Anya Taylor, l'actrice de la série du jeu de la dame
|

Le Jeu de la Dame : Résumé et critique de la série à succès sur Netflix (2020)

Actualités > Critiques et avis > Le Jeu de la Dame : Résumé et critique de la série à succès sur Netflix (2020)

Résumé de la série « Le jeu de la dame »

« Le jeu de la dame » de Netflix est l’histoire de Beth (Anya Taylor-Joy) et de son parcours pour devenir la première femme championne d’échecs, tout en surmontant ses problèmes de dépendance à la drogue et à l’alcool.

Cette minisérie qui a connu un grand succès sur Netflix fait découvrir à ses spectateurs un monde encore très peu connu du grand public. Entre sexisme, techniques, guerre froide et gestuelle, le spectateur entre dans un monde dans lequel le seul mot d’ordre est « échec et mat » .

Alors que Beth Harmon est encore une enfant, elle se retrouve soudainement orpheline à la suite du décès de sa mère. Très vite, elle se retrouve placée dans un orphelinat austère où monsieur Shaibel, le concierge, lui apprend à jouer aux échecs. C’est dans cet orphelinat que Beth va devenir accro au Librium qui est un anxiolytique que l’orphelinat leur donne chaque jour.

En grandissant, Beth se fait adopter par un couple : les Wheatley. Alma, sa mère adoptive femme au foyer alcoolique va l’encourager et la soutenir sans cesse dans chacun de ses tournois d’échecs aux 4 coins du globe. Toutes deux ont une relation fusionnelle et s’amusent en surmontant pour Alma l’abandon de son mari et pour Beth l’abandon de sa mère naturelle.

Au fil du temps, Beth construit un véritable empire et devient une légende des échecs tout en trouvant du réconfort et de l’amour auprès de sa mère adoptive. Le profil de Beth paraît néanmoins complexe et incompris pour les spectateurs qui sont tiraillés entre admiration et compassion.

Avis critique « Le jeu de la dame »

La série a été bien accueillie par la critique et le public. Mais il y a un trou assez important dans l’intrigue . L’ensemble du spectacle culmine avec de nombreux personnages clés qui se sont rassemblés pour aider Beth dans le match d’échecs qui fera d’elle la championne du monde.

La personnalité de Beth Harmon

Cependant, tout au long de la série, elle a été froide, maladroite et distante. Elle montre peu d’appréciation ou d’amitié à de nombreux personnages. La série n’explique pas comment un personnage aussi peu aimable reçoit une telle dévotion et une fidélité – ce n’est qu’en revenant au roman de Walter Tevis que nous obtenons une réponse.

La relation de Beth avec les hommes

Dans l’émission, Townes (Jacob Fortune-Lloyd), journaliste dans un petit journal, vole jusqu’à Moscou pour que Beth ait quelqu’un pour la soutenir. Ce qui est étrange, c’est qu’il n’a rencontré Beth qu’à quelques reprises. Avant Moscou, il a commis une erreur de jugement qui a conduit Beth à devenir incroyablement froide avec lui et à refuser d’écouter ses explications. Beth n’a jamais essayé de le contacter, c’est lui qui a fait un énorme effort dans leur relation.

Il n’est pas le seul. Le joueur d’échecs Harry (Harry Melling) passe des semaines à enseigner des tactiques à Beth pour vaincre les Russes. Elle ne le remercie que lorsqu’il annonce qu’il se rapproche de l’université. Il continue d’essayer de la convaincre d’arrêter de boire et de prendre des pilules, mais elle ignore presque tous ses appels. Il lui dit enfin à quel point il a peur pour elle et parle même de l’alcoolisme de son propre père dans une tentative désespérée de la rejoindre. Tout ce qu’elle fait, c’est l’insulter pour avoir abandonné les échecs et travaillé dans un supermarché.

Pourtant, à la fin, il fait toujours partie de l’équipe américaine qui essaie d’aider Beth avec une stratégie pour gagner. Quant au champion d’échecs américain Benny (Thomas Brodie-Sangster), c’est lui qui organise l’équipe pour aider Beth bien que celle-ci ne revienne jamais pour être avec lui à New York. Elle ne le contacte que lorsqu’elle a besoin d’aide et ne dit même rien quand il lui dit à quel point elle lui manque.

Pour une personne, regarder au-delà de son comportement froid est une chose, mais cela devient de plus en plus invraisemblable quand ils le font tous.

Inspiration du roman de Walter Tevis

Il s’avère que c’est assez différent dans le livre. Le roman de Walter Tevis explique le plus grand trou dans l’intrigue de la série en montrant les relations de Beth se développant de manière plus organique.

En effet, son manque d’affection et sa maladresse signifient que Harry et Townes la quittent bientôt et ne reviennent jamais. Les deux personnes qui lui restent dévouées sont son amie d’enfance Jolene et son amant on-off Benny, avec qui elle a un lien plus profond que dans la série. Beth s’intéresse à la vie de Benny et aux jeux de poker auxquels il joue pour financer son style de vie. Ils se lient sur leurs difficultés à maintenir une relation avec les autres et les uns avec les autres. Chacun d’eux avoue avoir délibérément repoussé les gens.

À Moscou, Beth admet qu’elle manque plus à Benny qu’à Townes ou à quiconque – une confession qu’elle ne fait jamais dans la série. À la fin du roman, Benny est celui qui organise une équipe de ses amis pour concevoir une stratégie pour aider Beth. Il n’y a pas un groupe de personnes qui se rassemblent pour aider Beth, quoi qu’elle fasse. Quant à son amitié avec Jolene dans la série, cela a beaucoup plus de sens que ses relations avec les hommes de sa vie et est similaire au lien qu’ils partagent dans le livre.

Cependant, dans le roman, leur relation est moins passive et Jolene n’est pas celle qui contacte Beth. C’est Beth, dans un état de vulnérabilité émotionnelle, qui appelle Jolene et lui demande de l’aide en reconnaissant que Jolene est la seule personne qui peut l’aider avec ses dépendances. Cela nous permet de voir un côté plus vulnérable de son personnage.

En général, le spectacle colle aux événements du livre. Mais cela va trop loin en essayant de souligner le message clé du livre selon lequel Beth n’est pas aussi seule qu’elle le pense, qu’il y a des gens qui la soutiennent. C’est l’idée exagérée de la série que presque tout le monde la soutient à la fin qui fait remettre en question le fonctionnement des relations de Beth, en particulier compte tenu de la façon dont elle traite les autres. Le livre répond à cette question en montrant ses relations de manière plus réaliste.

 

 

 

 

★★★★★

A lire également