Jurassic World: Dominion Avis critique du film (2022)

Actualités > Jurassic World: Dominion Avis critique du film (2022)

Trevorrow parvient même à recycler, non pas une mais trois fois, l’un des seuls gags intelligents de son « Jurassic World » – un commentaire sur l’escalade budgétaire et spectaculaire de 40 ans de superproductions estivales, dans laquelle un grand requin blanc, la créature à le centre du film révolutionnaire de 1975 de Spielberg « Jaws », est mangé par un mosasaurus de la taille d’un gratte-ciel. Chaque fois que Trevorrow fait quelque chose comme ça, cela ressemble à une tentative encore plus désespérée de nous rappeler à quel point nous aurions pu nous amuser pendant « Jurassic World », qui n’était pas un si bon film pour commencer, et que mangeait des restes culturels réchauffés même pendant ses meilleurs moments.

Il y a aussi des scènes où des personnages (principalement mais pas toujours Malcolm) lient la rapacité capitaliste de BioSyn au film que vous êtes assis là à regarder. Mais ceux-ci n’ont pas l’esprit et l’enjouement qui ont alimenté un matériau similaire dans « The Lost World ». Ils semblent juste caillés de dégoût de soi et conscients de la vacuité de toute la production. À un moment donné, Malcolm se réprimande même pour avoir pris l’argent de l’entreprise pour travailler en tant que philosophe / gourou interne, même s’il sait qu’ils sont des exploiteurs cyniques, et il y a un côté auto-lacérant dans la voix de Goldblum qui donne l’impression que c’est l’acteur plutôt que le personnage qui avoue des normes personnelles peu élevées. Et il y a des moments où Sam Neill, comme Goldblum, semble gêné d’être à l’écran, ou du moins confus quant à ce qu’il fait dans l’histoire – bien que pour être juste, le scénario ne justifie jamais de manière convaincante pourquoi Allan, un héros d’action réticent dans son autre deux apparitions « jurassiques », quitteraient le site de fouilles de dinosaures où Ellie le trouve, à part le fait qu’il vient des films précédents et qu’il devait être ici pour des raisons de nostalgie et de marketing.

Pire encore, la série échoue à nouveau à explorer correctement sa question la plus alléchante : comment notre monde changerait-il si des dinosaures y étaient ajoutés ? La section d’ouverture regroupe toute chose à moitié intrigante ou amusante que « Dominion » pourrait avoir à dire sur ce sujet dans un montage d’actualités télévisées – montrant, par exemple, une petite fille poursuivie sur une plage par des bébés dinos (un hommage à « The Lost World »), un couple libérant des colombes lors de leur mariage pour que l’une d’entre elles se fasse arracher des airs par un ptérodactyle, et des ptéranodons nichant dans le World Trade Center (peut-être une référence à « Q: The Winged Serpent » de Larry Cohen,  » dans lequel un ancien dieu aztèque niche dans le Chrysler Building). Quatre-vingt-dix minutes de séquences comme celle-ci, moins les personnages ou l’intrigue du tout, auraient probablement abouti à une meilleure utilisation artistique de quelques centaines de millions de dollars que « Jurassic World: Dominion », qui sera sans aucun doute un succès de l’ordre de tous les autres entrées de la franchise, même si cela ne fait pas beaucoup plus que le strict minimum auquel vous vous attendez pour l’un de ces films, et pas trop bien.

Maintenant à l’affiche dans les salles.

★★★★★

A lire également