homepage_tony-soprano-piece-5996939-8072099-jpeg

Janus-Faced: The Two Tony Sopranos | Features

Actualités > Janus-Faced: The Two Tony Sopranos | Features

Nick Nolte a dit un jour que juger un personnage sur ses défauts moraux inspirera toujours une mauvaise performance. Gandfolini apporte de l’empathie aux deux Tony sans s’excuser pour le côté effrayant. Il comprend que Tony n’est pas seulement un méchant, n’est-ce pas seulement un gangster, mais une créature d’une complexité douloureuse.

« The Many Saints of Newark », un film préquel de « The Sopranos », nous donne Tony à l’adolescence. Tony a dit un jour à Paulie que « souviens-toi quand » est la forme de conversation la plus basse, et pourtant c’est exactement ce que fait le film. Il joue comme un mélange de souvenirs, nous montrant la confluence des influences qui conduisent Tony sur la voie du mafieux, l’idéation et l’aliénation ressenties par l’adolescent américain et à quel point ils peuvent être désespérés de trouver un mentor masculin, quelqu’un pour les guider, instruisez-les, protégez-les. Il est réalisé par Alan Taylor et écrit par le créateur de la série David Chase. Le fils de Gandolfini, Michael, joue le jeune Tony. Cela aurait pu être un peu de casting, un moyen d’obtenir le nom de Gandolfini sur l’affiche, mais le gamin n’est pas mauvais. Tony trouve un modèle viril en son oncle, Dickie Moltisanti (Alessandro Nivola), père de Christopher, qui a été tourmenté par le meurtre inexpliqué de son père. (Rappelez-vous cette fois où Tony a piégé Christopher pour qu’il tue un homme qui, selon lui, a tué Dickie ?) Ici, nous voyons Dickie comme la mauvaise influence par excellence, un gars qui veut que son neveu devienne un voyou. Nous nous souvenons de la relation de Tony avec Christopher, du chagrin croissant de Tony ; on pense à AJ et à sa pilosité faciale affreuse, fouineuse, l’acrimonie avec laquelle il crache chaque phrase à ses parents.

On voit les Deux Tony lorsqu’il s’entretient avec son thérapeute, le Dr Melfi (Lorraine Bracco). Leurs conversations renvoient au dialogue entre Rameau et son neveu. Ils discutent d’enfants, d’argent, de la nature insaisissable du génie ; comme l’écrit Diderot à propos du caractère de Lui, « [he’s] un mélange de sublime et de vil, de bon sens et d’irrationnel. » Cela ne décrit-il pas aussi Tony ? Et le narrateur prône avant tout la rectitude du crime et l’acquisition d’argent. N’est-ce pas aussi Tony ? Ces séances entre Tony et Melfi sont la collision de deux esprits inébranlables, la mer s’écrasant sur un rempart. Le dur à cuire Tony déplore la logorrhée et l’apitoiement des hommes modernes, une société dépourvue de types forts et silencieux (bien qu’il se retrouve plus tard amoureux du viril de Nick Nolte l’homme au côté sensible dans l’adaptation de Barbra Streisand de Pat Conroy Prince des marées). Et c’est ici, sur la chaise du psy, que Tony laisse couler ses émotions sans filtre, éclairant sur son neveu, son fils, son héritage. Tony est « un homme fier, maussade, cynique, avec un front de défi et de la misère dans son cœur, un méprisant de son espèce, implacable dans la vengeance, mais capable d’affection profonde et forte », comme l’a dit Lord Macaulay, décrivant Lord Les hommes torturés de Byron. Comme un héros homérique, Tony est toujours en guerre et il est Quichotte dans ses lamentations sur le fait d’être né à la mauvaise époque. Tony a ses propres moulins à vent à combattre. Comme un héros homérique, Tony Soprano est toujours en guerre et il est Quichotte dans ses lamentations sur le fait d’être né à la mauvaise époque.

Tony, le prince des marées, le patron, qui a un QI de 138 et dit « indépendamment ». Comme l’a dit un jour John Cassavetes : « La plupart des gens ne savent pas ce qu’ils veulent ou ressentent. Et pour tout le monde, moi y compris, il est très difficile de dire ce que vous voulez dire quand ce que vous voulez dire est douloureux. La chose la plus difficile au monde est de révèle-toi, pour exprimer ce que tu dois… » Tony veut qu’on se souvienne de lui pour être un bon gars, un gars de la famille. Quand Christopher produit un film intitulé « Cleaver », qu’il a présenté comme « Saw » rencontre « Le Parrain », Tony est blessé par sa représentation dans le film, un homme avide, gros et fripon qui se balade dans son peignoir blanc en aboyant des ordres à ses subordonnés. Cela se termine avec l’homme zombie brandissant un couteau qui tue le substitut grossier de Tony, ce qui ne convient pas au grand gars. (C’est, bien sûr, une contribution à la décision de Tony de laisser Chris mourir.) Tony devient nostalgique du Dr Melfi, lui racontant l’histoire de Tony emmenant le jeune Christopher faire un tour en charrette, à l’époque où Satriale faisait des livraisons, mais quand rappelle à Christopher les bons moments, il ne s’en souvient pas. « Tous ces souvenirs sont pour quoi ? Tout ce que je suis pour lui c’est un connard de brute. » Tony ne peut pas, ou peut-être ne verra pas ou ne comprendra pas qu’il est un connard intimidateur, mais ce n’est pas tout ce qu’il est. Tony ne reconnaît pas sa dualité. Tony dit que Dickie était pour lui ce qu’il est pour Christopher. « C’était un putain de gars que vous pouviez admirer », dit Tony. « Et l’espoir est que tu transmettes cette merde. » Que transmet Tony ?

★★★★★

A lire également