait d’un cran, faisant place à l’inquiétude et à la panique.

Ce qu’il ignorait alors, c’était l’identité de l’assassin, Mark David Chapman, qui demeurait étrangement sur les lieux du crime. Animé par un sentiment de devoir, Hastings s’est saisi d’un gourdin, résolu à se confronter au meurtrier, prêt à tout pour éviter son échappée.

Ce témoignage poignant et les événements de cette nuit fatidique sont explorés plus en détail dans la série documentaire « John Lennon : Meurtre sans procès », narrée par Kiefer Sutherland. La série se penche sur les circonstances tragiques de la mort de l’icône, les rebondissements du procès et l’étrange posture adoptée par la défense de Chapman.

Chapman, qui a avoué son crime et exprimé son désir macabre de célébrité, purge aujourd’hui une peine de vingt ans à la perpétuité. Malgré ses multiples demandes, il se voit régulièrement refuser la libération conditionnelle, gisant dans l’ombre de ses actes au centre correctionnel de Green Haven.

Une tragédie qui continue d’ébranler le monde de la musique

Les échos de cette nuit tragique résonnent encore aujourd’hui, rappelant à chacun la vulnérabilité des grands hommes et la brutalité infâme avec laquelle un talent exceptionnel a été emporté. Alors que les années passent, le souvenir de John Lennon et de son héritage musical indélébile demeure, célébré par des légions de fans et préservé dans le cœur de ceux qui continuent de s’inspirer de sa vision d’un monde en paix.

Publications similaires